Les Guerres de Spherus

Forum RPG gratuit dans l'univers BIONICLE depuis 9 ans maintenant!
 
FAQAccueilPortailMondesMembresGroupesConnexionS'enregistrerRechercher

Partagez | 
 

 [Xia] Vieux quartiers industriels

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Steelerak (décédé)

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
300/300  (300/300)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 10475 - DEF: 4000

MessageSujet: [Xia] Vieux quartiers industriels   Ven 24 Déc - 0:07

Dans les vielles rues de Xia, polluées, sombres, et dans lesquelles même l'Alliance ne pouvait pas garantir la sécurité de chacun, un personnage encapuchonné, entièrement caché sous une cape, marchait lentement, alors que la pluie tombait dru sur lui.

Les vieux quartiers étaient très peu propices à l'épanouissement de quiconque, à part des réseaux à celui des réseaux criminels, ou de contrebande. Et rapidement, deux grands guerriers s'approchèrent de l'inconnu, l'apostrophant vulgairement.


-Hé, toi ! S'tu veux passer, c'est tout c'que t'as sur toi, plus tous tes makokis. Et t'as pas intérêt à essayer de fuir, s'non t'es mort, d'ccord ?
-Ouais, fais pas l'malin, p'tit !

L'être caché regarda les deux nouveaux venus, puis continua d'avancer tranquillement.

-Eh toi ! Pôv p'tite fikou ! Tu nous prend pour qui ? S'tu veux pas tout nous donner, c'est nous qu'on va t'y prendre !

Le guerrier de gauche sortit une masse d'arme, et celui de droite un poignard. Ils se ruèrent sur l'inconnu, arme en l'air, prêts à tuer le nouveau venu, et à lui voler ses bien. Quelques secondes plus tard, les deux criminels étaient au sol, assommés, et l'être encapuchonné continuait son chemin, alors qu'un petit reptile lumineux remontait le long de sa manche.

Ce dernier continua de marcher pendant une demi-heure, ne tardant pas à arriver devant un grand bâtiment. Là, il rejoignit six autres êtres, de la taille de matorans, et semblables à des rahis. En réalité, de très nobles créatures, victimes d'un ancien maléfice. Les sept entrèrent dans le bâtiment, l'encapuchonné ayant vaincu le gardien de l'entrée sans un bruit.


-Vous êtes prêts ?
-Oh, oui. Nous attendions ce moment depuis bien longtemps.

Ils marchèrent directement dans les couloir du bâtiment, évitant du mieux qu'ils pouvaient les gardes et les patrouilles. Au bout d'une bonne heure de recherche, ils arrivèrent devant une énorme porte blindée, gardée par de nombreux criminels, dont un était équipé d'un lanceur de rhotukas artificiel. Mais au bout de quelques secondes, ils étaient tous hors d'état de combattre, et un était mort, accidentellement transpercé par une lance alliée.

-On entre...

Les battants de la porte grincèrent, puis révélèrent une salle somptueuse, décorée d'un style assez sombre, et dont les murs étaient recouverts d'armes.

-Qui... qui ose ?

Les sept êtres encapuchonnés laissèrent leur cape et leur capuche tomber, révélant leur armure... et leur apparence.

-Quoi ?! Comment osez-vous vous présenter devant moi, misérables créatures ? Et accompagnées d'un toa de lumière, en plus ! Alcadeïas, je présume !
-En effet.

Car l'être encapuchonné, qui avait marché dans les rues sombres des vieux quartiers de Xia, était en effet un toa de lumière. Et ses six compagnons étaient... les rahagas, autrefois les toas Hagah, victimes d'un maléfice, infectés par un rhotuka. Et celle qui avait infecté les toas, qui commandait le réseau de criminels qui occupait les lieux, et qui détenait actuellement la lance d'Arthaka... était Roodaka, l'ancienne reine des visoraks.

-Partez, avant que je m'occupe de vous...
-Je ne pense pas que ce serait à vous de dicter quoi que ce soit.

Le toa dégaina son épée, et se jeta sur la vortixx, qui envoya plusieurs rhotukas en direction de ses assaillants, sans succès. Alcadeïas essaya par trois fois de frapper Roodaka, mais celle-ci para ses attaques.

Puis il essaya de feinter, et déclencha un flash de lumière qui aveugla la vortixx. Mais celle-ci se couvrit les yeux rapidement, et alors que le toa se remettait de la dépense d'énergie, Roodaka le frappa au torse de sa lance, lui coupant le souffle, et l'envoyant au sol. Elle sauta sur lui, essayant de lui écraser l'armure d'un coup de genou, mais Alcadeïas roula sur le côté, et sauta en arrière, se relevant.


-Tu fais de la résistance, vermine ?

Le toa dégaine son griffeur, tira une salve électrique, mais Roodaka utilisa sa lance comme bouclier, faisant ricocher l'arc électrique, et le renvoyant sur Alcadeïas, qui fut projeté sur le mur d'en face, sonné.

-Et bien, voilà. Tu ne vas pas tarder à rejoindre mes trophées... et je vendrais très cher ton armure à d'autres réseaux criminels.

*Mince... je... je n'arrive pas à bouger... l'électricité bloque tous mes... muscles.*

-Adieu, toa.

La vortixx leva sa lance, s'apprêtant à l'abattre sur Alcadeïas. Mais une voix retentit, la faisant s'arrêter dans son mouvement.

-Non... je ne crois pas !

Six tirs élémentaires, un de glace, un de feu, un d'eau, un de terre, un de pierre, et un autre d'air, furent tirés sur la vortixx, qui s'effondra au sol. Alcadeïas leva la tête, interloqué. Les six rahagas se tenaient en demi-cercle dans la salle, leur lance en l'air, visant Roodaka.

-Tu as déjà fait assez de dégâts comme ça, Roodaka !

Alcadeïas se leva difficilement, et s'agenouilla devant Norik, le rahaga du feu.

-Merci, toas.
-Nous ne méritons plus ce titre... toa. Vous êtes le seul auquel il revient, dans notre groupe.

La vortixx fut attachée, et paralysée. Le toa de lumière la réveilla d'un bon coup de poing.

-Comment osez-vous ?! Vous attaquer à moi ! Roodaka !
-La ferme !

Alcadeïas la souleva du sol, et la projeta sur le mur.

-Soit tu enlèves le maléfice que tu as infligé aux toas Hagah, soit je te tue. Et nous prenons la lance d'Arthaka.
-Quoi ?! Jamais !

Le toa de lumière prit son griffeur, changea de chargeur, et inséra un réservoir à plasma. Il visa juste au-dessus de la tête de la vortixx, et tira. Le mur fut atomisé là où le projectile avait touché le protodermis renforcé. Puis il visa la tête de Roodaka, et...

-Arrête ! C'est bon ! Je suis d'accord ! La lance est à côté de mon trône. Et pour le maléfice... j'ai des rhotukas qui annulent les effets de poison. Il suffit de tirer sur ces... choses, et elles redeviendront comme avant.
-Bien...

Le toa rangea sa lame, et prit la lance d'Arthaka. Puis il prit quelques-uns des rhotukas-antidotes, et en tira un sur chaque rahaga. Une lumière vive envahit la salle, qu'Alcadeïas s'empressa s'absorber. Et lorsque le toa rouvrit les yeux, les rahagas étaient redevenus des toas.

-Oui ! Nous sommes de nouveaux des héros !
-Vous l'avez toujours été... mais bref, nous devrions y aller. Merci de votre aide.
-Merci de votre secours, toa. Nous vous laissons seul pour l'instant. Lorsque vous aurez besoin d'aide... nous serons là. Mais pour l'instant, nous resterons dans l'ombre.
-Merci donc à vous aussi.

Le toa retourna en vitesse à l'Orion, courant du plus vite qu'il pouvait, alors que les toas Hagah se retiraient de leur côté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rohrak (décédé)

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
300/300  (300/300)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4300 DEF : 0

MessageSujet: Re: [Xia] Vieux quartiers industriels   Mar 26 Avr - 9:18

Depuis très peut de temps, les quartiers de la ville technologique de Xia était devenu encore moins sécurisé qu'avant même si désormais, des gardes armés patrouillait et ne dormait jamais. Tout le monde était inquiet de l'avenir de chacun maintenant que un nouveau monarque voir dictateur a prit les rennes de l'alliance et que une armée immense de soldats a été créé pour que l'alliance devienne la puis puissante des faction et la plus criminelle de toute. C'est le plus grand empire de la mafia qui n'a jamais été créé et dont Darkness est devenu le parrain.
Dans les rues sales, polluées et sombre de la ville et dans la nuit, une patrouille venait de passer et juste après leur passage, deux guerriers se déplacait dans l'ombre. Ils était rapides et furtif, ils utilisaient l'ombre et la furtivité à leur avantage, ils faisaient tout pour pas qu'on les voit. c'était comme deux fantômes hantant les rues de la ville et passant outre la vision des gardes et des caméras de surveillances. L'un portait une cape bleue marine avec une capuche cachant la moitié de son visage et l'autre avait une armure moyennement lourde entièrement noire avec quelques rayures pourpre. Celui ci glissait sur le sol avec agilité comme si il avait des patins et l'autre courrait derrière lui. Ils se faufilèrent jusqu'à atteindre un grand bâtiment blindé dont l'entrée était gardé par deux gardes, ils se cachèrent derrière des caisses pour ne pas se faire remarquer.
-on y est, chuchota le premier.
-je le sens mal, cette histoire, Cordax. répondit Vorona.
-si on se fait pas repérer, ca va, on aura pas de retour de l'alliance.
la vortixx se mit à se concentrer. les deux gardes était toujours en position immobile et droits comme des piquets.
-eh, arrête de me regarder bizarrement, fit l'un des gardes à l'autre.
-qu'est ce que tu raconte? je te regarde pas bizarrement
-si, tu me regarde d'un air stupide et j'aime pas ca.
-je te jure que je fais absolument rien.
le premier garde fonca sur le deuxième et lui sauta dessus en lui lancant des menaces.
-suggestion télépathique, pas mal du tout, Vorona. chuchota le makuta avant que les deux n'entrèrent en vitesse dans le bâtiment pendant que les gardes était occupé à se chamailler.
les deux se faufilèrent dans le bâtiment en évitant au mieux les caméra de sécurité avant d'arriver dans un long couloir vide. il ne semblait y avoir aucun système de sécurité, rien mais Vorona trouvait cela étrange, elle en restait dubitatif contrairement à Cordax.
-la pierre se trouve de l'autre côté de ce couloir, on fonce.
Le makuta était prêt à foncer tête baissée mais la vortixx l'arrêta avec le bras.
-ne soit pas aussi pressé et fixe mon regard.
les deux se regardèrent droit dans les yeux. Puis elle lui demanda de regarder droit devant lui.
-ah d'accord, je vois.
Ce que Cordax voyait devant lui était un grand champ de lasers jusqu'ici invisible mais la vortixx avait utilisé son pouvoir de projection astral ce qui lui a permit de faire voir au makuta ce qu'elle voyait elle même.
-va falloir te souvenir que tu était acrobate, à l'époque.
-oui, dans une autre vie, répondit le makuta.
et il fonca vers le champ de laser avant de sauter, il faisait des saut périlleux, marchait sur la pointe des pieds, rampait et faisait des sauts muraux pour éviter tout contact avec le moindre laser. Son agilité lui permettait de faire de grand prouesse physique et ce genre de piège est un bon entrainement aux techniques d'esquive en combat.
une fois de l'autre côté, il vit une grande porte blindée ainsi qu'un tableau de commande. Cordax sortit un petit dispositif et le brancha au tableau de commande et après quelques manipulations, il désactiva le champ de laser permettant à la vortixx d'avancer et débloqua la porte blindée qui s'ouvrit avec un grand bruit métallique et beaucoup de fumée.
-à toi l'honneur de récupérer la pierre, moi, je monte la garde.
et la vortixx entra dans le coffre fort, une immense pièce vide avec au centre la pierre du chaos violette sous une cloche de verre. Elle se mit à léviter (pour éviter les capteurs de pressions de la pièce) et avanca jusqu'à la pierre. Elle l'observa quelques seconde avant de murmurer quelques mots
"Azarath metrion zinthos"
une lame d'ombre se forma sur son poignet et elle l'utilisa pour trancher la cloche de verre avant de la soulever par télékinésie.
Plus rien ne l'empêchait de prendre la pierre mais au moment ou elle allait la prendre... quelqu'un d'autre la prit à sa place.
-merci beaucoup pour tout les efforts que vous avez fait pour moi.
*et une autre pierre du chaos pour moi*
l'être qui avait parlé était une makuta à l'armure noir mais dont le plastron était un grand coeur rose. Elle avait aussi deux grande ailes de chauve souris, c'était une makuta phantoka.
d'un geste vif, la makuta donna un coup de pied dans la cloche de verre tenu par télékinésie avant de se téléporter. La cloche se brisa au sol et l'alarme de sécurité retentit. Aussitôt, des gardes arrivèrent et se mirent en position d'attaque prêts à attaquer Vorona. Elle riposta en les repoussant grâce à ses pouvoirs et partit rejoindre Cordax en vitesse. il ne fallut que trente seconde que les deux s'était déjà téléporté.

