Les Guerres de Spherus

Forum RPG gratuit dans l'univers BIONICLE depuis 9 ans maintenant!
 
FAQAccueilPortailMondesMembresGroupesConnexionS'enregistrerRechercher

Partagez | 
 

 [Iconox] Infiltration dans la Ville de Glace

Aller en bas 
AuteurMessage
Nui
Chevalier Noir
Nui

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
430/500  (430/500)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4975 | DEF : 4600

MessageSujet: [Iconox] Infiltration dans la Ville de Glace   Dim 4 Mai - 22:21

Après plusieurs heures de marche Nui et Solok étaient arrivés aux portes d'Iconox, situées à flanc de montagne elles étaient plus hautes que larges, faites non pas de pierre ou de métal mais de glace, le genre de glace qui pouvait se vanter d'être aussi dure que les deux éléments précédemment cités, qui plus est elles semblaient êtres fermées à double tour.
Deux Skrall bien battis, portant des armures lourdes et des hallebardes, montaient la garde devant celles-ci, quand les deux agents de la Confrérie approchèrent ils se mirent instantanément en garde, pointant leurs armes sur eux.

- Halte ! Qui va là ? Cria l'un d'entre eux.

Nui ne répondit pas tout de suite, tout en continuant d'avancer vers le garde il fouillait chaque recoin de son esprit, glanant un certain nombre d'informations utiles, en premier lieu ce n'était pas l'entrée principale, ou du moins ça ne l'était plus, plusieurs autres avaient été creusées et aménagées pour offrir plusieurs issues en cas d'attaques mais aussi pour faire sortir plus facilement les convois de la cité.
Les Convois, ceux chargés d'Exidian, un métal réputé pour sa dureté mais aussi pour son exceptionnelle résistance à la corrosion, extrait des mines d'Iconox et acheminé jusqu'à Roxtus pour remplir les arsenaux des Skrall.
Le lieu est hautement stratégique, la loi martiale y est strictement appliquée, rien n'entre ou ne sort sans autorisation, toutes les entrées et les sorties sont consignées, planifiées, il n'y avait aucune raison qu'on les laisse entrer comme ça, à moins que...

- Un Frère de la Roche. Finit par répondre le Makuta.

En creusant plus profondément il avait finit par trouver quelque chose, une justification à sa présence, une priorité impérieuse a même de contourner toute mesure de sécurité.
Il présenta la paume de sa main gauche au Skrall, il n'y avait bien entendu rien dessus, mais une simple illusion suffit à faire apparaitre le motif désiré, dont la seule vue suffit à faire reculer le garde.

- Les Affaires de l'Empire exigent ma présence ici, ouvrez les portes, pour que nous puissions entrer. Poursuivit-il.

Frère de la Roche, ce titre désigne les émissaire de Roxtus, ceux que Tuma envoie pour régler les problèmes que les officiers sur place sont incapable de résoudre, ou que ces derniers n'ont pas encore découverts.
Gravé dans la paume de leur main gauche, le Sceau de l'Empereur, sa seule présentation suffit à garantir l'accès à la quasi-totalité des installation de l'Empire, de même que la pleine coopération des autorités locales.

- Et lui ? C'est qui ? Demanda la seconde sentinelle en pointant du doigt le Toa.

Nui lança une brève instruction télépathique au Toa pour qu'il effectue le même geste que lui plus tôt, utilisant la même illusion que précédemment pour y matérialiser le sceau.
- Deux ?! S'étrangla le premier Garde.
- Ouvrez les portes. Dit le Makuta en mettant un peu plus d'autorité dans sa voix.

Cela fut suffisant, le second garde s'empara d'un cor qui était accroché à son armure et souffla dedans, quelques instants plus tard les lourdes portes de Glace s'écartèrent, dévoilant un escalier, lui aussi de glace, qui s'enfonçait dans les profondeurs de la Montagne.
Sans plus de cérémonie les deux Guerriers de la Confrérie s'y engagèrent, une fois les trois premières marches descendues les portes se refermèrent derrière eux, l'escalier était suffisamment large pour qu'ils puissent se tenir côte à côte sans se gêner, une série de lampes placées dans la glace l’inondait d'une lumière diffuse et bleuté, Nui profita de la descente pour mettre Solok au courant de la situation, mais par télépathie pour éviter d'être entendu par des oreilles indiscrètes.

* A partir de maintenant nous sommes des Frères de la Roche, des sortes d'agents spéciaux missionnés par Tuma pour régler des problèmes face auxquels de simples soldats sont impuissants, généralement avant qu'ils ne deviennent véritablement...problématiques.
Chaque frère a gravé dans la paume de sa main le sceau de l'empereur, ce qu'il lui permet d'aller où bon lui semble², de faire ce que bon lui semble avec la totale coopération des forces sur place.
Évidement celui que ces gardes ont vu n'était qu'une illusion, mais au cas où nous devrions nous séparer ou que ma concentration et mon énergie ne soit nécessaire à quelque chose de plus pressent je suggère donc un subterfuge plus durable...tendez la main.*

Solok s’exécuta, Nui lui saisit alors le poignet pour la maintenir en place.
* Cela risque de...piquer un peu.*

Le Makuta utilisa alors sa vision laser, chose rendue possible par cette forme dotée d'yeux apparents, pour graver le fameux symbole sur la paume de la main du Toa, cela prit environ deux minutes.
Une fois cela fait il fit la même chose sur lui-même, deux minutes de plus, quand il eut enfin terminé la descente pu reprendre.

Arrivés en bas de l'escalier se dévoilait devant eux le Village d'Iconox, une vaste structure souterraine qui semblait avoir été creusée au travers d'un Glacier, et peut-être était-ce le cas, le Makuta se dit alors que si un jour les Ko-matoran se décidaient à vivre sous terre comme les Onu-Matoran leur village ressemblerait beaucoup à cela, mais l'heure n'était pas à la contemplation architecturale, aussi envoya t-il une nouvelle suite d'instructions télépathiques au Toa Solok.

* C'est ici que nous nous séparons, vous allez partir en direction des mines. * Il transmit alors au Toa le chemin à suivre qu'il avait subtilisé dans l'esprit du garde. * Guettez les rumeurs, les conversations, les mots que parfois laissent échapper ceux qui pensent qu'ils sont seuls et que personne ne les entendra les prononcer, faites cela aussi bien pour les mineurs que pour ceux chargés de les surveiller et de les faire travailler efficacement. De mon côté j'irais rencontrer celui en charge de l'endroit, afin d'élaborer la justification à notre présence ici, les Frères de la Roche ne viennent jamais sans raison.

Au cours de vos pérégrinations n'oubliez pas que la ville est sous loi martiale, à vrai dire les Skrall la transforment, ou l'ont déjà transformée, en forteresse, beaucoup ne verront pas d'un très bon œil que quelqu'un vienne fouiner un peu partout, surtout si il s'agit d'un Glatorian. On vous arrêtera, on vous prendra à parti, on vous cherchera des ennuis, à ceux-là montrez leur ce symbole, cela devrait suffire à les calmer et à les pousser à coopérer. Au cas où il y aurait quelques rétifs n'hésitez pas à donner un peu de poids à vos argument, si vous voyez ce que je veux dire, sans trahir ce que vous êtres vraiment évidement.
Je vous laisse à présent, nous avons tout les deux beaucoup à faire.*

Nui quitta alors Solok, s'engageant dans les allées d'Iconox pour aller à la rencontre de celui qui régnait sur ces lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solok
Toa Useless
Solok

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
400/400  (400/400)
Jauge de Vie:
980/1000  (980/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3400/3400 | DEF : 1535/2500

MessageSujet: Re: [Iconox] Infiltration dans la Ville de Glace   Mar 13 Mai - 22:48

La transformation et le déguisement avaient marché à merveille. Ils avaient passé la porte d'Iconox sans rencontré d'encombre rien qu'avec une illusion. Devant eux se déroulait un long escalier de glace. C'était un escalier descendant, parfait pour Solok qui avait maintenant plusieurs heures de marche dans les jambes. Durant la descente, Nui du graver un symbole sur le Toa de Glace... A la vision laser. Ce fut un peu douloureux. C'est vrai, se prendre des lasers dans la main ne fait jamais du bien. Solok avait maintenant la marque des Frères de la Roche sur sa main. Après quelques secondes à secouer sa main marquée, il repris la courte route qui le séparait de la ville d'Iconox. Sur le chemin, Nui lui délivra plusieurs instructions ce résumant en une mission : Ils allaient devoir glaner des informations dans la ville, séparément. Solok jouerait le rôle d'un Glatorian, affilié aux Frères de Roche, et il allait devoir glaner des informations dans les Mines. Mines d'Exsidian lui semblait-il avoir entendu en marchant vers sa destination après sa séparation d'avec Nui. Ce dernier lui transmit quelques informations supplémentaires une fois séparés. La ville était apparemment sous Loi Martiale et qu'il risquait d'être mal vu, en lui faisant comprendre que sa marque l'aiderait à passer un peu partout et qu'au cas où, il faudrait utiliser la force. En y réfléchissant, il ne pourrait certainement pas avoir recours à son épée qui était clairement estampillé Univers Matoran. Cela correspondrait à griller sa couverture. Et sa maîtrise du combat sans arme était faible. Il allait lui falloir se procurer une épée normale... Eurêka. Il se souvint que dans son Bouclier était incrusté une épée classique. Ce détail réglé en une petite minute de réflexion, le Toa de Glace reprit son chemin vers la Mine d'Exsidian.

Après une trentaine de minute de marche, Solok arriva aux Mines qu'il cherchait, grâce à l'itinéraire de Nui. L'entrée des Mines était gardée par plusieurs gardes Skrall. Sans les laisser l'interpeller, Solok montra sa marque de Frère de la Roche et les gardes, sans dire un seul mot, le laissèrent passé. C'était donc aussi facile que cela avec les Skrall. Mais cela le serait-il avec les mineurs Agori? Ou avec les quelque rare Glatorian présent ici, mineur ou protecteur missionné? Il ne le savais pas. Il fit quelque pas et fut remarquer par quelques mineurs qui n'y firent que peu attention. Certain dirent brièvement que quelqu'un était arrivé. Puis les mineurs reprirent leurs multiples discussions, parlant de leur journée ou de leurs projets. Ils parlaient aussi de diverse rumeur lié à l’arrivée du Protectorat sur Bara Magna. Le Projet de cet organisation serait de dominé le monde, de tuer tout le monde, ou de crée un nouveau monde sur les ruines des deux mondes actuels. Bref, ils avaient tous des interrogations tout à fait compréhensible sur toute organisation sortant de nul part et décidant de se prendre la moitié de la Planète. Certains mineurs parlaient de tout autre chose, comme de l'Univers Matoran, de ce qui c'était passé à Metru Nui il y a peu de temps. Le nom d'Emrakul revenait souvent, ainsi que celui de Zéro. Ils parlaient aussi du démantèlement des Fantômes des Sables. Gladius auraient sombrer dans la folie et tuer des gens puis se serait fait tuer par Zéro. Puis il y a eu un conflit interne... Certain émirent l'hypothèse que c'était lié au Protectorat qui est arrivé peu après, prenant tout les territoire de cette faction et ceux d'une autre faction venant de l'Univers Matoran dont il n'avait pas le nom, faction connu anciennement sous le nom de Main d'Artakha. Le Toa surveilla les discussions quand un Glatorian se retourna en sa direction. Il portait une armure blanche avec des pics bleus pleine d'impact noir et des cassures rafistolées à la va vite. On voyait qu'il avait déjà beaucoup combattu et qu'il connaissait du monde. Il avait sur lui une longue lance en fer, un Lanceur de Thornax, et une épée lourde. Il était visiblement en mission pour protégé un groupe d'Agori qui jetait souvent un coup d’œil dans sa direction. Son armure, son équipement, et les Agori qu'il allait certainement accompagné sous peu pour une possible livraison d'Exsidian semblaient tous révélé un détail supplémentaire sur ce personnage : Il faisait parti de la Tribu de la Glace. Il était chez lui en somme. Ce Glatorian dit à Solok :

-"Que fait tu là toi? Tu accompagne aussi un Agori sans sa livraison d'Exsidian?"

Le Toa déguisé montra sa marque a ce Glatorian.

-"Oh, un vendu aux Skrall! Ta petite marque je m'en fout vois tu? Je te met une raclée quand tu veux!"

Ce Glatorian se saisi de sa lance et fonça sur Solok. Ce dernier eu le reflex d'esquiver sur sa droite et se saisi d'une pioche et frappa au menton son agresseur, le faisant prendre quelque centimètre au dessus du sol. Solok se saisi ensuite de l'épée incrusté dans son bouclier, une épée toute simple, et, remontrant sa marque a se Glatorian, se mit en position de combat.

-"Voulez-vous continuer? Retourner vaquer à vos occupations immédiatement."
-"Et si je refuse?"
-"J'emploierais la force."

Le Glatorian se leva et ramassa sa Lance. Il regarda Solok, lui faisant comprendre par ses yeux qu'il n'avait que faire des menaces. Et avant même de pouvoir attaquer, l'épée de Solok se trouvait à deux millimètres d'une faille dans l'armure de sa cible, ouvrant directement sur de la peau couvrant des muscles, qui eux même couvraient des Os, qui était ceux qui protégeaient le cœur de leur propriétaire. Le Toa c'était arrêter volontairement, il n'avait aucune envie de tuer cet être. Il ne c'en était pris a lui que parce qu'il le considère comme un traitre aux autres membres de sa Tribu. Solok ne voulait aussi pas le tuer car cela serait préjudiciable pour les Agori qu'il protégeaient. Tout cela n'était que des menaces au final, et n'irait pas plus loin. Un Skrall, supervisant les Mines, observa la scène mais décida de ne pas intervenir. Officiellement, Solok était un Frère de la Roche, se mettre dans ses affaires n'était pas la meilleur solution. Il ira parler avec ce faux supérieur une fois sa petite affaire réglé avec ce Glatorian.

-"Vous voulez continuez? Êtes vous sur? N'avez vous point mieux à faire?"
-"Je n'ai rien de mieux à faire! Espèce de vendu aux Skrall!"

Le Glatorian repoussa avec son bras droit Solok. Ce dernier se remis rapidement sur ses pieds et commença à frapper les endroits où l'armure de son agresseur était ouverte, de façon naturelle ou à cause des combats, et fini par frapper violemment l'armure ventrale du Glatorian afin de le mettre à terre. Mais il résista et se saisi de sa grosse épée. Il jouait avec, faisant comprendre au Toa ce qu'il comptait faire avec, mais cela fut sa plus grande erreur. Solok en profita et infligea un tacle, ou au moins un pseudo tacle, car il n'avait aucune connaissance en combat sans arme, et le fit tomber facilement. L'être déguisé arriva ensuite au niveau de la tête de celui qui l'avait agressé et lui dit, en le pointant de son épée, mais l'agresseur eu le réflexe rapide de se relever. Il lui en fallait plus? Soit! Des qu'il fut debout, Solok effectua un coup d'épée diagonale violent, partant d'en haut à droite de son opposant, visant directement l'une des failles de son armure. À l'impact, cette partie de l'armure explosa littéralement. Des morceaux d'armure vinrent se coincer dans l'épaule droite du Glatorian. Il souffrait. Et l'épée du Toa n'avait rien arrangé. Mais cette douleur amena de meilleurs instincts de combat au blessé. Il se saisi de sa lance, rester à terre, et attaqua Solok. Le Toa de Glace ne pouvait se permettre d'abimer son Manteau, qui masquait un corps sur lequel était écrit en gros : "Je suis un Toa", si vous voyez où je veux en venir. Il n'eut pas assez de réflexe pour éviter totalement le coup, son bras non armé prendrait le coup en partie. Le Glatorian retira immédiatement sa lance, le bout était plein de sang, celui de Solok, qui recouvrait aussi le bras de ce dernier. Le Bras restait utilisable, juste un peu moins vigoureux. Il lui faudrait aussi quelque chose pour couvrir la blessure. Le Glatorian ramassa ensuite sa grosse épée. Solok ne jeta un coup d’œil qu'à ce moment là du combat à la seconde arme de son adversaire. Autant sa Lance était tout ce qu'il y a de banale, autant son épée... Elle semblait être un modèle unique. La lame était assez longue et large. Elle n'était aussi pas très épaisse, se qui permettait certainement de combattre rapidement avec. Mais l'adversaire d'aujourd'hui était loin d'égaler la vitesse de Solok.

La lame était elle noire et ondulait un peu. Sur la lame se trouvait une multitude de gravure blanches. C'était une bien belle arme. Si Solok se prenait un coup de cette arme, il perdrait certainement le manteau cachant sa vraie identité. Il fallait l'éviter à tout prix. Mais il fut tirer de ses observations en voyant la lame se rapprocher de son visage. Le réflexe fut très simple il se décala sur la gauche, évitant la lame qui était dirigé vers sa tête. C'était une arme meurtrière mais cela n'était pas la première préoccupation de Solok. Non. Lui il voulait l'éviter seulement pour conserver sa couverture intacte. Mais le Glatorian enchainait les coups à grande vitesse. Un premier coup venant de la gauche réussi à faire tomber Solok. Le coup n'était pas porter avec la partie la plus tranchante de l'épée mais il fut violent. Il essaya de transpercer le Toa, peut importe les conséquences, en plantant son épée dans le sol. Mais le déguisé roula sur sa droite, évitant le coup. L'agresseur enleva rapidement son épée du sol et enchaina les coups : Un venant de la gauche, un venant de la droite, un venant d'en haut... Solok se prenait les premiers coups, le blessant en plusieurs endroits mais évitant de déchirer le Manteau en des endroits où sa nature pourrait être révélé. Mais après quelques enchainements, le Toa remarqua un motif précis de l'enchainement des coups. Comme dit précédemment, il était composer de trois coups : Un venant de la gauche, un venant de la droite, un venant du haut... Ainsi de suite. Le tout en poursuivant la cible. Solok finit par atteindre un mur derrière lui. Un mur très épais. Il avait maintenant une sorte de plan. Le coup latéral droit allait arriver sous peu. Solok allait effectuer son esquive. Mais il allait attendre que le coup soit sur d'être effectué jusqu'au bout. Le Toa vit se moment arriver rapidement et il sauta en l'air. Un esquive assez orthodoxe dans les yeux du Glatorian. L'épée du Glatorian vint se planter dans le mur. Plus de la moitié de la lame se trouvait maintenant dans le mur. Il lui serait difficile de récupéré son arme. Le premier réflexe de son propriétaire fut d'essayer de retirer son arme. Il tenta tant qu'il ne voyait pas son opposant d'enlever l'arme. Puis il remarqua que Solok se trouvait maintenant sur la moitié de la lame qui n'était pas incrustée dans le mur. C'était assez large pour que Solok puisse s'y poser facilement, mais une seule fois. Le Toa planta son épée dans l'épaule blessé du Glatorian. Cela fut très rapide. Ce coup fut porter dans le dixième de seconde où le Toa avait posé ses pieds sur l'arme. Ce qui expliquait d'ailleurs la facilité avec laquelle son arme avait été plantée, il avait pris de l'élan. Le Glatorian s'écroula. Son bras n'était plus utilisable et ne le serait plus avant un moment.
Il souffrait. Solok qui était aussi blessé, mais moins, se reposa au sol. Se combat avait été difficile. S'il avait eu accès à toute ses armes et qu'il n'avait pas eu à masquer son identité, il aurait combattu de façon beaucoup moins basé sur l'esquive qu'il ne l'a fait là. Le Toa se saisi de son épée et la mit au visage de son agresseur :


-"Je n'ai pas envie de tuer. Arrêter tout de suite d'essayé de continuer se combat, je suis plus puissant que vous et j'ai en ces lieux la possibilités de vous infligez toute les pires douleurs. Alors ne me provoquez plus."

Le Glatorian ne répondit pas, il se leva, blesser, et retourna à côté de ses employeurs. Solok rangea son arme et observa la Mine. Peu de dommages collatéraux à part l'épée encastrée dans le mur et quelques pioches par terre. On voyait qu'il y avait eu un peu de raffut mais c'était tout. Aucun autre blessé à part les deux protagonistes du combat. Tous se rametèrent vite au travail, pensant qu'un Frère de la Roche les forçaient de si mettre par son simple regard. Le Toa s'approcha ensuite des Skrall, en leur faisant comprendre de ne pas toucher à ce Glatorian, disant "Qu'il en ferait son affaire un de ces quatre" et en leur faisant comprendre qu'il voulait que ce combattant touche tout de même son salaire, même en étant incapable d'assurer sa mission. S'ils ne c'étaient pas rencontré dans cette circonstance, Solok et ce Glatorian aurait pu bien s'entendre et ne pas se battre. Tout cela est arrivé à cause de la mission et le Toa ne voulait pas être à l'origine d'ennuis pour un inconnu. Les Skrall lui firent ensuite venir des bandages pour son bras blessé. Solok se permit ensuite de poser une question aux Skrall qui supervisaient les Mines, en leur montrant sa marque de Frère de la Roche. Il prononça cette question :

-"Qu'avez vous entendu comme rumeur concernant Bara Magna ces derniers jours?"

Le Toa de la Confrérie posa cette question à chacun des Skrall se trouvant dans les parages, leur rappelant qu'il était, faussement le savait-il, mais eux pas, un Frère de la Roche. Cela dura plusieurs heures, car les Mines s'étalaient sur une grande partie de la ville. Les Skrall parlèrent surtout du Protectorat, parlant de comment ils allaient agir dans le futur, pensant qu'ils s'apprêtaient à attaqué leur Empire à tout instant. Personne n'évoqua d'Artefact caché dans la Planète. Les gens d'ici ne semblaient pas savoir grand chose à propos d'un artefact en fait. Ni les Agori, ni les Glatorian, ni les Skrall ne parlaient d'artefact. Peut être que cette artefact n'était connu que de la Confrérie... Le Toa de Glace se mit à réfléchir un peu sur la question. Un Artefact. Bara Magna. Le Protectorat de l'Ombre. Une pièce semblait manquée... Mais laquelle? Solok ne connaissait pas assez bien la Planète pour émettre une possible localisation d'objet de grande puissance sur ce cailloux désertique. Il lui manquait des éléments trop important pour émettre une hypothèse solide mais il était persuadé d'une chose : On cache très bien ce genre de chose. Trop bien même. Il devait certainement avoir été caché à la vue de tous par ses créateurs... Soit il était caché dans un lieu à la vue de tous, ce qui semble assez peu probable vu la construction de cette première ville aux yeux de Solok. Soit l'artefact recherché était caché dans un lieu éloigné. Mais hélas, Solok n'avait aucune idée d'où pourraient se trouver tout ces lieux difficiles d'accès. A part Iconox, il n'en connaissait rien à part des mots lâchés à ses oreilles. Et encore, son raisonnement n'était que de la logique. Il se rappelait dans sa tête juste les principes basiques de la cachette. Qu'y avait-il de spécial sur cette Planète presque morte pour y cacher un Artefact? Il sorti de ses réflexions. Peut être qu'avec cette idée de base, écouter les autres parler l'aiderait à avoir une théorie plus solide. Il écouta premièrement un Agori parler avec un Glatorian qu'il employait, différent de celui que Solok à vaincu, de l'arrivé du Protectorat.

-"Ils sont arrivés juste après la défaite des Fantômes. Je te dis, ils étaient déjà mort il y a longtemps quand Ikinat à gâcher le Grand Prix de Le-Metru! C'était déjà le Protectorat derrière les Fantômes dans l'Ombre! Je suis sur que Gladius n'était qu'une image!"
-"Je ne te crois pas. Je pense que c'est une coïncidence que ces rebelles tombent juste avant l'arrivé du Protectorat. Peut être que ce Protectorat aurait décimé les Fantômes s'ils n'avaient pas chuté."
-"Mais bien sur! Je suis sur de ce que je te dis! Et je te le dis, l'Empire à côté c'est rien. Il se fera avalé par le Protectorat avant qu'on le voit venir!"
-"...Si tu le dis... Si tu le dis..."

Le Glatorian tenait à son salaire, ça se voyait. Il aurait mieux défendu son point de vue s'il n'avait pas en face de lui la possibilité de garnir sa bourse en Makoki. Ils n’apprenaient rien à Solok. Le Protectorat est puissant, trop puissant. Il est inarrêtable. Le Hagah n'a rien fait. Il n'avait aucune idée de comment le monde se sortirait de ce pétrin. Réellement. Le Toa avait déjà toutes ses informations. Il laissa cette conversation se continuer et écouta deux Agori qui minaient :

-"Tu as entendu parler de ce qui est récemment arrivé à Metru Nui il y a un mois?"
-"Ouais, il y a une grosse chose étrange qui est sorti d'une faille de nulle part! Il parait que c'était le chaos mais que Zéro à sauvé tout le monde. C'est un Agori revenant de l'Univers Matoran qui me l'a dit. Il y était pour affaire."
-"Il est partout et nul part à la fois ce gars! On ne le voit jamais quand il ne sauve pas tout le monde!"
-"C'est vrai qu'il apparait rarement sans sauver personne."
-"Je n'en sais rien..."

Le Toa les laissa discuter, même si le sujet de leur discussion les intéressait un peu. Il fixa de ses yeux bleus un autre groupe d'Agori qui parlait, comme le Glatorian et son employeur, de la chute des Fantômes et aussi de la prise de la Vallée du Labyrinthe.

-"Hum... Le Protectorat... C'est ironique comme nom."
-"Ce Protectorat à pris possession de tout les territoires qui appartenaient au rebelles..." Il posa sa pioche, un peu fatigué, et repris. "...Dont la Vallée du Labyrinthe."
-"Et alors? Il y a quelque chose de particulier dans cette Vallée?"
-"La Forteresse des Grands Êtres! Ce Protectorat vient de l'Univers Matoran! Ils ont surement un moyen d'accédé à cette Forteresse et d'accédé à de nombreuses choses s'y trouvant encore! Des rumeurs disent même que leur chef serait un Grand Être!"
-"Comment tu sais tout cela?"
-"Tout ceci ne sont que des rumeurs mon ami. Je ne sais pas si tout cela est vrai, mais cela pourrait l'être donc ce n'est pas à écarté des possibles solutions. Je n'ai fait que t'entendre parler de cela."
-"J'y crois pas aux rumeurs. Je ne crois qu'en faits avérés. Comme l'arrivé de ce Protectorat et cette prise de toute la Vallée du Labyrinthe. Tes inquiétudes sont fondées cependant, tu a raison d'avoir peur."

La Vallée du Labyrinthe? La Forteresse des Grands Êtres? De nombreuses choses s'y trouvant encore? Un moyen d'y accédé? Il était possible que cette Forteresse abrite l'artefact que la Confrérie convoite, où qu'une piste pour le retrouver y soit caché. C'est une première piste. Cependant, la Forteresse elle même semble difficile d'accès... Mais cette piste avait le mérite d'avoir une certaine crédibilité. Et Solok n'avait aucune autre idée en tête. Qui plus est, il est possible que l'artefact cherché ait été crée de la main des Grands Êtres eux même, ce qui rendrait la piste encore plus crédible si c'était le cas.