Une fois Cordax et Vorona à l'intérieur du Brême.
-c'est bon, on est mort, je le sens, on a pas la pierre et l'alliance va nous tomber dessus. Comment tu a pu te faire avoir?
-roh, désolé, répondit la vortixx vivement, mais quelqu'un d'autre a prit la pierre et a activé le système de sécurité, j'ai rien pu faire.
-et qui ca pouvait être pour être aussi bon que nous en infiltration?
-si tu veux tout savoir, c'était une makuta phantoka un peu bimbo et qui s'est cru tout permit.
-Garianne, n'est ce pas?
-Garianne???
-une makuta phantoka qui est, disons...très sensuelle et surtout, qui est une grande chasseuse de trésor, elle adore les pierres précieuses d'où son engouement pour les pierres du chaos.
-il va falloir la retrouver si on veux récupérer cette pierre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanika

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/700  (700/700)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4800 | DEF : 2050

MessageSujet: Re: [Xia] Vieux quartiers industriels   Mar 24 Jan - 21:04

[hrp]suite du RP ici[hrp]

Le vortixx marchand traversait les ateliers pour déboucher sur les vieux quartiers industriels. La nuit était sur le point de tomber, il n'y avait plus beaucoup de lumière. Les dealers ne vont pas tarder à arriver ici pour échanger leur marchandises de contrebande. Le vortixx emmena la toa dans un grand hangar. Dans celui ci était entreposé maintes armes et équipements de guerre. Des tank, des robots, les tourelles, des chasseurs prêts à être vendu. Les lumières ne fonctionnait pas. Les deux étaient dans l'obscurité. La jeune fille ne pouvait s'empêcher d'allumer une boule de plasma dans sa main pour éclairer les alentours de sa lueur vert fluo. Ils montèrent un escalier métalique, puis un second et le vortixx frappa à une porte. un "entrez" se fit entendre et les deux entrèrent. La pièce était un bureau peu éclairé. Juste une lampe de plafond était installé. Ce n'était rien d'autre qu'une pierre de lumière qui pendouillait et se balancait au bout d'un fil. La grande chaise de bureau dont on voyait le dossier se retourna dévoilant un autre vortixx plus grand. Il se leva et prit une pièce de makoki sur la table et son un curre dent qu'il mettait dans la bouche. Ce vortixx avait une cape avec des motifs hawaïens et était de grande stature mais maigre.

-tiens, on a de la visite, ne serais ce pas la petite étoile de la triade qui vient ici?
-c'est ca, mais qui êtes vous, demanda Tanika.
-j'ai entendu et lu des choses à propos de vous et cela m'étonne que vous ne me connaissez pas si vous êtes venu jusqu'ici, je suis le lieutenant Dealio.
-je pense que vous vous demandez ce que je viens faire ici, eh ben, j'aimerais faire un marché avec vous.

le vortixx hocha la tête en signe de négation.

-désolé, ma petite dame mais je ne conclu aucun marché avec d'autres organisation que les chasseurs de l'ombre.

la toa croisa les bras. Jusque là, elle était confiante. Alors que le vortixx lancait sa pièce pour la rattraper avec la main qui l'avait lancé et cela plusieurs fois.

-sachez que aujourd'hui, seuls les factions de l'Ordre de Mata nui, de la confrérie makuta, de la main d'Arthaka et des partisants des grands êtres ont été reformé, les chasseurs de l'Ombre ont été démantelé et n'existent plus officiellement car il leur manquait un nouveau chef.
-bien, content de l'apprendre, alors, considérons que nous concluons un contrat, qu'est ce que l'Ordre a à nous offrir en échange de nos services?
-vous aurez notre protection militaire, nous serons allié et nous vous protégeront de tout ennemis ou rivaux s'attaquant à votre usine ou à son économie.
-Une alliance? une protection? quoi, encore? jusqu'à maintenant, les factions qui nous ont promis protections n'ont pas honoré leur part du marché. Le protectorat nous a couté beaucoup, vous savez? de plus, le dirigeant de l'alliance criminelle n'était pas spécialement sympa avec nous. Rétorqua le chef des marchands.
-premièrement, Lord Darkness était un dictateur sans merci qui ne pensait qu'à son profit alors pas étonnant, deuxièmement, vous pouvez tout à fait refuser mon offre, dans ce cas, je partirais et ce sera la Confrérie des makuta qui viendrons ici redire les mots que je vous dis. Ils se sont déjà emparé de Nynrah, préférez vous passer un pact avec nous ou les makuta? le choix et vôtre.
-qu'avez vous à proposer de si extraordinaire que les makuta ne pourraient ne pas nous offrir, par exemple.

Dealio est un vrai requin takea en affaire. Le business, ca le connait. Il sentait que Tanika avait un peu le traque maintenant qu'il avait dit ca. Elle ne savait pas quoi répondre. Et pourtant, tout ce que veux le vortixx est un gage de bonne fois et en même temps, quelque chose qui rapportera vraiment un plus pour les vortixx de la part de l'Ordre. C'est à ce moment qu'apparut une figure, elle sortit de l'ombre pour se montrer à la pâle lueur de la lampe, à côté de Tanika. Cet être n'était autre que Vorona, son visage caché par sa capuche bleue. Dealio ignorait qui était cet être aussi ténébreux. Elle semble tellement être un makuta pour lui.

-connaissez vous le kanohi dragon? questionna la nouvelle venue.
-ne me parlez pas de cette horrible bête, dit le vortixx l'air horrifié. On a mit un temps fou à le piéger dans un bloc de glace et à le garder au frais.
-bien, qu'en dites vous si l'Ordre vous débarrassait de cette "horrible bestiole" comme vous dite et l'emmenait loin de cette ile? seriez vous prêt à revenir sur vos décisions et conclure le pacte?

Du coup, le vortixx avait l'air ravis, enfin lui et ses travailleurs n'auront plus la peur de le voir s'échapper et détruire les usines de ces quelques jets de flammes.

-marché conclu

il s'approcha de Tanika pour lui serrer la main.

-je vous emmène voir la créature.

...

un peu plus tard, les trois se retrouvèrent dans un hangar frigorifique, là ou les vortixx entreposent les marchandises périssables pour les concerver sous la température glaciale. Dealio leur montra un énorme bloc de glace posé sur une énorme palette. à travers le transparent de la glace, on pouvait y voir la créature mythique. Un énorme dragon couvert d'écailles en forme de kanohi, des immenses ailes et une gueule béante pouvant au moins manger un camion en une bouchée et heureusement gelée à l'intérieur du bloc, gardé ici sous hypothermie.

-j'espère que tu as un container de stase assez grand pour le mettre et que tu sais ou on va le mettre, vu la place qu'il prend, Vorona, dit Tanika.
-ne t'inquète pas, j'ai tout prévu. Un vaisseau cargo nous attends dehors avec le container de stase et un effectif de soldats assez grand pour l'embarquer à l'intérieur.
-surtout, gardez le bien au frais, sinon, je ne donne pas chère de votre peau. répliqua Dealio.
-les archives de Onu-metru, ca devrait faire l'affaire, allez, on l'embarque...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Master-Game's Hand

avatar

Masculin

MessageSujet: Re: [Xia] Vieux quartiers industriels   Mar 24 Jan - 21:13

Ordre de Mata Nui, les Xians acceptent votre offre. Vous recevrez 50% de leurs bénéfices.
L'Usine d'armes de Xia est désormais un territoire de l'Ordre de Mata Nui!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skralox



Masculin
Fiche d'identité
Energie:
200/200  (200/200)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 1400 – DEF : 1650

MessageSujet: Re: [Xia] Vieux quartiers industriels   Dim 29 Jan - 13:37

Bakar était là,entrain de "patrouiller" pour protéger l'usine de quelconque envahisseurs.Il s'ennuyait mais il eu une transmission de l'Ordre de Mata Nui lui disant d'aller à Nynrah.Il s'envola pour accomplir sa mission...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bionifigs.com/u1615
Tanika

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/700  (700/700)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4800 | DEF : 2050

MessageSujet: Re: [Xia] Vieux quartiers industriels   Mar 7 Fév - 20:30

Tanika, en attendant que sa commande à l'arsenal de Xia soit passé, était allée un peu plus loin pour parler par communicateur à Phantrakk. Elle ferma le communicateur et le rangea en attendant que ce dernier sonne de nouveau annoncant que Phantrakk avait répondu. Elle ferma les yeux, dépitée. Maintenant, tout le monde sait qu'elle veut le territoire de Le-metru rien que parce que c'est le territoire de son passé. Le passé de elle et de Rohrak.
soudain, une voix appela Tanika.


-les dernières phrases que tu as dite à Phantrakk via communication m'ont...étonnée. Et tu sait bien qu'il est difficile de me surprendre. Moi aussi, j'aime suivre les discussions sur le canal universel.

Tanika se retourna et vit que c'était Vorona. Sa cape bleue recouvrant son corps et sa capuche sur la tête. La toa était surprise de la voir ici. Décidément, se téléporter est un réel avantage dans cet univers.

-viens avec moi, faut qu'on parle.

Vorona prit Tanika par l'épaule et l'emmena dans un dépôt désaffecté qui appartient maintenant à l'Ordre, comme tout les dépôts ici. En se servant d'un transpalette manuel, elle déplaça quelques palettes afin de faire un grand espace vide.

-il est temps de t'entrainer. Et quand je dis t'entrainer, ca ne veut pas dire que tu vas faire des pompes ou que tu vas taper sur des hologrammes, tu va simplement t'asseoir et on va parler un peu et on va méditer. Beaucoup méditer. annonca la vortixx.
-ce fameux entrainement mental dont il parlait, c'est ca?
-exact.

les deux filles s'assirent en tailleur au milieu de la pièce, l'une devant l'autre.

-tu crois que je pourrais devenir télépathe. dit Tanika enthousiaste.
-on nait télépathe, on ne le devient pas mais je peux t'apprendre à fermer ton esprit pour le rendre inviolable aux attaques mental. Helryx et Brutaka peuvent le faire, tu le peux aussi. Mais sache une chose, jusque là, je n'ai fait que observer, et je dois t'avouer qu'il n'y a pas que Phantrakk que tu décoit, moi aussi d'une certaine manière. Je garde des souvenirs de la guerre moi aussi, et pas des moindres. Je te vois encore aux commandes du Brême lors de l'assaut de Daxia lancé par Maudit. Même si nos chasseurs se faisaient décimer et même si Rohrak était loin de toi, bloqué à Stelt, tu restait calme, impassible et confiante. Je pensais que la guerre t'avait forgé un moral à toute épreuve et là, tu supplie la confrérie parce qu'ils se sont emparé de Le-metru et du moto-hub? incompréhensible.

Tanika ne disait mot. la ténébreuse avait raison. Elle ferma les yeux et envoya un message télépathique à la stellaire.


*Moi aussi, j'ai vécu plusieurs années de ma vie à Le-metru, dans l'appart de Rohrak puis dans le Brême. Mais aujourd'hui, on a déménagé et avoue que la forteresse de Daxia a quand même plus de classe que les rues polluée de Metru nui et le tout petit immeuble ou nous vivions. Et rappelle toi, les souvenirs ne sont pas ancrés dans un territoire mais sont ancrés dans la tête. Et ton cerveau ne sera la propriété de personne à part toi. Après, je suis d'accord sur un point: Shrecki a bien fait exprès de signer le pacte avec le moto hub bien en face de ta figure et bien en face de la statue de Rohrak comme si il avait profané sa tombe. Mais ca, c'était pour bien que tu lui en veule et pour bien que tu en ressorte déprimée. Ce qui a plutôt bien marché.*

Vorona laissa un peut de temps à Tanika pour cogiter. puis elle dit:

-maintenant, ferme les yeux, vide ton esprit, ne pense à rien, ferme les yeux et laisse toi aller.

Elles se mirent à méditer... à méditer longtemps. Pendant des heures, elle restaient en tailleur, en lévitation à 10 cm du sol. Et après près de 6 heurs de temps (sachant que quand on médite, on ne vois même pas le temps s'écouler, c'est très pratique), les deux filles ouvrirent les yeux et se levèrent.


-ce n'est pas terminé, il faudra s'entrainer souvent, Ce n'est pas en une séance de psychologie que tout se résout mais maintenant, je pense que tu sais ce que tu as à faire. déclara Vorona.
-non, pas exactement.
-c'est simple. Premièrement, je te conseille de donner un autre nom au vaisseau de l'Ordre. Je n'ai pas envie que tu chiale encore rien que parce qu'il s'est fait détruire par un tir de croiseur ennemi, surtout si c'est Shrecki qui a fait feu. Ensuite, tu déplace le mémorial de Rohrak à Daxia. Notre base restera le meilleur endroit pour y placer toute les mémoires de ton héros bien-aimé. Demande aux po-matoran de construire une statue encore plus grande à Daxia et pourquoi pas, construit un musée. Et enfin, négocie quand même avec Phantrakk pour le Moto hub si tu le veux. Xia n'étant pas suffisant pour assurer l'économie de notre faction selon moi. Ne donne pas n'importe quoi en échange et si il refuse, ne te sent ni frustrée, ni triste. le makuta a ses raisons.
-merci pour ces conseils, je ne sais pas ce que je ferais sans toi.
-ce n'est rien. Je suis là pour ca. On est là pour s'entraider.

Par la suite, Tanika alla rejoindre la boutique pour voir si sa commande a été acceptée par les vendeurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanika

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/700  (700/700)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4800 | DEF : 2050

MessageSujet: Re: [Xia] Vieux quartiers industriels   Ven 26 Oct - 22:46

Dans les ruelles de la zone industrielle de Xia, il n'y avait pas beaucoup de véhicules en circulations. Des vaisseaux cargo de transport garés ici et là en face d'entrepôt que ce soit en fonction ou désaffectés. Une roue sombre se déplaçait lentement sur la route goudronnée. Le véhicule noir et bleu tourna à une intersection, laissa un vaisseau de transport passer avant de continuer sa route. Vorona -car c'est elle qui pilote l'engin- regardait autour d'elle, attentive. C'était le jour, en pleine après-midi. Elle patrouillait discrètement dans cette zone connue pour ses nombreux dealers et vendeurs au noir. Elle tourna à une bifurcation pour entrer dans l'un des quartiers les plus chauds de la zone industrielles. Là où les dealers pullulent, les voyous de rues aussi et les pauvres et sans abris viennent trouver refuge au milieu des palettes dans les entrepôts et les ateliers de construction. A son arrivée dans le quartiers, les gens sur les trottoirs et assis sur les poubelles l’observaient. Un être étrange ne venant pas du coin, sur une roue avec une cape bleue à cagoule, c'est un peu louche à voir. Soudain, l'un d'entre eux se mit à hurler. Un cri semblant anodin mais que Vorona comprit rapidement due à son expérience de chasseuse de criminels. C'était un des rôdeurs du quartiers qui venait de hurler un cri de guerre. Ceux si forment les sentinelles pour le dealer qui se trouve non loin de là et dont le cri est là pour l'avertir que des forces menaçantes comme des patrouilles de Vakhi sont en approche et qu'il doit fuir. Ni une ni deux, la vortixx poussa un coup d'accélérateur. La techniques mit au point par les criminels organisés était tellement bien préparée que normalement, le vendeur de substances illicite ou d'armes illégales ne se fait presque jamais avoir et arrive toujours à fuir à temps. Celui ci eu le temps de soudainement laisser les clients sur leur faim et courir mais, connaissant la stratégie, Vorona eu tôt fait de le pister mentalement. En détectant son esprit, elle pût savoir que celui si courait à grande vitesse. les compétences de sa roue en matière de course poursuite allait être mit à l'épreuve une fois de plus. Il s'avère que le fugitif maitrise le Parkour et est capable de sauter de toit en toit agilement. La ténébreuse dut se servir du plan GPS pour prendre les bonnes ruelles et ne pas le perdre. Le dealer qui était un skakdi assez costaud courrait encore sur les toits des entrepôts. à un moment, il fit un grand saut pour atterrir sur une plate-forme métallique. Malheureusement, une balle d'ombre détruisit la plateforme avant qu'il ne tombe dessus. Le skakdi chuta de plusieurs mètres et s'accrocha à une corniche de justesse qui ne tint pas le choc de son poids et céda. Il chuta encore pour s'écraser dans une benne à ordure. Lorsqu'il se releva, c'était trop tard, Vorona se trouvait déjà devant elle, sa roue garée derrière elle. Elle se saisit de lui pour l'extraire du container et le plaquer contre un mur. Il ne semblait plus pouvoir faire quelque chose à présent.

-comment avez vous réussi, les patrouilles vakhi n'y arrivent jamais.
-oh, je ne dévoile jamais mes secrets, disait elle.

elle le fouilla pour en sortir de son pack dorsal une grosse boulette. C'était de la drogue dure. En posséder en grande quantité ou en vendre fait gonfler le casier judiciaire.

-ca doit bien faire un kilo, tout ca, et tu voulait la vendre? c'est de la bonne, je suppose.

il semblait avoir le traque face à la psionique.

-ou...oui, c'est arrivé par Go fast depuis Bara magna. Les substances de cette planètes se vendent à bon prix, dit-il stressé

Les Go fast comme la vortixx les connait sont en général des petits véhicules à une place mais dont le coffre est remplis de drogue ou d'armement et qui fonce à toute allure pour éviter les contrôles routiers.

-mais dis moi, j'ai besoin de savoir autre chose, je cherche quelqu'un en particulier et je sais que tu pourra m'aider.
-tu peux toujours rêver pour que je te le dise.

Elle ferma les yeux, puis un instant après, les rouvrit.

-tu n'a pas besoin de parler, je sais déjà tout. Maintenant, je te conseille de fuir Xia le plus vite possible

Elle lâcha prise sur le skakdi et sortit son communicateur et appuya sur un bouton. Le skakdi prit peur, il savait ce que cela voulait dire. Une patrouille était averti et n'allait pas tarder à arriver. Le but de Vorona n'est pas forcément de coffrer le dealer cette fois mais au moins de le pousser à prendre les jambes à son cou et partir de l'ile à toute vitesse, ce qu'il s'empressa de faire. Une fois cela fait, elle se retourna pour voir, derrière elle, une petite entrée aménagée vers le sous-sol d'un entrepôt. Elle avait un sourire au lèvre, contente d'elle. Elle y alla et ouvrit la porte, le vent qui s'y engouffra fit légèrement s'envoler sa cape. Elle descendit par les escaliers mal éclairés et arriva dans un tout petit bar aménagé dans le sous-sol qui servait aussi de salle de concert pour un groupe de rock. La musique était plutôt forte et sur les quelques tables disposés ici, des gros bras jouaient au poker. Certains se mirent encore à regarder la nouvelle arrivante dans ce bar miteux, son air mystérieux aidant à attirer l'attention. Elle alla au comptoir, un zyglak de bonne taille lui lançait un regard noir.

-n'essaye pas, à moins que tu veuille voir tout le sous sol détruit, réfléchit un peu avant de faire une connerie, même si tu ne réfléchit pas souvent.

Disait la vortixx calmement mais d'un ton sérieux, elle qui avait deviné mentalement ce qu'allait faire l'armoire à glace. Elle passa commande auprès du barman avant de prendre l'épaule du matoran à côté d'elle d'un geste très vif.


-un thé aux herbes et un jus de kraana. siouplait.

Le matoran en question était en faite Gismo. Le fameux matoran anciennement à la solde de Prother équipé de tout un attirail technologique sur le dos. La psionique s'est fait tellement discrète qu'il ne l'a même pas vu arrivée, trop occuper à siroter son propre jus de kraana et à écouter la musique métal à fond. Celui ci tomba d'effroi en la voyant, il recula jusqu'à un mur. La vortixx se releva et marcha vers lui d'un pas sûr.

-il est inutile de fuir ou de faire quoi que ce soit, ce n'est pas pour rien que je suis là, dit elle.
-qu'est ce que tu me veux, la sorcière.
-trois fois rien mais ce n'est pas ce que je veux qui est important, maintenant, c'est ce que tu veut toi et ce que je peut t'offrir si tu nous aide, moi et Tanika.
-c'est ca et qu'est ce que je dois faire?
-je te propose un petit marché, Travailler pour nous pendant un bon moment. Vois tu, tu est le seul matoran que nous connaissons qui a les compétences pour nous aider à assurer la victoire contre les rebelles de Bara magna.
-et qu'est ce qui va croire que je vais travailler pour vous, bande de blaireaux.
-parce que, tu recherche de l'argent et de la technologie nouvelle génération, n'est ce pas, nous avons ce qu'il faut en stock pour te contenter, et si tu fait bien ton travail, on peut même t'expier de tout tes crimes et larcins. Brûler ton casier judiciaire, en somme. Qui plus est, si tu n'a pas envie de voir Mata nui être tué, ce qui signifiera la destruction de tes lieux favoris comme Xia ou Metru nui, je te suggère de passer notre accord, mais le choix t'appartient entièrement, marché conclu?

elle lui tendit la main

-c'est bon, c'est bon, marché conclu mais je ne serre pas la main.

il croisait les bras, renfermé. Intérieurement, Vorona était content d'elle, elle avait fait ce qu'elle voulait faire. Ce n'était pas une mince affaire mais elle savait que c'était réellement dans les endroits les plus louche, en côtoyant la Plèbe qu'elle peut trouver un espoir de victoire dans cette guerre. Tanika ne sera pas forcément très ravie de voir Gismo engagé comme mercenaire mais Vorona saura s'expliquer que cela est essentiel, notamment en vue des prochains combats les opposant à Gladius, que dire, au nouveau Gladius. La psionique aurait affiché le même sourire radieux que Tanika si elle était aussi expressive que sa supérieure hiérarchique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colbalt (décédé)

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
550/550  (550/550)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 2975 | DEF : 1400

MessageSujet: Re: [Xia] Vieux quartiers industriels   Jeu 8 Nov - 20:39

Traversant les ruelles Xians, Colbalt contemplant le paysage. Soudain, Azurah apparut devant lui avec des soldats Artakhanistes. Elle semblait toute excitée, elle s'exclama:

-Colbalt ! Désolé de mon impolitesse mais y a une opportunité à prendre !

Le Toa, intrigué, demanda alors:

-Calme-toi Azu', qu'est-ce qui se passe ?
-Les terres de Voya Nui sont sans protection ! Il faut les capturer immédiatement !
-Comment cela ?! répliqua étonné Colbalt.
-La Guerre ! Commes les Fantômes ont déclaré la guerre, l'Ordre tente délibéremment de reprendre les terres de Voya Nui, cependant Gladius a capturé Tanika !
-Quoi ? Hurla t-il de fureur, mais alors il faut la sauver !
-Il est déjà trop tard, le Skrall la ramène déjà, mais les territoires sont libres ! Il faut y aller !
-J'y court !

Le Souverain se précipita alors sur son planeur et se dirigea vers ces territoires, le budget de la Main était un élément essentiels. Azurah, elle prit son Jetrax et suivit Colbalt, tandis que le reste des soldats étaient appelés autre part, par Ardan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http:// http://www.bionifigs.com/u1063
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Xia] Vieux quartiers industriels   Mer 15 Jan - 14:07

Le Spectre pointa son bras en direction d'un groupe de skakdis ; la seconde suivante, une série de roquettes non guidées explosaient au milieu des mercenaires, les faisant voler dans les airs ou leur causant des dégâts plus ou moins sérieux – entailles, perforations, démembrements et autres – selon leur proximité avec les différents points d'impact, et le nombre ou la taille des morceaux de shrapnel qui les avaient atteint. Toutefois, les rares mercenaires qui purent se relever ne demandèrent pas leur reste et s'enfuirent très rapidement, traversant les innombrables, interminables et sinueuses ruelles du centre urbain de Xia.

Le guerrier Fantôme se retourna ensuite vers son supérieur, Takurak, qui était resté plutôt en retrait afin d'étudier les mouvements et équipements adverses.


– Alors, chef ? De qui s'agissait-il ?

– Ca ne me plaît pas beaucoup... il s'agissait de simples recrues, des guerriers inexpérimentés qui ne savaient pas à qui il avaient affaire. De la chair à canon ; des éclaireurs, envoyés en première ligne afin de récupérer des informations sur la cible.

– Nous devons donc nous attendre à être de nouveau assaillis... mais pourquoi nous voulaient-ils du mal ? Nous ne leur avons rien fait, à part le léger incident d'hier.

– « Léger incident »... on croirait entendre parler Epsilon. Je te rappelle que ce foutu robot a fait exploser une citerne de carburant afin de faire diversion. Le point positif est que cela a en effet très bien attiré l'attention des chasseurs de primes qui étaient à nos trousses. Mais Epsilon n'a pas vérifié à qui appartenait cette citerne. Et bien sûr, il fallait qu'il s'agisse d'un groupe criminel descendant de la ligue des six royaumes...