Mais il avait un autre problème maintenant : Il lui fallait recontacter Nui. Ces heures passées ici devaient lui avoir laissé le temps d'obtenir de bonnes informations aussi. Sa première idée fut de quitter la Mine, signalant son départ au Skrall présent dans la Mine. Il marcha comme tout à l'heure, une trentaine de minute. Un peu plus en fait, il avait un peu couru aujourd'hui. Il était plus proche d'avoir marché pendant trois quarts d'heure en fait. Mais il réapparu en ville en temps voulu. Nui n'était toujours pas là. Il allait devoir l'attendre. Solok se mit à l'écart afin que personne ne l'entende et que personne ne le voit et il se saisi de son communicateur et envoya un message de quelques mots à Nui. On sait jamais. Il sorti de son coin sombre et décida de visiter un peu la ville qui l’intéressait beaucoup, aussi bien en terme d'architecture qu'en terme visuelle. Cela lui faisait un peu penser à Ko-Metru étrangement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bionifigs.com/u1023
Nui
Chevalier Noir
Nui

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
430/500  (430/500)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4975 | DEF : 4600

MessageSujet: Re: [Iconox] Infiltration dans la Ville de Glace   Lun 2 Juin - 0:02

La structure vers laquelle Nui se dirigeait, et qui abritait le commandement Skrall à Iconox, l'intriguait grandement, alors qu'une grande partie du village était faite de glace et de cristal cet endroit, lui, était fait de métal.
En soi ce n'était pas surprenant, il devait sûrement s'agir d'un bâtiment nouvellement construit par les Skrall, sauf qu'il n'en était rien, l'architecture n'avait rien de fonctionnel et les Skrall n'étaient pas connus pour avoir un sens artistique très développé, surtout en ces temps troublés, et son intégration au sein du village était toute aussi aberrante, comme si on l'avait simplement posée là et qu'ensuite on avait construit le reste tout autour comme on avait pu.
Il était clair que ce n'était pas une construction récente et encore moins l’œuvre des Skrall, cette chose était là avant, bien avant, quand à sa véritable nature ou comment elle était arrivée là Nui l'ignorait mais se doutait que les Grands Êtres devaient avoir une part de responsabilité à cela, cependant ce n'était pas le but de sa venue, aussi remisa t-il ses réflexions dans un coin de sa tête et entra dans la bâtiment.

A l'aide de sa marque il n'eut aucun mal à rencontrer le commandant en chef d'Iconox, comme il l'avait supposé il s'agissait d'un membre de la sous-espèce la plus répandue mais qui avait fait de grands efforts pour paraitre plus imposant qu'il ne l'était par le biais d'une impressionnante armure qui, à elle seule, avait bien dû ponctionner la moitié du quota mensuel des mines, un bref examen des couches les plus superficielles de son esprit révéla qu'il était un nommé, à ce niveau de responsabilités le contraire aurait été surprenant.
Assis dans un fauteuil en bois épais à la hauteur de son égo il dévisageait Nui d'un regard scrutateur.

- Krevo, fils de la Roche. Salua le Makuta déguisé.
- Qui le demande ? demanda le Commandant d'une voix empreinte d'autorité.

Nui passa une seconde à se maudire de sa négligence, il avait oublié de doter sa fausse identité d'un nom, et il aurait du mal à justifier qu'un Frère de la Roche n'en ait pas, fort heureusement son imagination était réactive.
- Mevem, Frère de la Roche. Répondit-il en montrant sa marque.
- Ainsi donc, qu'est-ce qui peut bien amener un Frère de la Roche dans ma ville ? Questionna le Skrall.
- Comme partout ailleurs, chaque fois que les intérêts de l'empire sont contrariés et que la solution vient à tarder.
- Je ne vois pas en quoi les intérêts de l'Empire sont contrariés comme vous dites, Iconox est totalement sous notre contrôle, "Pacifiée" si je puis dire, qu'une seule de ces vermines ne lève la tête un peu trop haut ou ne donne ne serait-ce qu'un coup de pioche de travers et c'est la tête de cent d'entre elles qui roulerons sur le sol dans l'heure qui suivra, alors je pense que vous n'avez rien à craindre d'une révolte.
- Le seul intérêt que l'Empire porte à cette Ville est l'Exidian, or il s'avère que Roxtus en reçoit bien moins que prévu depuis quelques mois déjà, il m'a donc envoyé ici afin de corriger cela.
- Bien moins que prévu ? Tout ce qui sort des mines vous est envoyé, soit vous avez perdu le compte soit vos ambitions ont atteint de nouveaux sommets que même moi je ne peut suivre.
- Nous avons dument vérifié nos chiffres, les quotas n'ont pas bougé, et les filons sont loin de s'appauvrir, ce qui ne laisse qu'une possibilité, on nous vole.
- C'est très fâcheux, mais je ne suis à charge de ce métal que tant qu'il se trouve entre les Murs d'Iconox, ce qu'il advient des convois par la suite n'est pas de ma responsabilité.
- Vous pourriez être surpris de la portée que je peux conférer à votre responsabilité, mais nous avons vérifié, les scellés qui sont posés sur les convois à leur départ d'Iconox, et qui ne sont retirés qu'à leur arrivée à Roxtus, étaient tous parfaitement intacts.
Ce qui ne laisse plus qu'une seule option possible, les vols ont lieu dans la ville même.
- Vous n'avez pas entendu ce que je vous ai dit ? La Ville est verrouillée, les lingots d'Exidian sont stockés dans un entrepôt sécurisé et gardés par mes meilleurs hommes, moi seul peut en autoriser l'accès, quand il faut charger les convois ou faire l'inventaire, ce qui arrive assez souvent, vous voudriez donc me faire croire qu'un villageois mécontent serait parvenu à pénétrer dans la bâtiment le plus gardé d'Iconox, qu'il se serait servi comme au marché, plusieurs fois, sans que personne ne se rende compte de rien ?! Vous avez manger un Thornaxx trop mûr ou quoi ?! C'est IM-PO-SSI-BLE ! Finit-il en frappant du poing l'accoudoir de son fauteuil.

Malgré l'irritation qui commençait à monter en lui Nui se força à écouter jusqu'au bout le discours de l'officier, il avait la tête dure, mais pas assez, lorsqu'il lui répondit il invoqua une fraction de son Pouvoir de Peur afin d’instiller un soupçon de paranoïa dans son esprit.
- Quand ai-je dit que cela était l’œuvre de villageois ? Vous l'avez dit vous même, et vous avez raison, cela est impossible.
- Je ne vous suis plus.
- C'est pourtant simple, mais peut-être refusez vous seulement de voir la réalité en face, je dis que la confiance que vous placez en vos hommes est...légèrement présomptueuse.
- Attendez...Vous pensez que ce sont mes hommes les voleurs ?
- Chaque cause a ses traîtres, le dernier leader des Fantômes des Sables n'était-il pas jadis l'un des nôtres ?
- Mais...ce sont les meilleurs de mes...mes plus loyaux soldats...non, ce n'est pas possible.
- Vous surestimez la loyauté, et sous-estimez l'avidité, si cela peut vous rassurer, ou vous mortifier un peu plus, ils ne vous ont pas trahi de leurs propre chef, on leur a simplement fait une meilleur offre.
- ...Qui ?
- Les Fantômes des Sables.
- Arrêtez de vous foutre de moi ! Les Fantômes des Sables sont morts ! Ils appartiennent au passé.
- Il est vrai qu'ils n'existent plus en tant que faction, mais des poches de résistance subsistent ici et là, telles des Vorox elles s'enterrent profondément pour ne resurgir qu'au moment propice
Et l'une d'entre elle a justement resurgi à Iconox, pour subtiliser de l'Exidian en vue de se réarmer.
- Mais...comment savez-vous tout ça ?

Parce qu'il inventait au fur et à mesure, utilisant les propres peurs du Commandant pour rendre le tout des plus crédible.
- Parce que ceci n'est pas le commencement de mon enquête, mais sa fin, localiser ces gêneurs et les éliminer ne sera qu'une formalité comparé à tout ce que j'ai fait jusqu'à présent pour obtenir ses informations.
* A savoir supporter votre suffisance pathétique.*

Krevo était en proie au doute et à la confusion, le Makuta eut alors tout le loisir de s'enfoncer dans son petit esprit obtus à la recherche d'informations intéressantes: Bien avant de finir à Iconox le Commandant avait fait parti du bataillon qui avait conquis Tajun, dans ce village se trouvait un ancien laboratoire ayant appartenu aux Grands Êtres, quand ils y pénétrèrent quelle ne fut pas leur surprise quand ils virent qu'il était complétement vide, il s'avéra que les fantômes avaient emporté avec eux tout ce qui était digne d’intérêt.

Voilà une information de première ordre, alors que les Skrall évitaient généralement d'avoir à faire à la science perdue des Grands Êtres les Fantômes eux n'avaient pas ce genre de scrupules, menant une résistance désespérée contre un ennemi brutal et supérieur en nombre ils comptaient sur une technologie plus avancée pour faire pencher la balance en leur faveur.
Ainsi ils s’établissaient dans d'anciennes installations des Grands Êtres et récupéraient tout les artefacts qu'ils pouvaient trouver.

Ce qu'il cherchait avait donc de grandes chances de se trouver quelque part sur l'un des anciens territoires des Fantômes...et c'est alors que son communicateur sonna.


*****

Pour les deux sentinelles de la Porte Est d'Iconox, c'était un jour comme les autres, le Soleil avait entamé sa descente et le vent s'était levé, tissant un voile de neige tout autour d'eux, c'était le pire moment de la journée pour des sentinelles car la visibilité était extrêmement réduite et ils leur devenait alors impossible de déterminer ce qui approchait avant que ce ne soit sur eux.
Cependant la région était assez calme -les Vorox n'aimaient guère le froid- la faune locale n'était guère agressive et un quelconque envahisseur ne se serait pas risqué à attaquer une position située aussi loin à l'intérieur de l'empire.
Ils restaient bien évidement sur leurs gardes, mais sans pour autant être tendus outre mesure, un Frère de la Roche ne se présentait pas à cette porte tout les jours après tout.

Pourtant, une fois encore, il y avait une chose qui sortait de l'ordinaire, un bruit, le garde de gauche fut le premier à l'entendre, pas comme quelqu'un marchant dans la neige, plus comme quelque chose rampant sur celle-ci.
Sa main se crispe inconsciemment sur la hampe de sa hallebarde, il y a quelque chose devant lui, quelque chose qui lui est inconnu, qui se rapproche, qu'il ne peut pas voir, son collègue de droite l'entend à son tour, son arme brandie face au voile neigeux le voici prêt à se battre, quoi qu'il puisse y avoir en face, et il ne tarde pas à l'imiter.

Le son de reptation se fait plus présent, mais il n'y a toujours rien devant eux, alors, prudemment, ils avancent au travers du Voile blanc, mais, étrangement, plus ils avancent plus le bruit s'assourdit.
Et quand, finalement, seul le vent reste audible, le soldat de gauche ressent soudainement une douleur aussi fulgurante qu'éphémère au niveau de son pied gauche, surpris il porte son regard au sol pour savoir sur quoi il avait bien pu marcher et se fige de stupeur.

La surface neigeuse n'était plus uniforme, elle était constellée de bosselures en forme de dôme, chacune aussi grosse que la tête du Skrall, ce dernier s'étonnait d'ailleurs de ne pas avoir marché dessus auparavant puis il se rendit compte que sa jambe se situait juste à coté de l'une d'entre elle, l'association du souvenir de la douleur avec la proximité de cette formation déclencha en lui un primitif réflexe de recul.
A peine s'était-il exécuté que les dômes se mirent à bouger, produisant le fameux bruit qui l'avait amené jusqu'ici, la sentinelle commence alors véritablement à avoir peur, il y avaient des chose cachées sous la neige, des choses qui les avaient attirés jusqu'ici, un piège.

Une sensation de froid anormale remonte le long de sa jambe, accompagnée d'une perte de sensation des plus inquiétante, il existent dans le désert une espèce de serpent qui évolue en grand nombre juste sous la surface du sable, ils restent immobiles jusqu'à ce qu'une proie arrive à leurs portée, leur morsures pouvaient tuer en quelque secondes, mais la forme ne correspondait pas à un reptile.

Le Guerrier continue de reculer alors que les choses sous la neige continuent impitoyablement leur avancée, le froid à dépassé le genou, bloquant complètement l'articulation, sa jambe est désormais complètement rigide, il perd l'équilibre et tombe.
Poussé par son instinct de survie il lâche son arme et utilise ses deux bras pour ramper dans la neige fraiche, les "dômes" augmentent imperceptiblement leur allure, il sera bientôt complètement encerclé.
Son collègue se décide enfin à lui venir en aide, profitant de manier une arme d'hast qui lui permet d'attaquer sans s'exposer, il frappa d'un coup d'estoc la chose la plus proche de son acolyte à terre, la force de l'impact souleva la neige qui la recouvrait, dévoilant un dôme de métal noir sur lequel la lame de la hallebarde avait rebondi sans provoquer le moindre dommage.

Ignorant complétement l'attaque qu'elle venait de subir la créature, ainsi que ses congénères, poursuivirent leur lente et impitoyable progression vers le Skrall blessé, l'effroi emplit la sentinelle encore debout, trouvant écho dans l'ancienne peur des Baterra, ces monstres de métal vicieux et polymorphes. Elle multiplie les balayages dans l'espoir de repousser cette masse silencieuse, mais elle finit par s’arrêter quand son arme lui semble plus lourde que d'habitude. Il lui suffit d'un coup d’œil pour comprendre que ce n'est pas dût à l’épuisement.