– Hum... mais chef, pourquoi les chasseurs de primes étaient-ils donc à nos trousses ?

– Disons que suite à la déroute totale de nos forces, nous sommes désormais réduits à un ensemble de petits groupes disparates ; la plupart des Spectres sont encore dans notre unité, mais nous avons perdu tous ceux qui ont été attaqué dans le désert par celui qu'Aqua a cru reconnaître comme étant le Maître, chef du Protectorat des Ombres. Affaiblis, nous sommes devenus des proies apparemment « faciles » pour ceux qui voudraient nous détrousser et nous détruire une bonne fois pour toutes.

– Bah ! Nous leur montrerons que les Spectres ne se laisseront pas abattre si facilement !

– En effet... mais en attendant, nous devons rejoindre les autres. Dépêchons...

Les deux guerriers ne tardèrent pas à rejoindre un ancien entrepôt désaffecté, dans lequel le principal groupe survivant des Fantômes s'était rassemblé. Il y avait là près de 75% des Spectres originellement formés, soit presque 300 guerriers en exo-armure ; les accompagnaient une centaine de guerriers « standards », ainsi que des civils et des scientifiques. Moins de 500 âmes... voilà tout ce qu'il restait de la Rébellion qui avait autrefois fait trembler l'Empire et offert un espoir aux habitants de la planète des sables.

Tous les autres avaient abandonné leur poste, s'étaient exilés, avaient rejoint l'ennemi... ou étaient morts. Nulle nouvelle Malum, Tarix, Vastus ; le Conseil avait été anéanti dans la vallée du labyrinthe, et le seul commandement restant était donc formé de Takurak, Epsilon et Aqua. Le force de frappe cependant déployée par les Spectres et Fantômes restaient était loin d'être négligeable, mais nullement suffisante pour représenter une réelle menace si elle devait affronter seule une armée véritable. Les quelques cendox et thornatus que possédaient les rebelles avaient été abandonnés au continent sud, ravagé par le Protectorat. Les Fantômes avaient alors rejoint les ports de la ville, et avaient « réquisitionné » un bateau de transport afin de rejoindre Xia.

Cependant, la nouvelle s'était rapidement répandue dans l'univers matoran ; Gladius faisait désormais partie de l'histoire, et ne serait plus jamais d'aucune aide aux rebelles restants. Voya-Nui avait été conquise en quelques heures par le Protectorat ; face à la menace imminente d'extermination totale et définitive des peuples des deux mondes, les Fantômes n'avaient plus le choix : ils devaient rejoindre une faction armée afin d'organiser, de nouveau, la résistance face à l'oppresseur. Sauf que cette fois, l'adversaire qu'ils devraient tenir en respect serait tout autre que l'Empire belliqueux auquel les rebelles avaient autrefois eu affaire. Il s'agissait cette fois du représentant de la Fin en personne. Le Maître, ses Séides et son Protectorat ne s'arrêteraient pas avant d'avoir écrasé toute résistance et d'avoir étendu leur pouvoir sur la totalité des êtres vivants qui peuplaient les deux mondes.

Les Fantômes n'avaient donc pas le choix ; ce serait la liberté ou la mort, une fois de plus.

Takurak et le Spectre pénétrèrent dans le hangar abandonné ; déjà, les civils avaient fortifié les points d'accès, tandis que les guerriers en armure Atomium formaient un véritable mur de défense autour des quelques rares passages ; si le moindre chasseur de primes pointait le bout de son nez, il serait vaporisé, démembré, calciné ou criblé de balles (voire tout à la fois) avant qu'il ne rende compte de quoi que ce soit.


– Le grand chef est de retour ! Bien, on a failli attendre. Alors, ces nouvelles ?

Takurak soupira, puis se retourna vers Epsilon qui venait de lui parler.

– Nous n'avons pas encore trouvé le moyen de contacter de façon sécurisée les membres de la Main ou de l'Ordre ; à la place, nous sommes tombés sur toute une bande de skakdis, des mercenaires appartenant au groupe qui possédait une citerne de carburant. Tu sais, celle que tu as fait exploser, hier.

– Oh, je vois... c'est, hum... quelque peu, je dirais, problématique. Qu'ont-ils dit ?

– Pas grand chose, avant de dégainer épées et mitraillettes légères. Une rafale de roquettes a eu raison de leur cohésion, et les quelques survivants sont rentrés vite faits chez leur chef. On aura bientôt l'occasion de lui parler directement. A moins qu'il ne nous envoie son armée privée dans les heures qui suivent.

– D'accord.

– Et Aqua ? Elle va mieux ?

– Elle se remet lentement... elle a du subir un important traumatisme émotionnel lors de la dernière guerre contre le protectorat. Elle fait des cauchemars dès qu'elle s'endort, et s'en retrouve très affaiblie au réveil. Seul le temps pourra la guérir. Ou la rendre folle, au choix.

– Je vois... de ton côté, tu as réussi à trouver quelque chose d'intéressant ?

– J'ai cherché, trouvé, compilé puis analysé des centaines de documents à propos du Protectorat, du Maître, des Séides et de leur arsenal ainsi que de leurs armées. Ces informations pourraient se révéler très utile en cas d'escarmouche avec une faible force de frappe ou quelques éclaireurs de leur part. Une rencontre avec un Séide ou une réelle armée de leur part ne se déterminerait, avec ou sans information stratégique, de la même manière. Une défaite assurée, du moins tant que nous n'aurons pas rejoint un groupe armé plus important.

– Nous savons donc ce qu'il nous reste à faire. Contacte l'Ordre, la Main et l'Empire sur le canal vocal universel. Nous devons prévenir tout le monde, le plus rapidement possible. Il ne s'agit pas seulement des rebelles ; il s'agit des peuples entiers de l'univers matoran et de Bara-Magna réunis. Nous ne pouvons pas attendre ; chaque seconde permet à l'ennemi de se renforcer plus encore.

– Je transmettrai toutes les informations utiles alors ; pirater le réseau des communications sera cependant un peu longuet ; il faudra me protéger pendant plusieurs heures. Et... euh... je repère un gros groupe d'être vivants qui se rapprochent de nous. Toas, skakdis, vortixx, steltians, zyglaks, glatorians, skralls, et même des vorox. Tous lourdement armés.

– Bien... alerte les hommes et les civils ; que tous se tiennent prêts. Je vais essayer d'organiser des pourparlers afin de te faire gagner du temps et peut-être même de trouver un terrain d'entente...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Xia] Vieux quartiers industriels   Jeu 16 Jan - 1:51

Le Vide.

Tel était le seul mot qui aurait pu correspondre à ce qui entourait désormais Takurak. Nulle lumière, nulle ombre, nulle matière ; rien, à part lui-même, flottant dans un néant absolu.

Le rebelle regardait autour de lui, resserrant la prise sur son bâton rahkshi dont les dents métalliques étaient toujours aussi acérées, prêtes à déchirer chair, acier et roche s'il le fallait. Mais pour l'instant, le plus haut gradé des Fantômes ne pouvait agir, enfermé dans ce lieu singulier.

Un puissant flash de lumière éblouit le guerrier, qui dut se couvrir les yeux des mains pendant un instant – juste avant qu'il n'use de sa maîtrise des Ténèbres pour rabaisser le niveau de luminosité ambiant afin de pouvoir à nouveau voir autour de lui.

Le vide avait disparu, remplacé par un décor encore plus étrange. Il se trouvait désormais dans une sorte de nuage de peinture orangée ; des milliards de particules colorées formaient une sorte de brouillard, et semblaient tâcher de leur teinte pâle tout ce avec quoi elles rentraient en contact. L'armure de Takurak ne tarda pas à se retrouver entièrement orange, jusqu'à ce que ce dernier utilise un flux de désintégration pour purger le métal sali pour l'étrange nuage ; il répandit ensuite l'onde d'annihilation sur plusieurs dizaines de mètres autour de lui, créant une sphère totalement pure, exempte de toute trace de l'étrange matière.

Ce n'est qu'alors qu'il remarqua qu'une immense masse se rapprochait de lui ; cette dernière ressemblait à un énorme parallélépipède rectangle, dont les coins auraient étaient ébréchés et érodés. Takurak se déporta sur le côté, tandis que l'objet se déplaçait à très grande vitesse dans sa direction. Passant ainsi à moins de quelques mètres de lui, le rahkshi put facilement identifier la masse en question.

Il ne s'agissait ni plus ni moins que d'un pavé de protodermis pur, qui devait bien peser plusieurs centaines de tonnes, propulsé à plusieurs dizaines de mètres par secondes.

Takurak comprit alors ce qu'il se passait ; il resserra la prise sur son bâton rahkshi, puis déclencha une véritable tempête autour de lui grâce à son contrôle du vide ; les vents violents ainsi créés dissipèrent alors entièrement ce qu'il restait du nuage orangé, révélant un petit être, caché au cœur du brouillard coloré.

Un sœur skrall, qui avait pris soin d'enfermer le rahkshi dans une illusion très poussée. Le kraata recula de quelques mètres, puis fonça à toute vitesse sur l'illusionniste, bâton en avant.

Immédiatement, Takurak se retrouva de nouveau à Xia, dans les petites ruelles qui entouraient le hangar où s'étaient cachés les derniers Fantômes. Autour de lui, les bâtiments ainsi que les cadavres de ses ennemis au sol avaient été complètement effacés sur plusieurs mètres de diamètre, formant comme une « bulle » où rien n'avait persisté sinon l'air lui-même ; le résultat de l'illusion de la skrall et des pouvoirs d'annihilation du rahkshi. Cependant, empalée sur sa lance, une skrall crachait du sang dans un affreux gargouillis, alors qu'elle exhalait son dernier souffle de vie.

Le kraata avança alors, jusqu'à arriver dans une grande avenue. Complètement couverte par une sorte de verrière opaque et sale, dessous se trouvaient plusieurs centaines de guerriers, rangés en ordre, prêt à se jeter dans la bataille. Devant eux, un immense steltian en armure lourde semblait mener l'assaut. Ce dernier interpella alors Takurak, usant de sa puissante voix pour se faire entendre de tous.


– Tu n'as pas usurpé ta réputation, rahkshi. Je suis désormais certain de savoir à qui j'ai affaire... tu es, sans aucun doute désormais, Takurak, le remplaçant de Gladius à la tête de ce qu'il reste des rebelles !

– En effet...

– Bien ! Alors j'ai une offre à vous faire ! Très intéressante ! Un marché, qui nous garantira à tous un avenir radieux ! Du moins... à mes hommes, autant qu'aux tiens.

– Parlez toujours, cela pourrait m'intéresser.

– Un contrat. Vous entrez dans nos forces privées de défense Xianne, à mon nom. Vous assurerez la sécurité des arsenaux de cette île ; en échange, vous jouirez de la protection qu'offre l'ordre de mata-nui, ainsi que tous les groupes commerciaux de l'île.

– Commerciaux... criminels, vous voulez dire.

– Ne chipotons pas sur les détails, veux-tu ? Bien, alors, qu'en dis-tu ?

– C'est d'accord...

Le grand steltian tourna alors les talons, bientôt suivi par ses hommes. Apparemment, les hostilités semblaient être terminées ; et les rebelles avaient ainsi trouvé un nouveau « foyer »... si on pouvait appeler Xia ainsi.

Takurak courut retrouver les siens ; lorsqu'il arriva sur place, ses hommes étaient toujours retranchés dans le grand hangar. Epsilon était toujours affairé à tenter de pirater le réseau de communications.


– Epsilon, on verra ça plus tard. Pour l'instant, on remballe, on récupère tout ce qu'on peut – c'est à dire tout – et on rejoint les arsenaux Xians. Nous avons un nouvel employeur.

– C'est à dire ?