Deux de ces créatures avaient réussi, Tuma seul savait comment, à se fixer sur le plat du fer de sa hallebarde, c'est à cet instant que le Skrall se laissa aller à la panique la plus totale, il jeta son arme au loin et s'enfuit, courant en direction d'Iconox aussi vite que ses jambes le pouvaient, totalement sourd aux cris de détresse de son camarade qui succombait à une myriade de piqures glacées.

Arrivé aux portes du village sa main plonge au niveau de sa hanche, pour s'emparer du cor que chaque sentinelle porte et dont seul le son pouvait ouvrir l'entrée de l’extérieur, mais elle ne rencontra que le vide, il avait du le perdre dans la précipitation.
Il stoppa sa course et se retourna dans l'espoir de le trouver quelque part sur le sol, de préférence assez près de lui, quel espoir vain, tout ce qu'il vit fut une masse de dômes là où jadis se trouvait le corps de son collègue, mais aussi d'autres de ces choses, qui venaient vers lui, et qui changeaient.

Elles semblaient se surélever, et quelque chose sortait d'en dessous, des pattes, aux nombres de quatre, longues comme deux fois le corps auxquelles elles étaient rattachées et aussi effilées que les meilleures lames de l'empire, qui se déployaient lentement avec une grâce décomposée parfaitement hypnotique.
Ce n'étaient plus des dômes à présent, mais des sortes d'araignées cauchemardesques, et elles se mirent en mouvement, avec une synchronicité parfaite et une vélocité proprement effarante, elles ne se cachaient plus à présent, elles ne rusaient plus, elles s'avançaient vers le dernier Skrall encore debout avec l'assurance d'un prédateur sachant sa proie condamnée.

Ce dernier se tenait dos à la porte, qui resterait close jusqu'à ce que son corps soit aussi froid que la glace qui la compose, complétement tétanisé il ne pouvait qu'attendre sa fin, et se demander ce qui était le plus effrayant chez ces choses, leurs silence assurément.
Elles ne produisaient pas le moindre son quand elles se déplaçaient, pas de crissement, pas de stridulation, absolument rien, si il avait été aveugle il aurait pu prétendre qu'elles n'avaient jamais été là, mais ce n'était pas le cas et l'image de ses monstruosités fondant sur lui était gravée dans son esprit et elle se s'en irait pas, même si il fermait les yeux.

Puis il entendit finalement un son autre que ceux du vent et de sa respiration que la peur rendait haletante, il entendit un gloussement suraigu et complétement dissonant, presque triomphant aurait-il dit.
Instinctivement il leva la tête, et ce qui restait de sa raison s'effondra, des dizaines de ces arachnides recouvrait la haut des portes et le flanc de la montagne qui les surplombait, il n'eut même pas le temps de hurler quand l'une d'entre elle tomba de la paroi droit sur son visage.
 

*****

Nui rangea son communicateur, c'était Solok, il avait visiblement trouvé une piste, tout comme lui, mais avant de pouvoir le rejoindre il avait une dernière chose à faire.
- C'était mon...coéquipier. Dit-il au Commandant.
- Votre co....Il y a un autre Frère de la Roche à Iconox ? Répondit le Skrall avec un franc étonnement.
- En effet, et pendant que nous parlions il arpentait la ville, traquant et éliminant les traîtres, son appel signifie qu'il en à terminé là-bas, il ne me reste plus qu'à en finir avec le cerveau de cette conspiration: Vous.

A cet instant pour que la stupeur de Krévo puisse être plus grande il aurait fallu que le Makuta lui révèle qui il était vraiment.
- Qu...que...QUOI ?! Le Skrall explosa de fureur. Sale fils de Baterra puant ! Vous osez m'accuser MOI ?! Il bondit hors de son siège, la main rivée sur la garde de son épée, seul son bureau en bois épais le séparait encore de l'objet de sa colère, mais il ne le retiendrait pas longtemps si il se décidait à charger.
- Vos preuves ! Où sont vos preuves ?

Face à ce déluge de décibels Nui ne tressaillit même pas, ce qui ne manqua pas d'intriguer le commandant, et avec une voix aussi stoïque que le reste de son corps il acheva de clouer le cercueil de Krévo.
- Mes preuves ? C'est vous même qui me les avez données.
- Hein ?
- Vous aviez raison, l'entrepôt était gardé par les meilleurs de vos hommes, ceux dont la loyauté allait à vous plus qu'à l'Empire, le seul qu'ils auraient laissé passer sans poser la moindre question c'est bien vous. Et pour tout les autres cela n'aurait même pas été suspect, vous êtes présent à chaque inventaire et, comme vous l'avez dit vous même, cela arrive souvent.

Le Skrall commença à blêmir, il voyait où son inquisiteur voulait en venir et cela n'augurait rien de bon.
- Attendez, vous...vous pensez que c'est moi qui...travaille...pour les fantômes ?
- Les Fantômes ? Ils ont tous disparus et jamais ils ne reviendront, c'était un mensonge, destiné à endormir votre méfiance.
C'est une belle armure que vous portez, du pur Exidian si je ne me trompe, c'est aussi ma dernière preuve, car ce n'est pas une idéologie qui vous à conduit à trahir le Père de la roche, seulement la cupidité.

Krévo n'était pas l'être le plus intelligent que Nui connaissait mais il n'était pas arrivé à la position qui était la sienne sans avoir fait preuve d'un minimum de réflexion, et de la réflexion il était justement en train d'en faire, le Makuta pouvait voir les connexions se faire dans l'esprit du Skrall à mesure qu'il commençait à comprendre ce qui était en train de ce passer, le piège qui se refermait sur lui.
Ce n'était qu'une question de temps avant que le Commandant ne se décide à attaquer, sauf si Nui l'en empêchait bien sur, l'avantage d'être télépathe est que l'on peut connaitre les intentions avant leurs réalisation.

Quand les intentions meurtrière de Krevo atteignirent un niveau satisfaisant, c'est à dire quand il fut sur le point de dégainer son épée, le Makuta activa son pouvoir du magnétisme, le Skrall se retrouva incapable de sortir sa lame de son fourreau, tout comme d'enlever sa main de la garde, son autre bras se souda à son corps tandis que ses jambes, et ses dents, se collèrent ensemble.
Réduit à l'état de statue il bascula en arrière, s'effondrant sur son fauteuil, qui tint bon malgré son poids.

La seule chose que le Commandant pouvait encore bouger était ses yeux et on pouvait y lire la peur, mais Nui n'en avait pas encore fini avec lui, quand il parla à nouveau sa voix était celle de Krevo mais les mots qu'il prononça n'étaient pas destinés au Skrall, mais à lui-même.

- C'est une belle histoire que vous avez là, frère Mevem, même si certain points laissent à désirer, sans compter qu'il manque la fin, ce moment tragique où vous et votre équipier mourrez de vos blessures après avoir démantelé une cellule de survivants Fantômes à vous seuls.

Sur ces mots le Makuta se saisit du bureau devant lui et d'un revers de bras l'envoya s'écraser contre le mur proche, la voie vers le commandant à présent dégagée il lui décrocha un coup de pied qui les envoya, lui et sa chaise, à l'autre bout de la pièce.
En bout de course le meuble était en miette et le Skrall, libéré de l'emprise magnétique de Nui, gisait sur le sol tel un patin désarticulé, une fois qu'il eut repris ses esprits il tenta d'appeler sa garde à l'aide, avant de se rendre compte qu'aucun son de sortait de sa bouche.
Nui avait entre temps activé son pouvoir de silence pour l’empêcher justement d'alerter quiconque à l’extérieur de cette pièce, ne laissant à Krevo qu'une seule alternative, une attaque désespérée.
Le Commandant se remit sur ses pieds et dégaina sa Lame, une lourde épée à deux mains elle aussi faite d'Exidian, avant de charger le Makuta dans un cri de rage silencieux, ce dernier le laissa approcher, puis, quand le Skrall lui assena un puissant coup de taille, activa son pouvoir d'esquive pour l'éviter et se déporter sur son flan gauche tout en déployant la lame caché dans son avant-bras du même bord, avant de l'enfoncer dans un défaut de l'armure situé au niveau de l’aisselle.

Nui n'avait pas une connaissance absolue de l'anatomie des Skrall mais estimait que sa lame avait pénétré suffisamment loin dans la cage thoracique du commandant pour endommager quelques organes vitaux.
Cela se vérifia rapidement, Krévo s’affaissa, son immense lame lui échappa des mains et tomba lourdement sur le sol, quand le Makuta retira son arme de son corps un flot de sang jaillit de la blessure et il tomba à genoux.
Dans l'état actuel des choses le Commandant aurait droit à une mort lente, mais Nui n'était pas un sadique et surtout il avait mieux à faire que de le regarder mourir d'une hémorragie, il était en mission, l’efficacité avant tout.

- Krévo fils de la Roche, par cupidité tu as trahit Tuma, Père de la Roche, puisse tu, dans la mort, avoir plus d'honneur que dans la vie.

De sa main libre il saisit la tête du Skrall pour la mettre dans la bonne position puis, après qu'il eu prononcer ces quelques mots, sa lame plongea dans la nuque du Commandant pour ressortir de l'autre coté de son crâne, achevant ainsi instantanément son existence.

Une fois son instrument de mort sorti de la boite crânienne de Krevo et replié dans son logement, et après s'être assuré que son déguisement n'avait pas été compromis dans la manœuvre, il quitta la pièce, laissant derrière lui le corps sans vie et une mare de sang.

- Le Commandant Krévo à été démis de ses fonctions, qu'il soit remplacé par quelqu'un de plus compétent, ou je serais contraint de revenir.
Lâcha t-il aux gardes se tenant à l'entrée du bâtiment, ceux-ci se concertèrent un instant avant de ce précipiter à l'intérieur tandis que lui-même s’engageait dans les rues d'Iconox à la rencontre de Solok.

*****

Peu-après le départ de "Mevem", et avant que quiconque ne pénètre à nouveau dans cette pièce, quelque chose s'y produisit.
Un liquide noir se mit à suinter d'une fissure dans le mur, s'écoula lentement le long de ce dernier pour finir par former une flaque sur le sol, une fois qu'elle eut atteint une certaine taille l'écoulement cessa, alors elle commença à se tasser sur elle-même, gagnant progressivement du volume jusqu'à avoir la forme d'un dôme, quatre faisceaux en jaillirent au mépris le plus total de la gravité, se courbant au milieu de leurs course pour finir par toucher le sol à la fin de celle-ci.
L'ensemble se solidifia, la flaque était devenue une étrange créature arachnéenne dotée de quatre pattes effilées et d'une carapace métallique en forme de dôme, la chose ainsi formée s'avança vers le corps sans vie du Commandant.


*****

Quand Nui retrouva Solok ce dernier avait pris place dans un coin relativement isolé de la ville, garantissant qu'ils seraient plus ou moins à l'abri des oreilles indiscrètes. Le temps était donc venu pour le recoupement des informations.
- J'ai reçu votre message, vous avez donc une piste concernant l'objet de nos recherches, il s'avère que moi aussi, mais à vous l'honneur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solok
Toa Useless
Solok

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
400/400  (400/400)
Jauge de Vie:
980/1000  (980/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3400/3400 | DEF : 1535/2500

MessageSujet: Re: [Iconox] Infiltration dans la Ville de Glace   Ven 13 Juin - 18:58

Le Toa de Glace, après avoir observer la ville, alla se mettre dans un coin isolé de la ville, où personne ne l'entendrait et ou personne ne le verrait. Il ne fut pas remarquer et se mit a attendre Nui, qui arriva quelque minutes plus tard. Tout comme le Toa, le Makuta avait aussi obtenu une piste mais demanda a Solok de livrer ses informations le premier. Il ne se fit pas attendre et commença :

-"Et bien, durant ce petit voyage aux Mines d'Exsidian de cette ville, j'ai entendu deux mineurs parler de la Forteresse des Grands Êtres. Il paraitrait que beaucoup de chose s'y cacheraient. Et sans rajouter que le nom est déjà à lui seul très explicite sur le sujet, l'artefact que nous recherchons aurait de grandes chances de s'y trouver. Cependant, cette forteresse fait parti des territoires sous la domination du Protectorat, il se pourrait donc qu'ils aient déjà mis la main sur l'Artefact où qu'ils ait entièrement investi la forteresse. Je pense que cette piste est à explorer, mais il ne faut pas négliger la votre, qu'avez vous trouver?"

Solok se tût, attendant que Nui lui parle de ce qu'il avait découvert aujourd'hui. Mais en y réfléchissant, le Toa à l'armure blanche ne savait même pas où se trouvait cette forteresse et ne pu s'empêcher de demander a cette pensée :

-"Au fait, on a une carte de la Planète? Je ne sais même pas où ce trouve cette Forteresse dont je viens de vous parler."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bionifigs.com/u1023
Nui
Chevalier Noir
Nui

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
430/500  (430/500)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4975 | DEF : 4600

MessageSujet: Re: [Iconox] Infiltration dans la Ville de Glace   Dim 29 Juin - 17:55

C'est avec un mélange d’inquiétude et de scepticisme que les deux guerriers Skrall cheminaient dans la forteresse qui était la leur, bien qu'il ne l'ait pas dit directement l'insinuation du Frère de la Roche, "le Commandant Krevo à été démit de ses fonctions", était sans équivoque, il avait tué le Commandant, pourquoi ? Il n'avait pas jugé bon de leur communiquer la raison de ce geste, ce qui ne signifiait pas qu'il n'y en avait aucune, les Frères de la Roche ne faisaient jamais rien sans raison.
Le fait était là cependant, Iconox n'avait à l'heure actuelle plus de chef, il allait falloir le remplacer, mais avant tout, et surtout, il fallait nettoyer, cette tâche avait été déléguée aux deux guerriers ici présent, est-ce que cela les enchantait ? Non, est-ce qu'ils discutaient cet ordre ? Non, à moins qu'ils ne veuillent être les prochains à nourrir les Spikit.