– Tu verras bien... quelqu'un qui nous permettra de nous battre bien plus efficacement contre la nouvelle menace.
Revenir en haut Aller en bas
Tanika

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/700  (700/700)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4800 | DEF : 2050

MessageSujet: Re: [Xia] Vieux quartiers industriels   Ven 17 Jan - 6:15

Pendant ce temps, non loin de là, un vaisseau de transport de l'Ordre de Mata nui était garé là, c'était celui qui avait transporté les hauts gradés de l'Ordre dont Tanika jusqu'à Xia. A part Tanika et Cordax et les pilotes, personne d'autre n'était sortit du fameux astronef. les pilotes et copilotes sont partit vers le marché pour acheter des provisions autant en terme de nourriture et de carburant tandis que Vorona et Raidark sont restés à l'intérieur. La psionique méditait, toujours dans un état de plénitude légendaire, lévitant à quelques centimètre du sol. Et Raidark, quand à lui, faisait une sieste. La nuit ne tarda pas à tomber, et avec elle, la météo commenca peu à peu à se dégrader. La pluie se mit alors à tomber. Si au départ il ne s'agissait que de quelques gouttes, ce sont quelques minutes plus tard des cordes qui tombaient frénétiquement et sans cesse sur le sol et le toit du vaisseau accompagné d'un lourd bruit métallique et continue de l'eau frappant continuellement contre le protodermis solide. Vorona se leva, regarda Raidark, heureusement pour elle, il dormait toujours. Elle prit soin de ne pas le réveiller. Elle mit alors sa capuche sur la tête et sortit alors du vaisseau par la rampe d'embarquement. A l'extérieur, c'était l'orage. Ce n'est pas vraiment le meilleur temps pour sortir mais tant pis. Tanika, Cordax et Rehad sont bien à l'extérieur aussi, et trouveront certainement un abri en attendant de recevoir leurs armes légendaires. Les nuages noirs, la pluie battante, les faibles lumières des lampadaires et les ruelles sombres de la ville rendait l'ambiance obscure, angoissante, oppressante. Mais étrangement, Vorona adorait cet endroit. Un vrai paradis pour faire parler la furtivité, et surtout, n'est ce pas une magnifique vision de l'état actuel du monde? triste, froid et sans vie? et pourtant les factions vivent avec. La psionique marcha un peu, tourna à une ruelle sur la droite, puis sur la gauche jusqu'à croiser la route d'un skopio enragé qui apparut droit devant elle, sortant soudainement de terre. D'autres ne tardèrent pas à arriver eux aussi, sortant du bitume comme si ils émergeaient du sable. Les tout puissants rahis braquèrent leurs queues pourvus d'un canon à thornax droit sur Vorona qui pourtant ne bougea pas d'un pouce.
La vortixx savait que quelque chose n'allait pas. Ce n'était pourtant pas ce bruit de pluie sur le métal qui l'a dérangée dans sa méditation mais autre chose, et elle était partit pour éliminer la nuisance. Mais elle ne pensait pas tomber sur un groupe de créatures surpuissantes dont le lieu natuel est pourtant les steppes arides de Bara magna. Elle ferma les yeux et se concentra. Le monde perçu par ses sens devint alors noir, les skopio disparurent eux aussi, ne restait en face d'elle que son véritable ennemi. Depuis le début elle savait que tout ceci n'était qu'une illusion, puissante mais vraiment pas crédible. Et même si ses cinq sens sont faussés, elle n'avait juste qu'à voir le monde autrement grâce à son sixième sens: le psychisme, permettant d'observer toute les formes de vie alentour dégageant un réel signal de vie. Et en face d'elle, ce n'était qu'à moitié une surprise: une soeur skrall, jouant l'illusionniste et espérant ainsi tromper son adversaire. Voilà qui va être un combat intéressant. Deux psioniques qui vont s'affronter en duel. Un magnifique challenge pour Vorona qui n'en attendait pas moins. La vortixx utilisa alors sa télékinésie avec force et vivacité sur les caisses qui se trouvaient autour d'elle. Des caisse en bois ou en métal qu'elle utilisa comme bouclier en les agglutinant devant elle, permettant ainsi de parer la première attaque. Son adversaire avait pensé la distraire avec son illusion et voulait en profiter pour lancer des couteaux de lancer et des shurikens qui se plantèrent tous sur le bouclier improvisé. Vorona sépara alors les caisses et s'en servit alors comme projectile pour contre-attaquer, les lancant avec force. La soeur prit soin de tout éviter via des acrobaties plus ou moins spectaculaires. Vorona analysa alors ce détail très intéressant: si c'est une psionique, pourquoi n'utilise t'elle pas sa propre télékinésie pour bloquer les caisses. Peut être qu'elle ne la maitrise pas ou mal, chose qui lui donne alors un avantage. Et quel avantage de se servir du terrain comme arme. Vorona s'envola alors. Elle avait observé au dessus d'elle une grande grue à l'arrêt soutenant un énorme container de transport. Ceux qu'on utilise généralement sur les ferry et qui permettent de transporter des quantités grandioses de marchandises par palettes. La psionique coupa alors le câble avec une lame psy et lança l'énorme charge ainsi libéré grâce à une simple impulsion télékinésique. Le container de plusieurs tonne fonca droit sur son ennemi qui était jusque là trop occupé à esquiver. Sentant sa fin arriver, la soeur skrall eut un reflex salvateur: se jeter sur le côté. Le container s'écrasa au sol et si la soeur n'avait pas bougé, elle serait actuellement complètement transformé en crêpe. La soeur skrall se releva alors, prête à lancer une nouvelle illusion, mais son adversaire a alors disparut. Elle essaya de la localiser avec ses propres pouvoirs mais trop tard, elle se prit un coup de pied dans le dos et retomba au sol. Vorona était apparu derrière elle dans une gerbe d'ombre. Elle s'assit sur la soeur et l'emprisonna d'une prise d'immobilisation qui s'avère très efficace puisqu'elle ne pouvait plus bouger.
Vorona remarqua alors un détail sur le corps de son adversaire mit au tapis. Sur sa nuque se trouvait tatoué un étrange signe rouge. La vortixx aurait bien voulu l'interroger pour savoir pourquoi elle a commencé les hostilités, de quelle faction elle vient et qui est son commanditaire, mais en voyant cette marque rouge, ce n'était plus la peine. La seul solution qu'elle entrevoit est de la tuer. Elle s'empara alors d'un des poignards de la soeur skrall et lui trancha la gorge. Et pour faire disparaitre les preuves, rien de telle que de tout faire exploser. Se servir d'un thornaxx contenu dans l'équipement de la soeur était la bombe parfaite.
Plus tard, Vorona ramassa au sol la seule chose qui restait de la soeur skrall: son masque, qui ressemblait plus à des lunettes de soleil plus qu'autre chose. Cela pourrait un jour lui être utile. Pour faire un costume de soeur skrall, par exemple. Mais pas de doute, cette ennemie ne faisait partie de aucune faction connue, donc aucun moyen d'avoir de répercussion diplomatique, elle était seule et avait pour seul but d'ennuyer et essayer d'éliminer Vorona, ce qui n'a clairement pas marché. Elle n'était pas assez expérimentée. Mais d'autres sous-fifres comme ca viendront, et la vortixx le sait.
Vorona se remit alors en route. Sous la pluie torrentiel, elle commencait à avoir un peut froid, mais il fallait quand même continuer. Son communicateur sonna. C'était un steltian de la garde de Xia qui l'avait appelé. Elle s'en souvient que des forces armées de l'Ordre avaient été postés ici pour protéger l'ile de toute menaces extérieur. Les effectifs avaient été augmentés notamment pour prévenir toute invasion venant de Tuma et ses skralls. Mais l'Ordre en aura toujours besoin, et pour une menace beaucoup plus importante que celle de Tuma et de son armée de skrall. Le steltian lui avait demandé de venir jusqu'à l'entrée de son hangar, là où était posté les gardes, alors Vorona se hâta pour ne pas le faire attendre. Heureusement, le trajet ne dura pas trop longtemps et elle ne rencontra pas d'autres problèmes majeurs. Les ruelles étaient vides et les seuls formes de vie présentes était certainement que les rats et surtout les corbeaux perchés sur les toits et les lampadaires que l'on entendait croisser et que Vorona avait tendance à attirer on ne sais pour quelle raison.
Une fois arrivée devant la porte du hangar, le steltian sortit du hangar par la fameuse porte blindée et l'accueillit
.

-enfin un haut gradé de l'Ordre, je pensais qu'on ne serais pas entendu à cause de foutu orage qui coupe les communications.
-alors, en quoi puis-je vous aider?
-Allez, dis nous tout, Steltian, je n'aime pas me déplacer pour rien.

La dernière voix venait de derrière Vorona qui se retourna, c'était Cordax qui venait d'apparaitre dans un flash bleuté, signe qu'il était arrivé par téléportation.

-nous avons recu le message, moi et Tanika, mais il était préférable qu'elle reste aux arsenaux en attendant que ces vortixx fournissent l'arme.
-lieutenant Cordax, content de vous voir, la garde de Xia se passe à merveille, annonça le steltian, j'ai demandé à vous voir parce que je viens d’accueillir quelques nouveaux éléments dans mon unité, et j'aimerais savoir si vous les reconnaissez.

le steltian montra une photo nette des fantômes des sables. Les spectres en armure atomium et leurs dirigeants dont Epsilon lui même.

-la toa de l'eau et le rakshi ne me disent pas grand chose, affirma Cordax, mais les autres, on les connait. Ce sont les fantômes des sables... ou du moins ce qu'il en reste. et le robot à l'avant, on le connait que trop bien. C'est Epsilon, il nous a donné du fil à retordre sur le champ de bataille, à l'époque et...

avant même que Cordax n'aie eu le temps de terminer sa phrase, une balle d'ombre venait d'être tiré. C'était Vorona qui venait d'attaquer un ennemi qui foncait droit sur elle. Un robot qui fut réduit en poussière par la munition. Un deuxième arriva et sauta, sortant croc et griffes, fondant sur sa proie comme un fauve, mais la psionique l'arrêta net grâce à sa télékinésie. Elle l'écrasa au sol violemment et le lanca en l'air par sa seule force mentale. Cordax réagit alors, braquant son canon, il ne tira qu'un seul missile cordak qui se logea dans le corps de l'entité mécanique qui partit alors en éclats par le souffle de l'explosion. Un cri d'alerte s'en suivit. "Vorona, derrière toi" Ceci lui permit de réagir rapidement. Elle fit un volte-face très rapide, elle braqua sa main droit vers le robot qui courait vers elle et un éclair, semble t-il composé d'ombre, s'abattit sur l'ennemi, le projetant au sol et le rendant complètement inactif. Après ces séances d'action, elle souffla un peu. Cordax s'approcha de la carcasse d'un des robot et à ce moment là, une vision d'horreur lui vint. Ce robot, noir et gris, il le reconnut tout de suite. Il n'y avait pas de doute. Ces yeux rouges, ces griffes. C'était celles des machines qui avaient tant massacrés, pillés, tués, effrayé, rasé, annihilé, brûlé et réduit en poussière des territoires entiers et toutes formes qui y vivaient et qu'ils vont refaire. Pendant trois ans, seulement trois ans, ces robots ont été craints de tout l'univers matorans car étant les précurseurs d'une mort certaine dans tout les esprits des êtres en les voyant. Ici, il ne s'agissait que de trois éclaireurs mais à quoi bon en tuer trois alors qu'il y en a des milliers qui sont créés chaque seconde par l'ennemi ultime de l'univers matoran, voir même de tout le système magna: le protectorat de l'Ombre.
Cordax recula quelques pas, surpris.

-Tanika n'était pas folle, elle était visionnaire.
-je n'ose même pas imaginer sa réaction quand elle va l'apprendre.

Vorona reçut alors une communication. Elle s'empressa de répondre, voyant que c'était marqué comme important. L'interlocutrice au bout du fil n'était autre que Ly, membre des templiers noirs et connaissance de la psionique.


-Vorona, ici Ly, du côté de l'ancienne Main d'Artakha, la situation est grave. Nous sommes actuellement, moi et mes coéquipiers templiers, entrain de fuir le royaume d'Artakha. Notre base principale a été envahie par un ennemi que je ne pensais même pas devoir revoir un jour. Nous ne savons pas si nous allons survivre. En arrivant, nous avons vu que tout a été détruit. Des unités mécaniques ennemis nous ont attaqués dès notre arrivée, alors nous avions dut partir aussitôt. Heureusement, nous avons pu récupérer un caméscope d'un civil encore en état de marche, regarde un peu ces images.

Vorona dirigea le communicateur vers un mur et une projection holographique s'afficha dessus montrant des bouts de vidéos et d'images filmés par le fameux caméscope. Le début montrant les centaines de robots détruisant tout sur leur passage, à noter que les défenses technologiques de la ville d'Artakha, reconnu comme étant infranchissable, dont les tout puissants serpents de cristal n'ont pas fait long feu. Et enfin, la dernière image montrait un guerrier d'une grande stature et semble t-il d'une très grande puissance, portant un masque à gaz et ce qui parait comme étant des tuyaux à oxygène. Une photo certes de très mauvaise qualité mais qui pour les trois guerriers de l'Ordre montrait sans équivoque un séide. Un nouveau séide qui plus est car ne ressemblant à aucun de ceux qui faisaient la fierté du protectorat de l'époque. Évidement, pour Vorona, cela semblait logique que le séide ne détruise pas les enregistrements vidéos pour montrer au monde entier que la Main d'artakha a échoué et est une faction morte à présent.