Quand ils franchirent finalement les portes du bureau ce qu'ils y découvrirent fut à la fois ce qu'ils attendaient et une surprise, un mobilier en ruine, signe d'un combat, une large flaque de sang sur le sol, signe de graves blessure, mais, et cela était la surprise, pas de corps.
Les deux soldats se dispersèrent alors dans la salle pour le chercher, l'absence d'un cadavre signifiait-elle que le commandant était toujours en vie ? Si c'était le cas où était-il ? Aurait-il quitté la pièce ? Si il avait été blessé au point de perdre autant de sang alors il devrait y avoir d'autres traces sur le sol si il s'était déplacé, ce qui n'était pas le cas. Le sang d'un autre ? Le Frère de la Roche semblait en pleine forme quand il était parti pourtant, il n'y avait aucune autre issue à cette pièce, alors où avait bien pu passer le corps ?

La réflexion d'un des soldats fut brutalement, et définitivement, interrompue lorsqu'un tentacule, venu d'au dessus de lui, perfora l'exact sommet de son crâne, son corps se relâcha immédiatement, réduit à l'état de poupée de chiffon il fut tracté jusqu'au plafond.
Son acolyte, qui avait le dos tourné à cet instant, ne vit ni n'entendit rien, sa surprise fut donc grande quant, en se retournant, il ne trouva que du vide à la place de son binôme, perplexe il s'approcha de sa dernière position connue.
C'est alors que quelque chose goutta sur son épaule, il cueillit la substance du bout des doigts et sursauta, c'était froid, presque autant que la glace d'Iconox, peut-être même plus, une sorte de liquide, noir comme la nuit, un peu plus visqueux que de l'eau mais pas plus.
C'est alors que quelque chose parla.

-...C̶̕ha͜͡i͜r̷͡...

Une voix caverneuse, à ce point déformée qu'elle en était presque inintelligible, qui provenait de juste au dessus de lui.
Le Skrall releva alors la tête, la seule chose qu'il pu faire face à l'horreur accrochée au plafond fut de hurler, quelque instants seulement avant de rejoindre son acolyte au sein de la masse.


*****

Nui était satisfait, le Toa Solok avait fait du bon travail, les informations qu'il avait récupéré étaient des plus pertinente.
- La Forteresse des Grands Êtres, jusqu'à une époque assez récente elle était le Quartier général des Fantômes des Sables. Répondit le Makuta. Ce qui recoupe de façon assez commode ce que j'ai appris de mon coté, à savoir que ces dit Fantômes n'étaient pas seulement friands de la technologie de notre monde mais aussi de celle des Grands Êtres, bien que la différence entre les deux soit parfois floue.
Si ils avaient trouvé un artefact de l'importance de celui que nous recherchons ils ne l'auraient pas stocké dans une de leur base frontalière
mais bien dans cette forteresse-là.
Résumons, soit l'artefact se trouvait depuis le début dans la forteresse, soit les Fantômes l'ont trouvé ailleurs et l'on amené là, les probabilités nous conduisent donc à faire de ce lieu notre destination.

Quand à sa localisation, elle se situe à l'extrême nord de cette planète, et au nord-est de notre position actuelle. Nui marqua une courte pause avant de reprendre. A partir de maintenant la difficulté de notre mission va monter d'un cran, pour atteindre notre objectif il va nous falloir traverser les Montagnes des Pics Noirs, le Cœur de l'Empire Skrall, et comme nous avons pu le constater ils sont plutôt du genre protectionniste, cependant il existe plusieurs itinéraires permettant de traverser cette région avec une relative discrétion, il s’avére que l'officier en charge de cette ville en connaissait un, que je connait moi aussi à présent.

Une fois arrivés à la Forteresse nous aurons à faire face à deux problème, le premier n'est autre que le Protectorat, je pense qu'il n'est pas utile que je précise pourquoi nous devons nous en méfié, mais il faut aussi prendre en compte que le Maitre est un Grand Être, ce qui signifie que contrairement à nous lui, et par extension ces forces, connait la nature précise de tout ce qui se trouve là-bas, ainsi que la façon de les utiliser correctement, il y a aussi une possibilité qu'ils aient déjà localisés et récupérer l'artefact, mais nous ne pourrons nous en assurer qu'en allant sur place.

Le second problème concerne l'état des lieux en eux-même, la débâcle des fantômes à commencé après qu'ils aient perdu tout contact avec la Vallée du Labyrinthe, à ce jour nous ne savons pas avec certitude ce qu'il s'est vraiment passé, peut-être qu'ils ont joué avec le mauvais artefact, peut-être était-ce là la première action du Protectorat après son retour, toujours est-il qu'il se peut que le bâtiment soit endommagé et le terrain difficilement praticable, ce qui risque de ralentir et compliquer nos recherches, d’où l’intérêt de l'Elda.

Enfin il y a une troisième force avec laquelle nous devons rester sur nos gardes, les Baterra, ce qui signifie "Mort silencieuse" en Skrall, la peur de ces êtres est profondément ancrée dans leurs esprits, des assassins robotiques capable de métamorphose, dangereusement intelligents avec un gout particulier pour les pièges et les embuscades où ils prennent la forme d’objets anodins tels que des pierres ou des arbres, en groupe ils surpasseraient n'importe quel guerrier de l'empire, Tuma y compris, face à eux ils n'ont connu que des défaites, se faisant repousser sans cesse toujours plus au sud, dans un sens ils sont responsables de la frénésie de conquête de cette espèce.
A l'heure actuelle ils sont majoritairement présents dans les régions du nord, là où nous nous rendons, ce qui signifie que nous risquons d'en croiser un ou plus, si cela venait à être le cas je vous encourage à la prudence, ce sont visiblement des êtres vicieux et mortels au corps-à-corps, nos pouvoirs nous donnent un avantage certain face à eux par rapport aux Skrall mais n'oubliez pas que si je peut encaisser une lame au travers du corps sans broncher ce n'est pas votre cas.

Bien, je pense avoir énuméré toutes les possibilités, nous pouvons nous remettre en route.

Sur ces mots le Makuta, suivit du Toa, se dirigèrent vers la sortie d'Iconox.

*****

L'entrepôt d'Exidian d'iconox, un endroit stratégique, est protégé par les meilleurs hommes d'Iconox, l'un d'entre eux est actuellement épinglé sur un mur par le tentacule qui lui transperce la tête, l'instant suivant il est attiré au sein de la chose qui s'occupe actuellement de clairsemer les rangs de cette "Élite". La plupart d'entre eux ne sont plus, certains ont pu fuir mais il sera trop tard quand d'éventuels renforts viendront, il n'en reste qu'un face à l’abomination, il n'aura pas même le temps de s'abandonner au désespoir, une main aussi large que son bouclier s'empare de lui et le soulève tel une poupée de chiffon, une seconde se referme sur sa tête et, avec l’aisance et la délicatesse d'un enfant démembrant un insecte, la sépare du reste de son corps.
Repu de chair l'aberration laisse derrière elle ce cadavre surnuméraire, elle a de nouveaux appétits à présent et le champ libre pour les assouvir, si ce n'est cette porte de glace qui ne résiste guère longtemps à sa force désormais colossale, derrière repose l'objet de sa convoitise, une multitude de lingot d'Exidian.

-...M̸͠é̕t͝͠a͜l̴... Susurra sa voix déstructurée avec une pointe d'avidité.

Elle posa sa main sur la première pile à sa portée et, de la même façon que se nourrissaient les araignées, exsuda par celle-ci un liquide noir qui commença à dissoudre le métal en une bouillie qu'elle incorpora ensuite à son organisme. 

*****

Nui et Solok venaient à peine de franchir les Portes de la ville, embrassant du regard l'immensité neigeuse des Montagnes environnantes, que le Makuta avait déjà relevé deux détails inhabituels, déjà les portes étaient grandes ouvertes, ce qui était assez étrange au regard de l'attitude sécuritaire des Skrall envers cet endroit, ensuite les deux sentinelles n'esquissèrent pas le moindre geste lorsqu'ils passèrent entre elles, cela pouvait s'expliquer par une forme de discipline militaire couplée à une connaissance de ce qu'ils étaient, mais il y avait dans leur immobilisme quelque-chose de non naturel.
Par acquis de conscience Nui scanna leurs esprits, ce qui acheva de le mettre en alerte, car il avait échoué dans son entreprise, non pas que les deux soldats avaient un quelconque bouclier mental, c'est juste qu'ils n'avaient plus d'esprit, plus de conscience, plus rien, c'était comme essayer de lire l'esprit d'une pierre. Ils étaient donc morts ? Qu'est ce qui avait bien pu les tuer en les figeant dans cette position ?
Ces interrogations plein la tête Nui continua d'avancer comme si de rien n'était quand soudainement, simultanément, les bouches des deux sentinelles s'ouvrirent, ce à un angle bien supérieur à ce que leur anatomie devrait le leur permettre si bien que leurs visages se faisaient littéralement déchirer par leurs mâchoires. Celles-ci étaient tapissées d'une multitude de dents pointues comme des aiguilles, disposées de façon circulaire comme dans la bouche d'un ver.
Leurs mains s'ouvrirent brutalement, laissant tomber leurs hallebardes dont le bruit de la chute fut grandement atténué par la neige, leurs doigts s'agitant et se crispant de façon complètement erratique, comme si leurs propriétaires voulaient les plier mais qu'ils étaient incapables de se souvenir de comment effectuer ce geste élémentaire.
Puis leurs jambes se mirent à leur tour en mouvement, encore une fois d'une telle façon qu'il semblait qu'ils découvraient pour la première fois la bipédie, posant mécaniquement un pied devant l'autre, le reste de leurs corps s'agitant de façon totalement déstructurée.

L'Instinct de Nui l'avertit que quelque chose n'allait pas, il alerta aussitôt son coéquipier par télépathie.

* Solok, il y a quelque chose qui ne va pas avec ses sentinelles, leur esprit a...disparu, comme si elles étaient mortes, pourtant elles bougent encore, et se dirigent vers nous.
Surtout ne vous retournez pas, continuez d'avancer comme si de rien n'était, on va les laissez s'approcher encore un peu.*

La vitesse des soldats augmentait sensiblement, chaque nouveau pas était moins hésitant que le précédent, leurs mouvements devenaient sans cesse toujours plus cohérents, comme si ils s'habituaient enfin à leurs formes et à leur environnement.
Ce qui n'était jusque là qu'un pas claudiquant s'était changé en une course effrénée, les créatures se ruaient gueule en avant vers les deux guerriers, le Makuta passa la main droite dans son dos sous son manteau, il y eut un léger déclic et ses doigts se refermèrent sur la crosse de son canon Hydra, satisfait il s’arrêta, les deux soldats avaient déjà parcourus la moitié de la distance qui les séparaient de lui.
Il fit alors volte-face, mit en joue les deux aberrations, évalua la menace du regard pour être sûr de ne pas s'être trompé, et tira deux fois, les deux tirs firent mouche, emportant leurs têtes dans un dérangeant bruit de verre brisé.

Les sentinelles sans tête continuèrent sur leurs lancées pendant encore quelques pas avant de tomber à genoux, leurs corps se convulsèrent alors avec une violence inhabituelle pour de simples réflexes post-mortem.
Les saccades empirèrent au point qu'il sembla que leurs torses enflaient et se distordaient en même temps, finalement ils se déchirèrent en deux du cou jusqu'aux hanches, et de multiples "dents" faites de muscles et d'organes solidifiés "poussèrent" le long des déchirures, les changeant en de gigantesques et grotesques mâchoires, leurs bras et leurs jambes se tordirent à leur tour pour épouser cette nouvelle anatomie; ce qui était autrefois deux guerriers Skrall n'était plus à présent qu'une paire de monstruosités quadrupèdes.
Avec une vélocité décuplée elles se jetèrent sur les deux membres de la Confrerie, mais Nui fut le plus rapide, activant son pouvoir de précision il lâcha une nouvelle salve de tirs qui touchèrent les créatures au niveau des articulations, celle de gauche eut même l'un des membres arraché par la force de l'impact, ce fut suffisant pour stopper leur avancée.
Malgré tout elles continuaient à bouger, aucune d'entre elles ne semblait éprouver la moindre douleur, pire elles ne se souciaient même pas de leurs blessures, comme si la perte de leurs membres n'était qu'un contre-temps négligeable, le Makuta pensa en premier lieu que c'était là une preuve de leur grande stupidité, mais la suite des événement lui donna tort.
De leurs moignons sortirent trois fin tentacules qui raclèrent la neige à la recherche d'un appui, leurs permettant de ramper dans leurs directions, lentement, cela aurait pu être pitoyable si l’extrême férocité de leurs mouvements ne trahissait pas leur implacable détermination à les attaquer et, le cas échéant, les tuer.

Un grondement lointain interrompit la réflexion de Nui sur ces choses, cela venait de la montagne, il releva la tête pour voir ce qui aurait pu le provoquer; il lui sembla distinguer comme une sorte de forme noire perchée au sommet, l'instant d'après il y eut comme une sorte de petite explosion, ponctuée d'une gerbe de neige, en aval, et cette distraction fut suffisante pour que la forme s'éclipse, et qu'une autre fasse son apparitions, un point noir se détachant du bleu cru d'un ciel matinal, un point qui grossissait à vue d’œil, , la suite n'était pas difficile à deviner.

- Attention ! Cria Nui alors que le "point" acheva sa descente, s'écrasant pile là où se trouvaient les monstruosités.

La force de l'impact souleva toute la neige environnante, aveuglant temporairement les deux combattants, les créatures elles furent proprement pulvérisées, un fragment d'une d'entre elle vola un peu trop près du Makuta, un shrapnel de cristal acéré qui fit une longue entaille sur son "visage". Il n'eut pas le temps d'être distrait, quelque chose d'autre surgit alors du voile neigeux, assez puissant pour dissiper la poudreuse sur son passage, assez rapide pour que Nui ne puisse que tendre les bras devant lui pour s'en protéger: un projectile, un tir, une déflagration "froide" à l'impact dont le souffle le projette plusieurs dizaines de bio en arrière.

Quand la neige retombe enfin face à Solok se tient un colosse, quatre fois plus grand que lui et au moins deux fois plus large, son corps est un patchwork d'une multitude d'armures collées ensemble, certaines si rouillées qu'on peut s'étonner qu'elles ne soient pas déjà tombées en poussière, d'autres faites d'un étrange matériau cristallin qui semble pouvoir durer jusqu'à la fin des temps, toutes ensembles offrent un subtile dégradé de toutes les nuances de noir possibles.
Des armures oui, mais aussi des armes, celle qui recouvrent son bras droit, celle avec laquelle il à tiré sur Nui, est aussi grande que le Toa, il y en a d'autres, fixées sur son autre bras, sur son dos, ses jambes, dont l'usage est encore mystérieux.
Sa tête peut sembler petite par rapport au reste de son corps, mais elle s'avère être engoncée dans un casque épais comme le torse de Solok; elle se tourne vers ce dernier, l'être n'a pas de visage à proprement parler, seulement une mâchoire triangulaire remplie de dent fine comme des aiguilles disposées en cercle jusqu'au fond de sa gorge, de cette gueule sort un son, un mot.

-...V̴͢͞i̡͘è́͞...

Il lève son bras gauche vers le membre de la Confrérie, sur celui-ci est monter deux canon rotatif, ceux-ci se mettent en action.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solok
Toa Useless
Solok

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
400/400  (400/400)
Jauge de Vie:
980/1000  (980/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3400/3400 | DEF : 1535/2500

MessageSujet: Re: [Iconox] Infiltration dans la Ville de Glace   Mar 8 Juil - 22:36

Nui exposa toutes les informations nécessaires a une préparation a une expédition vers la Forteresse des Grands Êtres. Joli programme d'ailleurs, en plus du Protectorat, les deux agents de la Confrérie Makuta allaient devoir faire attention aux Baterra et à toutes les forces Skrall qui allaient certainement être présente sur le chemin. Rajouter à cela que le terrain de recherche en lui même ne serait en rien amical et vous obtenez un programme juste excellent! Mais le Toa de Glace ne c'était jamais attendu à une mission facile, cela allait être l'occasion de se tester sur des terrains qu'il connaissait peu, la discrétion et la patience.
Solok ne rajouta rien puisqu'il n'avait plus rien a dire et il suivit son supérieur en direction de la porte de sortie d'Iconox, sans s'attendre de la jolie surprise qui les attendaient à la sortie.

La sortie d'Iconox semblait totalement normal pour le Toa. Les deux agents avaient récupéré des informations, d'ailleurs, maintenant qu'il y pensait, Nui n'avait pas parlé de sa piste, et maintenant, ils quittaient leur lieu de recherche et se dirigeait vers leur prochaine destination, marchant a travers la neige de cette région de la planète. Cela jusqu'à ce que le Makuta envoie un message télépathique à Solok : Les sentinelles qui sont sensées surveiller la porte n'était plus vivante. Nui demanda au Toa de ne pas se retourner. Il y avait vraiment un problème. Et maintenant que le Makuta informait du décès malheureux de ces Skrall, Solok se fit la remarque : La porte était grand ouverte quand lui et Nui l'ont traversé. Il n'a entendu aucun bruit de porte qui s'ouvre durant le chemin de la sortie. Oh mais attendez, Nui à rajouter un autre détail : Les Sentinelles, bien qu'elles soient mortes, bougeaient encore, et se dirigeaient vers le duo de la Confrérie. A peine sortie d'Iconox que les ennuis commencent. C'était pas sensé être dans le désert ce genre de chose? Ou alors ces choses étaient d'une autre nature, un intrus à Bara Magna en quelque sorte. Quelque chose qui n'aurait pas vraiment du être là mais qui y est arrivé. Perdu dans sa petite réflexion émise en marchant, sans parler, le Toa entendit des tirs. Quand on lui dit de ne pas se retourner il attend que ça soit le moment pour le faire. Quand il entendit finalement le "Attention!" de son supérieur, Solok se retourna d'un saut, tout en reculant. S’apercevant que quelque chose de très gros venait d’atterrir, en attestait toute cette neige soulever par l'impact, Solok retira tout son déguisement et se saisi de son épée, Electro, qu'il électrifia son épée grandement, et son Bouclier, qu'il brandit devant lui. La Neige se dissipa. Qu'est-ce que c'était que cela? Quel ne fut pas la surprise du Toa en s’apercevant que c'était un géant qui venait de s'inviter à la fête. On aurait dit des armures assemblée ensemble avec absolument aucune cohérence. La seul cohérence qu'avait cette chose c'était la démesure. Démesure présente dans tout ces canons poster n'importe où sur l'immondice faisant la taille de Solok. Et la tête semblerait petite sur ce corps de presque sept bio et demi, estima le Toa, mais faisait tout de même presque la moitié du corps du Toa, soit à peu près un bio. Et oui, ce monstre faisait quatre fois la taille du Toa de Glace, et ce dernier était déjà plus grand que la normal des Toa, ce qui rendait cette chose encore plus inquiétante en terme de taille. Il faisait donc un tout petit peu moins de cinq fois la taille d'un Toa normal. Un autre détail attira les yeux de Solok, c'était les parties du corps composées de cristaux noirs de la créature. Qu'est-ce que c'était que ça? Mais le Toa n'eut le temps de se demander l'origine de cela plus longtemps, ce monstre ouvrit la bouche, remplie de dent, et d'une voix très étrange, ne prononça qu'un seul mot : Vie. C'était comme s'il énonçait son programme : Je vais vous prendre votre vie.

Il allait falloir combattre. Et une fois ses mots de menaces prononcés, la chose pointa son canon sur Solok. Et l'arme montra ce dont elle était capable et pointa une arme sur le Toa de Glace. Une jolie sulfateuse prête a trouer toute les parties du corps du membre de la Confrérie tout comme ses armures. Une vraie arme de destruction prête a faire couler le sang. Mais Solok fut plus rapide et utilisa son Kualsi pour se téléporter derrière son agresseur. Le géant tira donc plusieurs balles dans le vide. Le Toa observa brièvement cela. Il y serait facilement passé s'il n'avait pas eu le réflexe d'utiliser un de ses kanohi récemment obtenu. Mais il n'avait pas le temps de s'attarder sur un "si" et le Toa prépara la contre attaque. Il avait l'avantage du terrain en plus : Il faisait froid et le sol était recouvert de neige. Il planta donc la pointe de son épée dans la neige et de nombreux pics de glace poussèrent du sol, sous les pieds du monstre, ainsi que depuis la neige environnante et tous se plantèrent dans ces jambes. A différent niveau, pieds, cuisses, genoux, tibias... Cela était sensé le paralyser sur place. Ensuite, sans que Solok ne bouge réellement, une tour de glace poussa sous ses pieds. Elle s'arrêta de grandir à 10 Bios. Elle mit une petite minute a grandir. 10 seconde à casser. Les Pics de glace n'avaient pas tenus bien longtemps et le monstre disposait d'une force physique colossale, en témoigne son arrivé sur le champ de bataille, sautant directement depuis une montagne. Il brisa la tour en se retournant vers le Toa, avec un seul bras. Avec ces canons en fait, en les faisant frapper la tour. Il attrapa Solok au vol qui n'eut pas le temps d'utiliser son Kualsi, car à peine sentit-il le pilier ce briser qu'il fut attraper. Une fois dans la main de cette horreur, le Toa de Glace se senti voler. En fait, il fut projeter par son ennemi. Il s'écrasa à une centaine de bios, approximativement, de la localisation du géant. Et il avait mal. Très mal. Personne n'apprécie de se faire projeter de la sorte à cette distance, a cette hauteur, par une chose de ce genre. Mais cette projection avait un avantage, elle plaçait le Toa a une distance qui lui préparerait de préparé un coup sans être dérangé, et un bon coup si possible. Que faire dans ce cas? Il pouvait briser la glace crée par Solok, l'attaquer avec de grandes attaques du sol n'était donc pas la meilleure idée. La foudre alors? Est-ce qu'il la sentirait passer? Il n'avait qu'un seul moyen d'attaquer son ennemi avec la foudre : son épée. Il pouvait la faire sortir mais c'était largement plus efficace avec un gros coup d'épée. Comment faire pour maximiser la puissance alors? Aller vite et frapper fort. Il faudra bien viser cependant, certaine zone sont certainement plus sensible à cause de la présence d'armure neuve et d'armure rouillé dans ce corps immonde. Comment gagner en vitesse? Électro permettait à Solok d’augmenter sa vitesse. Une fois tout cela réfléchi, Solok activa son épée et se mit à courir. Sa vitesse augmenta, il était plus rapide que la normal tout en restant nettement en dessous de celle d'un porteur de Kakama. Il avait un peu mal mais ça passerait. Ça devait passer en fait, sinon, il était foutu.

Il prit seulement quelques secondes avant d'arriver au niveau du monstre, Solok leva son épée, la lia a son bouclier dans sa course, et frappa son ennemi, poussant au hasard un cri que beaucoup aurait poussé en attaquant. C'était presque de la rage. Il réussi à viser juste et frapper une armure rouiller de la jambe gauche. Le coup fut violent, accompagné d'une explosion de foudre, provoqué par l'énergie accumulé par l'arme. La violence repoussa Solok du lieu d'impact, a une distance de quelques bios, en roulant sur le sol. Il n'eut pas de mal a finir sa course a genoux, se tenant sur son épée. Le coup avait porté, et cela se voyait. L'armure rouillée avait complétement péter, tomber en morceaux sur le sol enneigé. Mais le monstre ne sentait rien et regardait les deux agents de la Confrérie


-"C'est quoi ce truc? Sérieusement. Ça ne ressens aucune douleur, est-ce possible? Non. Ce n'est pas possible... Pourquoi... Pourquoi...?"

Ce coup, aussi puissant fut-il, ne fut rien de plus qu'un simple touché pour ce géant. Une attaque plus grande pourrait peut être marché. Mais le Toa n'avait pas d'idée de comment en exécuté une par lui même. Le coup qu'il venait de porter faisait parti de ce qu'il avait de mieux dans son arsenal de technique et encore, il avait profiter de la distance offerte par son ennemi pour la rendre plus puissante. Peut être qu'une attaque de glace venant du haut ferait l'affaire... Pourquoi ne pas l'aveuglé? Le Toa trouva en cela une bonne idée, mais son ennemi n'avait rien de semblable de visible. Donc cela ne fonctionnerait pas. Gelé l'ennemi? Pourquoi pas. Mais cela demanderait beaucoup d'énergie au Toa pour gelé entièrement une cible de cette taille. Et qui sait, peut être que cette horreur ce libérerait de l'emprise de la glace. Les coups d'épée s'avéraient peu efficaces a cause du trop grand nombre d'armure composant cette chose. Une autre idée vint dans la tête du Toa. S'il pouvait empaler son ennemi avec un pic de glace assez gros et grand, a une très haute distance, peut être qu'il ne pourrait pas se libéré de ce pic. Mais cela était malheureusement trop difficile à mettre en œuvre. Il n'avait aucun moyen d'envoyer son ennemi dans les airs. Que faire contre un ennemi comme cela? Peut être que Nui aurait une idée, ou qu'il mettrait l'ennemi dans une position offrant une ouverture au Toa de Glace. Le Toa resta silencieux, à observer la chose, chercher un point faible, comprendre comment cela se comporte. Il gardait son Kualsi pour être prêt à se téléporté au moindre regard en vers sa direction et évité les coups, et en prenant une position de contre attaque immédiate au cas où il serait attaqué directement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bionifigs.com/u1023
Nui
Chevalier Noir
Nui

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
430/500  (430/500)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4975 | DEF : 4600

MessageSujet: Re: [Iconox] Infiltration dans la Ville de Glace   Lun 14 Juil - 21:24

Quand Nui se remit enfin sur ses pieds il lui fallut quelques secondes pour comprendre ce qui se déroulait devant ses yeux, et un peu plus pour faire l'association avec les événements précédents, incluant le fait qu'il s'était retrouvé projeté en arrière.
Une créature colossale qui ne ressemblait à rien de ce qu'il connaissait -et il pouvait s'enorgueillir du fait que le champ de ses connaissances était fort vaste- s'était jetée sur haut de la montagne, écrasée près d'eux et avait commencé à les attaquer.

Le Makuta n'avait pas pu identifier avec exactitude la nature du projectile, si ce n'était qu'il était froid, très froid: les vêtements qu'il portait avaient été vaporisés, , son "visage" de Skrall fracturé , révélant son masque sans traits ni relief. Il avait toujours son arme en main, malgré la force de l'impact il ne l'avait pas lâchée. Les déguisements étant inutiles à ce stade son corps miroita quelque instants, reprenant sa forme habituelle bien plus adaptée au combat qui allait venir.

En parlant du combat le Toa Solok l'avait engagé depuis quelque temps, il ne manquait pas de courage, ni de compétences, mais l'abomination ne semblait pas se soucier outre-mesure des dégâts que le guerrier pouvait bien lui infliger.
Après avoir été jeté au loin le Toa fit une superbe remontée pour infliger à la créature une cruelle blessure à sa jambe gauche, qu'elle ne remarqua même pas, mais cela ne voulait pas dire que cela ne l'avait pas affectée.