-eh oui, j'ai le regret de vous dire que c'est le protectorat de l'Ombre, ils sont de retour.
-le cauchemar ne fait que commencer, on dirait, rappelle moi si tu as plus d'infos.

la psionique raccrocha.

-dites aux fantômes des sables survivants qu'ils seront accueillit dans l'Ordre de Mata nui comme chez eux. Nous avons aidé Gladius, nous aiderons encore aujourd'hui ses soldats, déclara Cordax, mais dites leurs que Gladius n'est plus, il a été tué par Zéro. Quand à nous, nous allons retourner auprès de Tanika et l'avertir de la nouvelle menace qui plane sur nous.
-à vos ordres et bonne chance.

ils se séparèrent. Le steltian retourna dans le hangar et les deux êtres sombre se téléportèrent.


*et dire que Tanika le savait depuis le début, et nous ne l'avions pas écouté.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raidark
Main de l'Impératrice
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/700  (700/700)
Jauge de Vie:
790/1000  (790/1000)
Capacités du Personnage: ATK:2050 DEF:0000

MessageSujet: Re: [Xia] Vieux quartiers industriels   Sam 18 Jan - 13:48

Raidark se réveilla quelque temps après que Vorona est partie. Surement pour méditer ailleurs se dit-il. Il aller se rendormir quand une série de bips sonnèrent depuis son communicateur. Jetant un œil, le Skakdi découvrit que cela provenait d'une fréquence caché de l'Ordre... Sauf lui. Cette fréquence est celui de l'Alliance Criminelle, l'ancienne faction issus de la Ligue des Six Royaumes et des Chasseurs de l'Ombre. Un chasseur apparait sur l'écran du communicateur, mais Raidark fut un peu surpris de le voir sévèrement blessé.

-Eh bien, j'ai enfin des nouvelles depuis des lustres. Ironisa le Skakdi, vus que cela fait longtemps qui n'a pas eu de nouvelle depuis qu'il a eu l'épidémie du virus de Thornax. Voyant qu'il se s’éloigne du sujet, Raidark reprit la parole. Alors, que c'est-il passé pour que tu soit dans cette état ?

"C'était inattendu oui mais je vous annonce que... Que Odina est perdu."

Le Skakdi sursauta à cette nouvelle a telle point qu'il aurait put s'écrier un "quoi" mais sachant où il est, il ne dit rien. Voyant l'expression de Raidark, le chasseur montra des images holographiques montrant divers scène de cette attaque surprise ainsi que ceux qui ont fait cela. L'expression du Skakdi ce changea au fur et à mesure qu'il voyait les images montrant des troupes de robots ainsi qu'une personne en noir mais qu'il se démarquer par son visage pâlit.

-Ceci dépasse mes pires craintes, enfin pas celui d'affronté un Irnakk mais quand même.

"Vous savez donc ce que cela veux dire ?"

-Je suis étonné que Shas'ui n'es pas encore dis à ce sujet, mais oui je sait ce que c'est. Cette attaque par cette être ainsi que le massacre qui avait, signifie que nous avons étés aveugle... Et notre aveuglement à permis à l'Ennemi, de revenir.

Un frisson parcourut à travers le corps du chasseur en entendant le mot "Ennemi". Car pour ceux qui ont survécut à la Guerre Sombre parmi les Chasseurs de l'Alliance Criminelle, ce mot désigne à la fois une personne et un groupuscule: le Maître et le Protectorat de l'Ombre dont-il est le leader. Ayant murement réfléchi, le commandant de l'Ordre annonça alors au chasseur.

-Il vaut mieux que vous restiez avec Shas'ui pour que je puissent être au courent de ce qu'il compte faire. Quand au chasseurs ayant nullement connaissance du désastres, envois un message en disant que l'Ordre de Mata Nui est prêt à recueillir le plus d'homme que possible. Qu'ils ailles sur les territoires occupé pour qu'ils puissent venir.

Ayant compris, le chasseur inclina sa tête avant de rompre la communication. Suite à cela, Raidark retourna vers son lit et il coucha sur le ventre, en attendant que les autres arrivent.

*Bon eh bien, c'est reparti. Et il en faudra plus qu'un Hagah pour pouvoir le défaire cette fois ci.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rehad
Skrall philosophe
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/900  (700/900)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3100 – DEF : 4150

MessageSujet: Re: [Xia] Vieux quartiers industriels   Lun 20 Jan - 20:14

Le commandant de l’empire fut bientôt rejoint par plusieurs autres guerriers qui avaient été présent durant l’attaque de Metru nui, quelques jours auparavant. Parmi ceux-ci, il reconnut la dirigeante de l’ordre de Mata nui.  Ils patientaient tous pour la même chose, ces fameuses armes développé par les Vortixx de Xia. Du peu qu’il connaissait de cet univers, les artisans Xian étaient parmi les meilleurs artisans de cet univers, et il était curieux de voir les travaux de si fameux artisans. Après tout le commandant Skrall était un guerrier, il appréciait les bonnes lames, bien équilibrer et affûté. Le combat chez les skralls était un art, un de ceux que le commandant maîtriser. Il sortit un instant de la boutique jusque dans l’une des petites ruelles sombres et mal éclairé qui serpentait à travers toute la ville. Ces rues étaient des endroits fourbes, et pourraient éventuellement être un vrai coupe gorge pour toutes personnes non avertit.  La pluie battait et assombrissait le ciel du dôme Xian, à peine visible derrière les couches de nuages de poussières et de fumées.

- Cela faisait longtemps que je n’avais pas regardé le ciel ainsi.  C’est étrange. Je sais qu’il est là, pourtant il n’est pas visible depuis cette univers. Bota magna. Mon cher foyer.

Le Skrall plissa les paupières, ferma les yeux, se rappelant le temps de sa jeunesse, avant la guerre, avant le sang, que la dure et froide réalité ne se présente à lui, comme un mur infranchissable le bloquant désormais. La paix. Etait-ce un objectif ? Un rêve irréalisable ? Une simple désillusion ? Il n’en savait rien. Rien n’avait d’importance en ce temps-là. Il était insouciant. Faible. Il ne possédait rien à l’époque, rien d’autres que cette terre qui le vit naître. Et désormais, qu’avait-il ? Un nom. Des équipiers, la force. Mais qu’était-ce que la force ? La simple brutalité ne pouvait être appelée ainsi. Non, la force naissait avec un but. Quel était le sien ? Rentré chez lui. Si tenté qu’un chez lui soit encore là pour l’accueillir après tant de temps. Servir Tuma ? Être à la solde de Tuma ne pouvait le satisfaire pleinement. Tuma est le dernier Skrall de la classe dirigeante à avoir été épargné par le désastre des Baterra, cependant le commandant savait que d’autre l’avait précédé. Et c’était au moins l’un d’entre eux que le Skrall tenait réellement en estime. Il se battait pour la mémoire de ceux-ci, non pour la gloire des vivants. Qu’elle était donc son but ? Pourquoi avançait-il dans cet océan de ténèbres ?

Pour une raison inconnu, une image lui revînt alors en tête, celle de ses mains, ensanglantées, enfonçant cette lame accrochée à son pack dorsal dans le corps frêle de la sœur Skrall. Il voyait le sang, s’écoulant peu à peu de la plaie et se répandant sur le sol de la tourelle. Et il se vit, lui-même, comme s’il n’avait jamais été acteur, mais spectateur de ce spectacle macabre. Il se vit lui-même, souriant. Il fit immédiatement le lien entre cette vision et les derniers actes de Gladius, tuant de sang-froid ses propres hommes avant d’apporter leurs têtes au commandant. Il déglutit et retira son casque manquant alors de régurgiter. Il ne depuis quand un commandant d’un empire hautement militariste et prônant le culte de la puissance ne supportait pas de tuer un autre être ? Depuis quand quelqu’un dans sa position éprouvé des remords pour l’assassin qui essaya de prendre sa vie ? Depuis quand avait-il peur de sa propre nature ?  

Un éclair vînt soudain le sortir de ses pensées. Un petit bip sonore, qu’il reconnut aussitôt comme étant le bruit de son communicateur, vînt alors parvenir dans ses oreilles, entre le son de l’acier modeler dans les forges à coups de marteau puissants, et le son de la pluie venant tomber sur le sol nauséabond de l’île. C’était un message provenant de l’empire. S’agissait-il de la réponse de Tuma au rapport de Servius ? Le commandant lu le message attentivement. Il resta alors hébéter pendant plusieurs minutes. Il apprit tout d’abord que, bien avant la mort de leurs chefs, les fantômes avaient déjà été condamnés par leurs propres folies. Tous comme Nakito, lieutenant d’Ikinat avait trahi sa cheffe avant de mourir à son tour, les fantômes ont éclatés et ce sont entretué.  C’était donc la fin du rêve de paix et de justice qui animait les peuples libres. Ils ne restaient plus que les Skrall, les fers et l’empire. Ce fut la deuxième nouvelle qui l’ébranla le plus cependant. Toutes les factions rebelles, qu’elle quel soit, tous les territoires n’appartenant pas à l’empire sur Bara magna, avait été immédiatement envahis, par une armée noire et mortelle, ayant rasé toutes formes de résistances en quelques heures à peines. Le plus étonnant et qu’il semblait que les attaques sur une bonne moitié de Bara magna furent faîtes simultanément, peu importe l’ennemi, il était à prendre avec le plus grand sérieux.  Le commandant soupira. Et se contenta de renvoyer un ordre, un seul. « Attendez mon retour ». Cette armée pouvait très bien s’en prendre à l’empire, c’était même plus que certain. L’empire était sa prochaine cible. Il lui fallait faire vite, cependant il avait un étrange pressentiment. Il remit son casque, redressa son épaulière qui avait légèrement glissé et rentra à nouveau dans la fabrique d’arme, sa sueur se confondant avec les gouttelettes d’eau qui commencèrent à perler aux quatre coins de son armure. Il prit une carte et un morceau de charbon dans son pack dorsal, protégé de l’eau par une toile qui lui servait à transportait ce genre de broutille et il teinta d’un noir profond la moitié sud du désert. Puis il traça une longue ligne verticale à l’extrémité nord de l’empire Skrall, symbolisant ainsi la vallée du labyrinthe qui avait été l’un des nombreux endroits d’accueil de son espèce durant ces derniers millénaires d’errance. Les fantômes étaient tombés. La main d’arthaka dans cet univers aussi, l’attaque de cette créature. C’était bien trop de choses pour être des coïncidences, il l’avait déjà deviné ! Maintenant, il savait, ou plutôt croyait savoir. Il croyait avoir établi un semblant de vérité dans cet océan de mensonges. Toutes les ficelles avaient été tiré dans l’ombre sans que personne ne sans aperçoive.
 Un être d’apparence reptilien, protégé par une lourde armure intégrale vînt alors le rencontrer, lui montrer des images de batailles, de guerre, de morts avant qu’il n’est pu répondre quoi que ce soit. Il reconnut vaguement les paysages du continent sud, loin de lui être familier, il put cependant deviner ici et là, à la disposition des lieux, des quartiers et des rues autrefois pleine de vie, maintenant soumise à cette ombre. Il fit alors immédiatement une correspondance avec le message qu’il avait reçu précédemment. Il recula de deux pas, ne connaissant pas cet étranger, il était suspicieux.


- Qui êtes-vous ? Ou plutôt qu’êtes-vous ?

Cependant ce n’était pas le moment pour ça. Ces êtres n’attaquaient donc pas que Bara magna ? L’heure était grave, autant pour son peuple que pour l’univers matoran. Un lourd et puissant sentiment de crainte naquit en Rehad. Il n’avait jamais rencontré de Seide, jamais vécu les horreurs du protectorat, mais savait reconnaitre et jaugé ses adversaires avec une juste analyse. La façon de marcher, de se comporter, de tenir son arme en disait long. Cet être aux couleurs mortuaires était puissant. Très puissant. Trop puissant. Ces êtres étaient aussi dangereux que les baterra. Cependant contrairement aux baterra, la mort venant de cette menace n’était pas silencieuse, elle était bruyante et se montrait à plusieurs kilomètres à l’avance. Tous comme avec les makuta une aura de ténèbres les entouraient. Cependant ces êtres pâles comme la faucheuse avaient une aura bien plus singulière. Des ténèbres plus profonde, bien plus primale. Et c’était sur ce point, ce cours laps de temps entre la vue de l’ennemi et l’anéantissement que le commandant pouvait agir. Il se rapprocha alors de Tanika, accompagné par l’être enrobé par cette armure aux traits reptiliens.

- Impératrice Tanika, actuelle dirigeante de l’ordre de Mata nui ! Cette chose apporte des nouvelles troublantes qu’il vous faut prendre connaissance. Il s’adressa alors au Rahkshi. Peu importe ce que vous êtes, veillez repasser cet enregistrement s’il vous plaît.