Nui choisit ce moment pour agir, quand Solok se mit à reculer après sa dernière offensive et que le monstre leva l'arme qui lui servait de bras droit vers eux; c'était celle qu'il avait déjà eut l'occasion d'expérimenter.
Il déploya alors une arme qu'il n'avait pu utiliser qu'une seule fois jusque là, face à quelqu'un qui n'était pas son ennemi, son fusil Nynrah Ng-1, modifié pour servir de canon d'épaule.

Il visa et tira sur l'arme démesurée de la créature avant que celle-ci ne puisse le faire, le tir fit mouche mais ne sembla pas avoir eut d'effet notable au premier abord; le grotesque canon cracha son projectile, une masse informe et compacte de noirceur vaporeuse qui alla s'écraser non pas contre le Toa mais sur le sol neigeux à quelques bio de lui, l'étrange pouvoir s'étala en une longue traînée derrière le point d'impact, décapant la neige et la roche avant de finalement se dissiper.

Au dernier moment le bras de la créature avait bougé, lui faisant rater sa cible, c'était là l’œuvre de Nui qui, grâce à son arme, manipulait à sa guise les parties mécaniques du membre de l'abomination, du moins en théorie.

Il s'avéra que la volonté meurtrière de la créature était telle que le Makuta devait lutter à chaque instant pour l’empêcher d'en reprendre le contrôle, son bras bougeant de façon complétement erratique tout en continuant d'arroser la zone de tirs bien qu'aucun d'eux n'atteint les deux combattants.
.
- Quelle effroyable volonté, c'est la première fois que je vois quelqu'un résister à l'emprise d'un NG-1, son arme s'est bloquée en tir continu, et je peut seulement l'empêcher de nous viser avec, mais c'est loin d'être la seule qu'il possède. Dit Nui plus à lui même qu'a Solok.

Renonçant visiblement à reprendre le contrôle de son bras droit l'Abomination leva le gauche, parfaitement fonctionnel lui, en direction des deux guerriers de la Confrérie, armant ses canons rotatifs.
- Solok...derrière moi. Sans vérifier si le Toa lui avait obéi, Nui plongea une nouvelle fois sa main dans son dos, la gauche cette fois-ci, sortant Apocrypha, son épée récemment acquise, de son fourreau.

Alors qu'une grêle de balles allait s'abattre sur lui il invoqua l'Ombre dans son bras, Temen-Ni-gru, et fit danser sa lame face au déluge de projectiles, nombreuses furent celles que son tranchant repoussa, plus nombreuses encore furent celles qui grêlèrent la neige autour de lui, mais il n'y avait pas de fin à cela, il le savait, quelque soit la nature des balles que ce monstre tirait sur lui, jamais il ne tomberait à court de munitions. Rassemblant toute la volonté qu'il n'avait pas mis dans son épée il obligea le bras de la créature qu'il contrôlait encore de façon à la faire se viser elle-même, le canon de cette arme aberrante se colla contre le flan gauche de la bête.

Au premier tir la rafale cessa, au second son bras se détacha, au troisième ce fut son épaule, au quatrième son flanc -et c'était étrange la façon dont sa matière réagissait à sa propre arme- se brisa en mille morceaux comme du verre.
Mais cela cessa, il n'y eut pas de cinquième salve, à la fin de la quatrième des tentacules jaillirent de l'épaule indemne et plongèrent dans l’arme hors de contrôle, quelques palpitations plus tard l'emprise de Nui fut brisée.

* Il a supplanté les parties mécaniques de son bras par...par quoi d'ailleurs ? Quel pouvoir peut bien animer un tel être ?*

Mais ce n'était pas le temps pour de telles questions, ce qu'il fallait garder à l'esprit était que son arme était à nouveau opérationnelle, mais il n'allait pas lui laisser l'occasion de s'en servir.

Le Makuta s'élança vers l'abomination qui fit mine de s'incliner à son approche, ses épaulières s'ouvrirent, dévoilant une multitude de petites lentilles générant chacune un faisceau d'énergie noir fin comme un fil qui, ensembles, quadrillèrent la distance entre eux deux.
Mais déjà le Guerrier de l'Ombre ne touchait plus terre, bondissant au dessus de ce maillage alors que chacun des composants de ce dernier était parcouru d'une impulsion, un instant plus tard le sol avait explosé; il s'agissait d'émetteur d'impact.

Alors qu'il en était au milieu de son saut la créature tenta de pointer son canon sur lui, mais sa taille démesurée était à la fois une force et une faiblesse selon la portée, à cet instant Nui était bien trop proche pour qu'il soit une menace, mais suffisamment près pour en faire un point d'appui. Le Makuta se réceptionna sur l'arme, prenant appui sur elle pour se propulser, lame en avant, vers la tête de l'abomination, la pointe d'Aprocrypha plongea dans la gueule béante de la créature pour ressortir de l'autre côté de son crâne.

Le corps du monstre s'inclina dangereusement en arrière sous la force du choc, le canon de son arme raclant la terre, mais ne tomba pas encore, à la place sa mâchoire difforme émit un nouveau son, un nouveau mot.

- ...M̧é̵͢h҉̷ve̕m̵͏...

Nui se figea, Mehvem était son alias quand il s'était fait passer pour un Skrall, un seul être avait entendu ce nom, un seul avait pu l'entendre, mais il était impossible que cette créature puisse le connaitre, car cet être, il l'avait tué.
- Krévo ? Prononça t-il avec une surprise non feinte, mais modérée, dans sa voix.
- ...K͠r̴é̢͡vo͏̨...M҉or̷t̷i...M͞͝e͟h̵vȩm̷͜...C̛͞oc͝c̨u͝҉s͝...

Il n'y avait rien à en tirer, hormis une suite de mots incohérents, cette chose était-elle vraiment Krévo ? Ou du moins une partie de Krévo était-elle dans cette chose ? Il ne pouvait en être autrement, personne ne savait, n'aurait pu savoir.
Le Commandant était mort, quelque chose s'était emparé de lui, de lui et de beaucoup d'autres pour aboutir à cette aberration, elle venait d'Iconox, qui sait quelles dévastions elle avait bien pu commettre ? Quel pouvoir pouvait bien lui avoir donné naissance ?
Il avait trop de questions, et pas assez de temps pour toutes les poser, il fallait en finir.

Sa lame coulissa le long de son manche perpendiculaire, s'extrayant de la chair de la créature, son "sang" jaillit de sa blessure en un aérosol de micro-gouttelette qui aspergea Nui jusqu'à ce que son armure soit devenue entièrement noire.
Nui marqua un temps d’arrêt, la substance était d'un noir d'encre, il pouvait sentir son extrême froideur percer au travers de son armure, étonnamment, bien qu'ayant une densité similaire à celle de l'eau, elle ne s'écoulait pas le long de celle-ci, bien au contraire elle y adhérait de plus en plus. La contemplation de cette noirceur raviva en lui de mauvais souvenirs.


* N̷u̢í *

Une voix murmure son nom dans sa tête, des images l'assaille par flashs.

* N̕u҉̀i҉̧ *

Il est au fond de l'océan, devant lui un cylindre, de pierre ou de métal il ne saurait dire, comme un Cannister mais bien plus grand, couvert de symboles dont le sens lui échappe...Un Entrepôt, quelque part, le cylindre est toujours là, il s’apprête à l'ouvrir.

* N͘̕͢͠u͏҉i̧̛͜͜ *

- Il y a un autre miroir qui arpente cette terre, mais celui-ci inspire la peur...pendant tout ce temps où j'étais sous terre, à me battre pour survivre, Qui était dans ce croiseur, à parler avec les puissants, à ce battre à leurs cotés ?

* N̴̷̴͗ͯ͋ͩ̀ͩ͂̀ͮͭ͐̓̉̿ͧ͂͘͘u̴̷͗ͫͧ̈́ͧ̑̄̇̄ͪ͐̚҉͟iͫ͋̓͗ͬ̂ͩ̄̉̂ͥ͠ *  

Des chaines...une immense porte circulaire, couverte de symboles, flottant dans le vide...des chaines...une plaine de cendres...des chaines...une silhouette obscure, aux ailes immenses, se découpe dans le soleil au zénith.
- J'attendais un Dragon, mais je ne voit face à moi qu'une larve indolente.

* Ń̛̼͙͙̘͓͞u͝҉̬̹͈̮̗̞̼͈̼͔̟̠͉̞i̡̨̭͓̮͖̝̣̟̖͚͙͚̟̳͖͜ͅ *

- Puisque tu en à été incapable, il est de mon devoir désormais d'apporter la Paix à ton monde, comme je l'ai apportée au mien...

* N̶̷̛̟̲̖͖̘͒͐̓̂͑ͥ̄̈́ͥͯ͗ͨ̃͂̓ͮ͢͠ų̧̞̤̖̜͚̯̲͛ͣ̄ͤͧ̇̉́ͪ͊̉͑ͫ̌̐͛̚͠ͅị̵̵͈̝̮͙̦̤̖̭͚̗̗͓̩͎̈ͥ̅́̚ͅͅ  *

Il y avait un village, et un serpent, qui dans une jarre se cacha, désireux de s'y infiltrer,
Les villageois, par cette ruse abusés,
Dans leur fief, elle et sa mortelle duperie, firent entrer,
Pour qu'à la nuit tombée,
Quand tous dormiraient à poings fermés,
Le reptile puisse, entre eux, serpenter,
Ses mortels crochets, encore et encore, faire claquer,
Et son venin, encore et encore, injecter.
Mais moi jamais ne dormais,
Toujours je veillais.
Quand le serpent, la pointe de sa tête, il montra,
D'un geste vif, je la lui sectionna.

Tu est la jarre Phantrakk, et le serpent en ton sein, en ton cœur vide, on le nomme Distrakk.

* Q̽̋ͪ̔̋̀͌ͭ̋͒͏̘̞̣̞̹̪̰̼̣̥̘͈͍̙̖͞ǔ̔̓́͂ͮ̑̉ͮ̎̐͏̳̹̻̰̺͓͙̪̼͖̼̬̤̳̼́͘͝͡i͐ͤ̾͋̔ͥ̓̾͐̽ͩ͏̴̪͕̰͎͓̹̹̘̺̬̭̭̳͖̯̞̥͡ ̵͙̝͎̦̞̒ͣͭͥ̓͟͜e̻̞͔̝͙̥̯̝̰̪̦̪̱͔̞̘̹̊̐͌ͣͤ͗̈ͣ̈͘s̨̢̡͈̰͓̱͍̹̗̪͔̓ͦ̈́̿̌̉̊̾͊ͭ͛ͩͩ͆̊ͪ̓̑͘͡t̢̤͎͇͈̘̣̪̩̲̤̘̥͖̝̱̹͆̎͒͗̂̓ͩ͂ͥͦͣͪ̆́͆͊͐́̚͜͢ ͪͪͥ̍̎ͭ̈́̌͊͆̋ͭ͏̢͓̝͚̼͕̻̭l̶̴̢̢̡̻̘͓̺̻̮̖̯̬̭͍̹̐ͭ̎͑̾͗̀ȩ̥̜͔͓͖̝̜͍̤͙̱̀ͬ̑ͭ̽ͪͥͬ̍ͥ̈̋̒̐ͪ͆ͭ̀͡ ̶̧̧̙̗̗͚͇̜͔͈̘̪̻̳̺͇̤̇̌̌͆̐̽̀̈́͛̍̂̎͗̃̂ͮ̚̕͝ͅͅG̤̯̭̲̝͇͕̳̮͍̒̉̈́ͦ̋̏ͮͦ͐̓͢͠ȗ̷̶̘͎̳̰͈̻̽̅ͭ̈́͐̈͂̈́̐e̷̱̬̪̠̩̯̩͎͚̔͒͂̍͛ͪ́͊͒͒̂̓̆͐͋̊̎̏ͪ͢͡ͅt̡̢̛̞͔̗͎̮̬͇̄ͪ͐̓̕t̸̡̧̲͈̙͓̥̮͔͕̮̃̒̃͛̉̎͋̍͒̋̈́͑̆̄ͬ̅̇́̚͡e̴̸͊̍ͫ̉̅ͦ́ͯ̊͐ͣͯͭ͟͢҉̻̟̙͓̘ų̱̭͉̜̪̋̓̊̿̅̀̾̒͛̒̽́ͮ͟r̡̗̬̹̬̳͇̤̮ͪ̊̈̽ͤ͛̒͂͂ͥ ̸̶̪̺̳̦̪̜̹͓̎ͥ͂͂͆͜?̷̪̟̖̜̥̲͚̤̺̟ͬ͌͂̈́͋̄ͦ͊͑̆͗̂ͫ͑ͣ̍ͭ̓͟ *

- Je ne suis pas ce qui pourrait être, je suis ce qui, en tout cas, sera...celui qui se tiendra sur le Trône de l'Abime.