La créature, bien que semblant doté que de très peu d’intelligence sembla comprendre le message du commandant. Une fois que le rahkshi eut montré l’enregistrement à l’impératrice, tel un nouveau coup de tonnerre grondant dans les cieux, la voix de Rehad explosa, sortant et résonnant à travers la salle entière. Sa voix était forte, cependant aucun sentiment n’était discernable dedans. Elle était aussi stoïque, sévère et sérieuse que l’expression du commandant.  

- C’est en ma qualité de commandant de l’empire, général de Dévos, citoyen de Bara magna et en temps qu’être biologique vivant je m’adresse à vous aujourd’hui. L’heure est grave. J’ai toutes les raisons de pensés que les créatures que vient de vous montrer monsieur armure de reptile ont également envahi Bara magna. Et il en est de même pour votre monde apparemment. Les vraies ténèbres sont là, s’abattant sur ce monde à l’agonie. L’empire ne survivra pas à une nouvelle guerre de l’envergure de la guerre contre les baterra. Il est de mon devoir de protégé mon peuple et pour se faire, j’exige en conséquence au nom de l’empereur Tuma, dernier de nos feux dirigeants, que vous m’informiez de toutes les connaissances que vous avez sur cet ennemi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanika

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/700  (700/700)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4800 | DEF : 2050

MessageSujet: Re: [Xia] Vieux quartiers industriels   Mar 21 Jan - 1:16

*oh, non, par mata nui, c'est un cauchemar*

c'est ce que pouvait se dire Tanika en voyant l'enregistrement émit par le rakshi. La toa a fini par retrouver Rehad qui a eu juste le temps de rencontrer un être pour le moins singulier puisqu'il s'agit d'un simple rakshi. A en juger par sa couleur bleue, c'est un rakshi de désintégration, une espèce de kraata assez courante dans les armées makuta. Mais ce rakshi ne semble pas porter d'insigne de la confrérie. Les rakshis indépendants créés par des makuta tout aussi indépendants sans faction, ca existe, mais le pire, c'est l'enregistrement que le fameux rakshi repasse devant Tanika, rehad et les quelques êtres aux alentours dont des vortixx. Une compilation de vidéos faisant état de l'attaque du continent sud par une force que tout les entités venant de l'univers matoran pourront reconnaitre. Leurs méthode et leurs efficacité unique et exceptionnel sont leur signature de leur passage. Tanika ne voulait pas y croire, tant ceci était une vision d'horreur.
Une seconde plus tard, un flash bleuté apparut à côté de Tanika et Rehad. Cordax et Vorona venaient d'apparaitre via téléportation. Ils s'approchèrent de Tanika et Cordax tourna la tête brièvement vers le rakshi et sa capture vidéo avant de à nouveau fixer Tanika.

-Tanika, commandant Rehad, l'heure est grave, j'ai de très mauvaises nouvelle à vous annoncer. Je suppose que tout le monde reconnaitra ceci sans problème

Le makuta sortit de son dos une tête de robot arrachée de son corps qu'il tenait par les câbles électriques de son coup, crépitant encore de courant, preuve que l'ennemi robotique a été détruit récemment. Tout le monde dans la salle eut un sursaut de surprise et de stupeur. Tanika recula de quelques pas, les deux mains sur le cœur. Vorona ressentait clairement sa peur et sa surprise comme émotion que la chef émanait constamment suivit de près par un malaise constant de voir se réaliser quelque chose de craint pendant si longtemps, et ceci grâce à l'empathie.

-eh oui, la légende est devenue vraie, affirma Cordax, avec ces enregistrements vidéo et ce qu'il reste de ce robot protector détruit, il y a bien assez de preuves pour attester du retour de l'ennemi le plus puissant que nous avions jamais eu à affronter et que nous devrons affronter à nouveau: le protectorat de l'Ombre. Tanika, tu avait bel et bien raison, et je ne t'ai pas écouté. Commandant Rehad, Vous qui vantez la suprématie de l'Empire skrall, vous n'avez encore rien vu. Ce que vous avez sous les yeux et ce que nous allons devoir affronter est le protectorat de l'Ombre. Il s'agit d'une armée infinie et surpuissante constitué essentiellement d'unité robotisée, ils sont dirigés par un nombre déterminé de généraux, les séides, dont voici l'un d'entre eux. (la séquence filmée du rakshi montrant l'image du guerrier noir imposant à la tête blanche) et à leur tête celui qui se fait appeler le Maitre. L'on connait que très peu de choses sur lui si ce n'est qu'il s'agit d'un Grand être. Ils ont attaqué l'univers matoran avant même qu'il se pose sur votre planète et ce ne fut que par miracle que nous avons réussi à les repousser. A l'heure qu'il est, le protectorat a dut certainement investir de nombreux territoires sur l'univers matoran mais aussi sur Bara magna. Nous savons déjà que le Royaume d'Arthaka et le continent sud a été touché.
-je... je ne pensais pas que mes suppositions s'avéreraient vraies un jour, continua Tanika, Rehad, j'ai une petite proposition à vous faire, je sais que ceci est assez étrange de ma part, mais j'aimerais signer une trêve entre l'Empire et les factions de l'Univers matoran dont la nôtre. A l'époque, le seul moyen que nous avions pour résister au protectorat était de mettre nos différents de côté pour combattre notre ennemi commun ensemble. Après tout, vous et vos confrères skrall ne pouvez tout de même pas laisser le protectorat freiner votre envie de conquête de toute la planète.
-un autre petit conseil entre nous, commandant, coupa Cordax, rejoignez Tuma au plus vite et voyez si il est toujours à Roxtus, à l'époque, les séides se sont révélé être différentes personnalités influentes de notre monde. Quelque chose me dit que Tuma, avec la puissance qu'il a, ferait un excellent Séide si le Maitre procède de la même manière que autrefois. Et emmenez avec vous ce rakshi, il pourra toujours se rendre utile à vos côté. Les rakshis sont les fils des makuta, il s'agit simplement de larves appelé kraata qui utilisent des armures robotisés pour se battre. Un rakshi de faible niveau reste vulnérable, une simple boule de plasma peut tuer un kraata de niveau 1 ou 2, mais il peut évoluer, et lorsqu'il atteindra son niveau maximum, il peut devenir redoutable. Vous n'imaginez pas ce qu'un rakshi de niveau 7 est capable de faire. et il semblerait que son créateur makuta lui aie ordonné de vous montrer ces enregistrements. Pourquoi à vous et pas à quelqu'un d'autre, je n'en ai aucune idée.

Vorona porta son regard vers le rakshi. Un rakshi de désintégration que l'on pourrait citer comme banal, du moins à première vue, à en juger par la couleur de son armure. si ce n'est que celui ci ne porte pas de bâton, arme de prédilection d'un rakshi, mais un fusil à la place. Soit, certainement un choix du créateur makuta pour ajouter une petite touche d'originalité. Mais impossible de savoir de quel niveau il est, pour cela, il faudrait voir à quoi ressemble le kraata se trouvant à l'intérieur même si il est certain qu'il ne soit pas de haut niveau puisqu'il ne parle pas, du moins pas encore. Et dire que Tanika a vite abandonné l'idée de créer une armure rakshi pour Silkie, ne souhaitant pas le voir se battre. Elle regarda à nouveau Cordax et lui envoya un message télépathique.

*est ce que tu pourrait dire aux vortixx de se dépêcher. on n'a pas toute la nuit*

puis enfin, Tanika se mit à parler de vive voix.


-chers confrères, habitants de xia de toutes espèces qui m'écoutez, Ici Tanika, impératrice de l'Ordre de mata nui, comme vous avez pu le constater, la sombre nouvelle du retour de nos ennemis ancestraux, le protectorat de l'Ombre circule à travers tout les deux univers, je sais que vous avez peur et que vous redoutiez ce moment. Mais n'ayez crainte, l'Ordre de mata nui est là pour veiller sur vous. Nous tiendrons promesse de protéger tout les territoires sous la juridiction de notre faction de toutes menaces extérieurs, même si il s'agit du puissant Maitre et de ses sbires. Tant que ces usines tourneront à plein régime pour nous fournir toutes les armes de défense dont nous avons besoin et tant que nous serons là pour nous battre, il n'y aura aucun moyen de s'inquiéter, merci de votre écoute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shrecki

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/700  (700/700)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4225 DEF : 6100

MessageSujet: Re: [Xia] Vieux quartiers industriels   Mer 22 Jan - 23:24

Des applaudissement résonnent dans le silence morne qui a suivi le discours de Tanika; le son du désespoir et de la détresse, troublé par...Des applaudissements. C'est un petit matoran au sourire malicieux qui vient de faire cela. L'une de ses mains, la droite, est un dispositif de bricolage avancé, une sorte de tournevis rotatif à première vue, greffé à la place du membre en un module articulé comme seuls les Vortixx savent le faire, remontant jusqu'à l'articulation où des tissus organiques apparaissent de nouveau.

- Vous savez parler, Impératrice. Oui, le temps presse. Ne le perdons donc pas plus. J'ai déjà traité avec le dirigeant de la Confrérie pour cette affaire - un drôle de type vous en conviendrez, j'aimerais que nous en finissions également au plus vite, tous. Alors plutôt que de négocier avec chacun de vous séparément, je vais aller droit au but; Zéro, et sa récompense, vous vous en souvenez sans doute, c'est peut être même là que vous êtes tous là, cupide bande de guerriers que vous êtes. Votre récompense est simple. Quelques...Stocks d'armes à écouler, pour être plus précis, des articles exceptionnels que je ne vendrais normalement pas...Mais aux sauveurs de Metru Nui, je peux bien une petite faveur, surtout si Zéro le réclame, pas vrai?
Des articles exceptionnels que vous ne trouverez dans aucun magazine de toutes les îles d'artisan confondues, je peux vous le garantir. Leur provenance est bien sûre totalement...Fiable. Malheureusement, manipulée par des guerriers comme...Enfin, par vous je veux dire, certaines n'auront pas leur plein potentiel. Mais ça, ça ne me regarde pas.

Choisissez en une seule. Je peux vous proposer une épée en provenance de l'île d'Artakha avant sa chute tragique. J'ai sinon un fléau, une Griffe pour ceux qui le veulent ou bien un Sabre, chacun étant passé entre les mains d'un des anciens Séides avant d'arriver ici...Si mes sources sont justes naturellement, mais elles n'ont que rarement tort. J'ai pour ceux qui aiment pêcher leurs proies un Harpon forgé à Mahri Nui. Et pour ceux appréciant les chemins tortueux, une épée provenant tout droit du labyrinthe sur Bara Magna.

Des articles exceptionnels, que vous apprécierez, j'en suis sûr, à leur plus juste valeur...


[Note: Chaque arme correspond à une arme de niveau 4. Épée d'Artakha <-> Tranchante. Sabre de Séide <-> Fendante. Harpon de Mahri Nui <-> Perçante. Fléau de Séide <-> Ecrasante. Griffe de Séide <-> À lésions. Épée du Labyrinthe <-> De pouvoir
Choisissez une arme pour ceux ayant gagné la récompense de l'event avec leur personnage, ajoutez vous ses statistiques ensuite dans votre inventaire comme normalement. Vous gagnez 1000 ATK.
Shrecki a choisi une épée du labyrinthe]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rehad
Skrall philosophe
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/900  (700/900)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3100 – DEF : 4150

MessageSujet: Re: [Xia] Vieux quartiers industriels   Jeu 23 Jan - 1:06

Le visage de Rehad était plus grave que jamais. Le regard du commandant s’était peu à peu durci jusqu’à ce que son visage soit déformé par une grimace affreuse, caché derrière son casque. Cette grimace était un mélange de haine et de désespoir. Il était pourtant si près du but, et désormais tous lui échappait des mains. L’édifice qu’il avait mis tant de temps à reconstruire s’effondrait désormais tel un château de carte. Il sera son épée dans sa main, passant ses nerfs sur l’arme en acier dont le manche commençait à se déformer au fur et à mesure que la pression qu’exerçait le Skrall sur la poigné augmentait. Le ton avec lequel parlait le Skrall était maintenant des plus déplaisants, ironiques et sarcastiques. La vérité était que le skrall était brisé. Brisé de par son impuissance, et brisé de l’impuissance de son peuple devant la fatalité.