* Q͖̻̙̭̄ͪ̍ͮ͊ͤ͜u̧̢̼̦̖̙̹͇͈̣͓̘̞̤̪̰͓̬͛ͥͪ̒̀͟ī̷̷͚̜̘̤͈̖͔̪̥͖̲̖͍͈̣͎̖̱ͥ̍̃͂̕͟͞ ̷̡̨̲̦̦̫͎̝̖̺̪̳̫̞̞̰̥̬̮̻͚͒͋̾ͦ̌ͤ͋̓̒̈ͭ͘̕s̛̛̞̤͇̻̺̞͔̩̞̳͚͔̳̏ͪ̄͌ͨ̓̈ͦͨ͛͐̔͠͞͞ȅ̱̭͚̘̏̄͡r͕̺͕̮̖̼̲͎͖͚͖̟͉͖̘̤̖ͬ̊̿͆̌̆ͯ͆ͪ̌͛ͥ̈ͦ́̀͝a̸̢͇̱̥̘̝̯̣̞͙̗̲̺͇͍̯͙̘͂́͋̌͛ͣͨ͛̌̿ͩ ͫ̓̾̽̍ͭ̔̃ͨ̈́͏̳̰̳̪͎͍̯̩͚͍̯̫̩͕ͅl̴͓͕̜͓͐̈͋̅ͩ̓͊͂ͮ̃̀͡͡e̵̪̯̗̼̖̰͉͙̓̋͊̇ͥ̽̔̋̓̓ͦ̿̈́̽̓̏ͮ̐́͠ ̸̟͙͓̘̻̲̺̦͕̙ͭ̀̃̔̀̄ͥ̐͗͝Ǵ̵̢͕̩͈͍̦̲͔̻̲͈̫̱͇̅́͆͂ͭ̓ͫ͑ͪ͐̃u̴͙̳̮̳̦̠͋ͩ̍̒͋ͣ̃̂̃͊̽͑̃̀̚͝ę̷̠͖̰̩̬̮̓͋̆̅ͩ̀ͭ̓̚͞t̨̡̗͇̙͎̞̄ͧͭ̿̆ͬ̀ṱ̶̶̸̖̝̤̼̻̝̣̱͎͗́͗ͣe̷̷͎̲̬͖͕̺͓̬͈̻͖̦̱͕̦̤̯̽ͩͫ̐̃́ͫ͑͋̄́̓ͥͬ̂ͦ̿͢͡ǔ̯̤̘͍̪̓̽̀ͨ̌͢͠͝͠r̸̡͓͖̱̝̹̯͎̝̝̻̺͇̞̂͛ͭͬ̇͂̔̂͒̏̓ͦ̀̚ ̑ͣͨ̊͛ͮͯ͑͊̚͞͠͏͈̦͚̰̬͖̱̱̥̝͈͕̘̖̣̖͟?̷̟̬̫̣̠̝̟̩̥̩̳͔̬ͣ̑͐ͤͭͣ̊ͥ̆ͤ̓ͪͥ̏̉͌̐͆̿̕͡ *

Nui revint enfin au temps présent, le fluide semblait être en train de se solidifier sur lui, la créature bougeait encore, parlait encore.
- ...M̡o̶͢r̕t̷͟i ͟͡C͞o͘͟cc̶ù̶s...

Le Makuta en avait plus qu'assez de ce charabia, il pointa son canon Hydra sur la tête de l'Abomination.
- Je ne parle pas cette langue. Et il tira, pas qu'une fois, tellement de fois qu'il en perdit le compte, si jamais il avait tenu un compte du nombre de ses tirs, il tira jusqu'à ce que les vibrations du recul de son arme fissurent la gangue de glace noire qui recouvrait son armure, jusqu'à ce qu'elle tombe par plaques entières, jusqu'à ce qu'il ne reste absolument rien de la tête du Monstre.
Alors seulement il ôta son doigt de la gâchette et sauta des épaules de la Créature pour atterrir sur le sol derrière elle.

Il pensait en avoir fini, mais il se trompait, il le sut quand des tentacules jaillirent de ce qui restait du cou de l'aberration et qu'une arme dans son dos s'activa, projetant de curieux projectiles très haut dans le ciel, étrangement ils restèrent ainsi en suspension dans les airs, tous sauf un, qui fonça sur le Makuta à toute vitesse.

Quand il fut assez proche Nui put voir qu'il s'agissait d'une sorte de Pieux, plaçant sa lame devant lui il le trancha dans le sens de la longueur avant que ce dernier ne puisse vraiment l'atteindre, les deux parties s'enfoncèrent dans la neige derrière lui.

Quand un second vint il préféra se téléporter pour l'éviter plutôt que de tenter une nouvelle fois la chance, il réapparut devant la créature, près de la position qu'il avait au début du combat, le reste des pieux encore en suspension se jeta alors sur lui mais il les fit exploser en vol avec son Hydra, c'est à cet instant que l'Abomination commença à changer.

L'armure de son torse ainsi que les deux armes qu'elle avait utilisé précédemment, le lance-pieux et les émetteur d'impact, se détachèrent de son corps, pour laisser place à une nouvelle paire de bras, deux fois moins longs et larges que les précédents, qui, lentement, se déployèrent. Celui de droite semblait vierge de toute arme si ce n'est un dispositif circulaire au niveau du poignet, celui de gauche ne faisait qu'un avec un lance-roquette. Son buste était constellé de visages, de Skrall aussi loin que Nui pouvait en juger, figés dans une expression de terreur et d'agonie alors qu'ils se fondaient en une seule et même masse au centre de laquelle siégeait la nouvelle tête de la créature, similaire à la précédente mais avec quelques différences, l'absence de casque rendant visible les quelques lambeaux de muscles noircis liant ensemble les trois parties de sa mâchoire.

L’aberration rugit, un mugissement distordu à la fois cristallin et sinistre, avant de faire feu de sa nouvelle arme sur Nui. Ce dernier activa son Crast pour repousser le projectile, mais celui-ci se contenta de se figer dans les airs. Il s'agissait bien d'une roquette, d'une fabrication inconnue à ce jour et dont chacun des composants semblait en perpétuelle rotation; il lui suffit d'un instant seulement avant de passer au travers de la muraille de répulsion du Kanohi, puis du Makuta qui s'était à temps rendu intangible avant de finir sa course dans la neige derrière lui où elle explosa en une formation cristalline semblant être faite de glace noire de la taille de sa cible.


* Une cryo-roquette ? Protégée contre la répulsion ?*

Nouveau cri de la créature, ses jambières s'ouvrent, dévoilant trois paires de tubes fixés sur chacune d'elles, chacun tira plusieurs séries de boules noires bien trop lentes au gout de Nui qui eut tôt fait de s'entourer d'une bulle protectrice d'ombres solide.
Les projectile, après avoir décrit une trajectoire parabolique, s'écrasèrent près de lui, détonnant à l'impact et rejetant de multiples shrapnel de cristal qui virent s'enfoncer de moitié dans sa protection.

Le Makuta en appela à son pouvoir de fragmentation pour ouvrir une crevasse sous les pieds de l'abomination, cette dernière s'y enfonça jusqu'à la taille, l’empêchant d'utiliser ses grenades, et lui donna l'occasion de réutiliser la plus dangereuse de son arsenal, son canon abrasif, enveloppé dans la fumée fluide projetée par cette arme sa bulle de noirceur commença à grésiller, il se téléporta au moment de la seconde salve, peux désireux de mettre à l'épreuve la résistance de sa construction face à cette substance.

Il réapparut à la gauche de l'Abomination, qui perçut instantanément sa présence, se contorsionnant dans son entrave elle réussit à le viser mais il se téléporta une nouvelle fois pour éviter le tir.

Désormais à la droite de la créature, cette dernière n'était d'ailleurs nullement désorienté par cela, le localisant dès qu'il réapparaissait, il savait qu'il pourrait très bien passer derrière l'aberration et ainsi être relativement à l'abri, mais l'Abomination semblait pour l'instant se focaliser sur lui et cela ne devait pas changer, il avait eut une idée qui nécessitait que le Toa Solok ne soit pas pris pour cible.

- Solok ! Avalanche ! Hurla t-il au Toa.


Dernière édition par Nui le Mar 22 Juil - 23:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solok
Toa Useless
Solok

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
400/400  (400/400)
Jauge de Vie:
980/1000  (980/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3400/3400 | DEF : 1535/2500

MessageSujet: Re: [Iconox] Infiltration dans la Ville de Glace   Mer 16 Juil - 1:15

Nui venait de passer à l'action, et il avait plutôt été efficace, même si cette monstruosité semblait encore ignoré les douleurs. Mais cette chose commençait a prononcés d'autres mots, semblant tous très étranges. Le Toa ni compris rien jusqu’à voir le monstre subir diverses transformations. Son buste fut couvert de visages Skrall figé dans leur morts. D'autres bras prirent la place des armes du dos du géant. C'était des bras plus petits, semblant presque plus faibles que les armes qu'ils remplaçaient. Mais ils étaient aussi armés, il faudra donc s'en méfier si le combat s'éternise. Mais pendant qu'il était entrain d'observer le monstre, ce dernier attaquait Nui. Mais le Makuta esquivait les attaques, et le Toa était donc la personne vers qui une partie de l'assaut était accidentellement redirigé. La réponse fut très simple et toute logique : Kualsi. Solok se téléporta a quelques bios de sa position actuelle et esquiva tout ce qui allait l'atteindre sous peu. C'est alors que Nui cria a Solok de provoquer une avalanche. Pourquoi une avalanche? Il ne le savait pas. Mais la situation actuelle était plus propice a agir avant de réfléchir. Quand quelqu'un de plus expérimenté que vous vous demande quelque chose, c'est qu'il a un plan. Sans ce faire attendre, le Toa de Glace pris une petite distance d'écart et posa sa main droite au sol, lâchant son bouclier, et provoqua la dite avalanche sans prononcer un mot. Solok repris rapidement son bouclier observa l'avalanche qu'il venait de provoquer avancer vers le champ de bataille avant de se mettre en position de protection.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bionifigs.com/u1023
Nui
Chevalier Noir
Nui

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
430/500  (430/500)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4975 | DEF : 4600

MessageSujet: Re: [Iconox] Infiltration dans la Ville de Glace   Mer 16 Juil - 18:50

Quelque chose gronda dans le lointain, puis, roulant le long des pentes de la montagne, jaillit l’œuvre de Solok, une gigantesque avalanche de poudreuse. L'Abomination ne se soucia même pas de cela, seul Nui lui importait, ce dernier se téléporta près du Toa de la Glace, posa sa main sur son épaule et l'emporta avec lui lors de sa nouvelle dématérialisation, cette fois-ci ils ne réapparurent pas à proximité de la créature mais à un Kio d'elle sur le versant d'une autre montagne.

A cette distance elle n'était guère plus plus qu'un point noir en passe de se faire engloutir par une vague blanche; et même si l'Aberration avait quand même pu les sentir à cette distance elle ne pouvait les rejoindre à cause de ses entraves, et avant qu'elle ne puisse s'en libérer elle fut engloutie sous plusieurs tonnes de neige lancées à 200 km/h, mais ce n'était que le commencement.

Déjà affaibli par le terrible combat qui s'y était déroulé le flanc de la montagne céda sous le poids de la neige, l'avalanche se transforma en un glissement de terrain, de là où il était le Makuta pouvait voir toute l’étendue de son "œuvre", l'Abomination fut alors prisonnière d'un mélange compact de neige et de roche qui s'écoula dans un gouffre au pied du massif rocheux.

Patientant quelques instants que l'ébranlement de matière cesse et que le silence retombe Nui déclara finalement:

- Voilà qui devrait suffire à calmer cette Chose, je l'espère, Le Makuta jeta un regard à son coéquipier. Vous ne semblez pas avoir été blessé outre mesure, bien, nous pouvons donc nous remettre en route, nous n'avons déjà perdu que bien trop de temps ici.

Ainsi Nui et Solok se remirent en route en direction de la Forteresse des Grands Êtres qui trônait au centre de la Vallée du Labyrinthe.
Bien qu'ayant prôné une certaine hâte le Makuta restait pensif quand à ces mots que la créature répétait sans cesse "Morti Coccus"


*****



Au fond du gouffre naturel, de l'amas de poudreuse et de roche un main noire émergea.


*****

Au sommet de la Montagne, celle qui se faisait appeler Aphosis avait observé l'intégralité du combat et regardait à présent les deux guerriers s'en aller au loin, victorieux, ou du moins le pensaient-ils.
- Morti Coccus Murmura t-elle à elle même. La Mort Écarlate.

*****

Son voyage touchait à sa fin, c'était le crépuscule, le soleil couchant faisait ressortir l'éclat écarlate de sa robe, qui n'avait cessé d'aller grandissant depuis son réveil, elle avait traversé un continent entier, aucune des choses qui avait osé croiser son chemin n'avait été en mesure de l'en détourner, son voyage touchait à sa fin car devant elle la terre s’arrêtait et la mer commençait.
Entre eux-deux se tenait un être tout de noir vêtu, dont le bras gauche était dissimuler par une cape attachée à son épaule.


*****

Se tenant debout sur les falaises d'Artakha Déféo contemplait la mer déchainée et le ciel chargé de nuages noirs et grondants, il avait vu ce que le Protectorat avait fait de cette île, jadis révérée comme le sanctuaire de toute création, et cela lui avait plu; il avait finalement trouvé ce qu'il cherchait, et cela lui plut, il savait ce qui, bientôt, allait advenir du Monde, et cela allait beaucoup lui plaire.
- Je suis prêt. Susurra t-il à la bague qu'il ne quittait jamais. Conduis-moi jusqu'à lui.

Sur ces mots il sauta dans le vide et plongea dans l'océan zébré d'ondulations chaotiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Iconox] Infiltration dans la Ville de Glace   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Iconox] Infiltration dans la Ville de Glace
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» infiltration a midi
» un loups dans la ville ainsi que des pirates et un chasseur sans m'oubliez moi ainsi que les civils...
» « Une femme de rêve dans une ville de rêves. »
» Promenade en ville ( libre ) suite
» Mission dans la ville de Shell !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Guerres de Spherus :: Mondes débloqués :: Reste de Bara Magna :: Montagnes Quartziques Blanches :: Iconox-
Sauter vers:  

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit
BIONIFIGS.com | Le Mur de l'Histoire | Espace des Joueurs | Centre de communication | Nuvapedia.com | JDR Hero Factory | Lettre d'infos