- La suprématie de l’empire Skrall ? Ne me dites pas que des êtres avec des pouvoirs mentaux tels que vous soit berné par cette ridicule illusion ! Comment des êtres aussi pathétiques peuvent espérer sauver leur monde, s’ils sont bernés par la plus maigre désillusion d’un fou ? Ça ne m’étonne pas que vous ayez été trompez si facilement ! Vous ne voyez que ce qui vous arranges. Vous ne cherchez pas à aller au fond des choses. La vérité. Ce n’est pas que vous ne la voyez pas, vous refuser de la voir. L’empire traverse la plus grande crise qu’il n’est jamais connu, depuis 100 000 ans nous sommes sur le fil du rasoir, cherchant chaque jour un moyen de regagner nos terres natales, de mettre fin à cette hécatombe, de garder cette illusion en place de l’empire puissant et inatteignable ! Et des êtres tels que vous, chef d’œuvre des grands êtres vous faîtes bernés par ce tour d’apprenti illusionniste sans talent ! C’est tout bonnement pathétique ! Pourquoi a-t-il fallu que tu me lègue un tel fardeau Dévos, pourquoi ?!

Les yeux du skrall se troublèrent un instant. Il eut du mal à respirer, ses mains tremblaient. Il sentait en cet instant tout du fardeau qu’il portait sur les épaules, la survie même de sa propre espèce, et une colère inéluctable monta en lui contre ce destin si funeste. Puis il eut à nouveau la vision de Kharne. Il vit le Skrall rebelle tuer ses frères, tuer ceux qu’il avait juré de sauver. Non, il n’était pas comme lui. Il voulait se persuader qu’il n’était pas comme lui. Il ne pouvait succomber à la fatalité, pas maintenant. Mais quelle chance avait-il contre un grand être ? Il cessa de parler pendant un instant, puis brisa à nouveau le silence, plus calme, il avait repris le contrôle de son esprit, du moins il avait regagné son sang froid.

- Si notre adversaire est un effectivement un grand être, il est peut être possible d’unifier les peuples de Bara magna sous notre bannière. La haine suscité lors de la guerre du noyau reste vivace, trop sans doute, mais cela pourrait devenir un avantage. Quand à votre trêve… J’aimerais simplement en demander son utilité ? Nos factions ne sont pas en guerre, n’est-ce pas ? Vous êtes plus hostiles à nos espèces que nous la somme à la vôtre. Ne vous trompez pas ? Nous ne conquérions pas les terres de bara magna par désir belliqueux, mais par nécessité. La survie est tous ce qui compte. Mangé, ou être mangé, tel sont les lois de bara magna. Cependant votre monde ne nous a jamais véritablement intéressés. Vous n’avez pas la technologie suffisante pour nous faire rentrer sur nos terres natales. Ou du moins elles vous sont aussi inaccessibles qu’à nous. Maintenant que les fantômes n’existent plus, nous ne sommes en guerres  contre personnes, sinon contre ce protectorat, menace sans doute aussi effrayante que la mort silencieuse. Si nous pouvons rester sur nos terres, nous le ferons. Et considérez alors que votre trêve est « effective ». Dès lors que le nombre de morts nous forcera à fuir à nouveau, peut être en sera-t-il autrement ?

Le guerrier de l’empire regarda alors les armes présenter par ce matoran. Il alla instinctivement vers l’épée, une épée qui aurait était forgé par des Arthakiste, d’après sa maigre connaissance de cet univers, les meilleurs artisans de cet univers. Il se saisit de l’épée, la mania quelque peu. Elle était démesurément grande pour lui, sans doute pas pour des créatures de la stature d’arthaka cependant, le forçant à la prendre à deux mains. Le Guerrier Skrall avait l’habitude de manier des armes à une main voir des armes d’une main et demie. Cependant aucuns autres des armes proposés ne semblaient lui convenir non plus. Il se décida donc à prendre cette arme pour son tranchant.

- Egalement, sachez que ma venue dans votre univers  était dans le seul but de discuter avec vous d’une sorte… D’accord… Je considère que cette trêve fera l’affaire. Je ne devrais en conséquence plus revenir dans cet univers avant un moment. Si vous souhaitez quelques choses de mon peuple, demandez à parler à 01-02-186-2028. Cela vous évitera tout… Désagrément.

Si vous voulez me suivre, Rahkshi, vous y êtes autorisé.

N’ayant plus rien à faire ici, le skrall partit, usant du container qui lui restait.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Xia] Vieux quartiers industriels   Jeu 23 Jan - 2:46

Un marchand avait parlé, suite à quoi Rehad s'était emparé d'une épée particulièrement bien travaillée; un étrange pouvoir semblait en émaner, comme une sombre mais néanmoins puissante vapeur qui aurait donné plus de vigueur à celui qui la portait. Son tranchant semblait également extrêmement affûté, bien plus que les lames ordinaires.

Trayx, lui, n'avait pas reçu d'ordre de Sa part, et ne ressentit pas l'utilité de récupérer une de ces armes singulières; où qu'il aille, celle qu'il tenait dans sa main droite serait la plus à même de lui sauver la vie - et d'ôter celle de ses adversaires.

Lorsque le commandant impérial lui adressa la parole, le kraata ne comprit pas réellement ce que Rehad lui disait; les mots se suivaient les uns les autres, sans prendre aucune signification dans l'esprit du rahkshi. Cependant, il comprit rapidement que Celui qui l'avait envoyé désirait qu'il suive le natif de Bara-Magna afin de pouvoir combattre aux côtés de ce qu'Il avait appelé l'Empire.

Un terme qui résonnait de temps en temps dans son esprit; un terme qui faisait partie d'un tout bien plus vaste. Une pièce du puzzle qui formait la ligne directrice qu'Il avait tracée pour lui.

Alors que Rehad utilisait un T-500 pour s'éloigner rapidement de la ville-usine, Trayx le suivait dans les airs; son propulseur dorsal lui permettait de se mouvoir avec grâce et rapidité dans les airs autant que dans l'eau ou sur la terre ferme. Cependant, même s'il avait grandement le choix de ses déplacements, le kraata préférait de loin filer dans les airs, tel un faucon, tranchant les nuages en deux sur son passage. Il ressentait alors une enivrante sensation de liberté, avec pour seules barrières le sol et l'horizon lui-même.

Et, tandis que les deux guerriers s'étaient déjà éloignés, très loin, de Xia, se colportaient déjà dans tout l'univers matoran la sombre nouvelle qui annonçait le retour du Traître et de ses Séides...
Revenir en haut Aller en bas
Tanika

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/700  (700/700)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4800 | DEF : 2050

MessageSujet: Re: [Xia] Vieux quartiers industriels   Ven 24 Jan - 23:07

La lutte pour la survie? les guerriers de l'Ordre de Mata nui ont déjà entendu de tels chose, de la part de Gladius, qui plus est. Rehad venait d'avouer devant les autres guerriers que la suprématie des skralls tant proclamée par ses derniers n'était en vérité qu'une illusion pour faire peur aux ennemis qui le combattrait. Et pourquoi avoir fait cela? peut être que lui et Tuma ont finalement trouvé plus fort qu'eux. Rehad sait désormais qu'il devra affronter un grand être et il craint vraiment beaucoup pour son empire à présent, se disant que si les skralls ne peuvent pas vaincre des créations des grands êtres qui les ont poussé à fuir vers le sud pour survivre, ils ne pourraient rien faire face à un de ces créateurs, sauf bien évidement si ceux qui l'ont déjà combattu par le passé leur donne un coup de main. Et c'est ce que Tanika compte entreprendre. Si ils espèrent survivre, ils ne pourront pas y arriver seuls. Mais il restera tout de même quelque chose à régler pour l'Ordre. Si les skralls sont prêts à aider l'univers matoran à faire front commun contre le protectorat, qu'en est t'il des makuta? Un cesser le feu a été instauré entre l'Empire et l'Ordre, Rehad se concentrera sur la protection des territoires skralls sur Bara magna qui n'ont pas encore été envahis par le protectorat, mais pendant ce temps là l'Ordre aura à discuter avec Shrecki pour trouver un accord et une stratégie viable pour faire face aux troupes du Maitre dans l'univers matoran. Chose qui sera déjà difficile à entreprendre étant donné l'humeur agressive que les makuta peuvent avoir envers les membres de l'Ordre.
Mais pour l'heure, les trois membres de l'Ordre observèrent les armes entreposés sur le comptoir par le marchand matoran de Xia. De véritables trésors. Des armements d'exception récoltés par les vortixx et qui jusque là remplissait leurs coffre fort et leurs musée. Dans le lot, il y avait des épées d'Arthaka, pareils à celle que Arthaka a utilisé lorsqu'il était un séide. Une lame à la puissance légendaire, dit t-on. Rehad s'était emparé de l'une d'elles et était partit avec, le rakshi étant partit avec lui. Tanika s'approcha d'une de ses armes, la prit et la regarda plus attentivement. Elle aimait bien cette arme et se disait qu'elle allait peut être la prendre. N'étant pas particulièrement a l'aise avec les autres armes proposés, notamment le harpon.


-repose cette épée et réfléchis avant de faire une connerie, Tanika, dit alors Stenrak de vive voix.

le glatorian s'approcha alors du comptoir et s'empara alors d'une autre épée présentée par le matoran.

-y a pas que la technologie de l'univers matoran dans la vie. Bara magna peut aussi t'apporter de grande chose, regarde un peu cette épée. De tout le lot, je sur sûr que ce sera celle là la plus utile, crois moi.

le glatorian s'approcha de la stellaire et lui remit l'épée. C'était une lame légèrement recourbée. Elle était argentée et sa garde était dorée. Sur le plat de la lame était gravé des traits sinueux formant une sorte de labyrinthe. La lame était d'une qualité irréprochable, légère, pouvant être tenue à une main, et le métal très dure. mais la particularité la plus notable de cette lame est qu'elle brillait d'une faible lumière, comme si elle était phosphorescente. Une arme très liée à la lumière sans nul doute.


-une bête épée du labyrinthe? mon oeil, je ne savais même pas que c'est ces marchands vortixx qui l'avaient en leur possession. Je te présente Solis, l'épée solaire. Tu sais, Bara magna est constamment baigné par la lumière de notre étoile, il ne pleut pratiquement jamais. Le climat est si aride et le soleil si constant que les forgerons fantôme ont créé une arme pouvant capter la lumière du soleil et de l'utiliser, créant ainsi une épée imbue d'une énergie presque illimitée, du moins sur Bara magna. L'on m'a dit que tu possédait ce pouvoir, n'est ce pas? et bien ton épée l'a également. Une excellente combinaison, n'est ce pas?
-merci, Stenrak, je vais la prendre alors.

Cela expliquait aussi pourquoi cette arme brillait. Elle dégage la nuit le trop plein d'énergie solaire qu'elle a emmagasiné la journée. Donc tant qu'il fait jour, Tanika gardera un grand avantage face à ses ennemis. Cordax et Vorona, qui ont eux aussi participé à la victoire sur Emrakul purent choisir eux aussi une arme légendaire. Le makuta s'empara de l'arme que Tanika avait laissé. La fameuse épée d'Arthaka, ou plutôt du séide Arthaka de l'époque. Peut être ne s'en servira t'il pas, mais cette magnifique épée, longue, droite, à deux lames au style médiéval saura compléter à merveille sa collection d'armes de corps à corps. Tandis que Vorona s'empara des griffes de séide. La majorité des armes proposés étaient trop grandes ou trop lourdes pour elle. Ces griffes ont un potentiel énorme. Possédés par Violence à l'époque, elles ont un peu perdu de leur lustre d'antan mais reste fiable. Pas de doute qu'elle saura s'en servir le moment venu


-je me demande ce qu'aurait choisi Rohrak si il était là. Peut être les griffes, qui sait. Bon, allons y, nous avons encore beaucoup de travail et nous devons acheter plus d'équipements. Affirma Cordax.

Les trois guerriers allaient sortir de l'usine, ils firent quelques pas ensemble mais soudainement, Tanika se sentit très mal. Elle titubait et eu un énorme malaise. Ses sens devenais floués et sa tête tournait. Elle finit alors par tomber au sol, complètement inconsciente. Heureusement, Cordax était là pour la rattraper de justesse. Laevatein et Solis tombèrent au sol dans un bruit métalique. Vorona s'occupa de ramasser les armes.


-mais... qu'est ce qui lui arrive?
-je pense le savoir, je te l'expliquerai, mais pour l'instant, on l'emporte au vaisseau, direction l'hôpital de Ga-metru. répondit Vorona.
-ok, allons y.

Ils partirent, emportant Tanika avec eux. Ils allèrent aussi vite que possible au vaisseau de transport, celui qu'ils ont utilisé pour venir jusqu'ici, embarquèrent et enfin décolèrent pour mettre le cap sur Metru nui à nouveau.
après le décollage, Cordax posa Tanika sur les bancs du vaisseau. Ce n'était pas le meilleur des lits mais il fallait faire avec. Vorona enleva sa capuche et s'assit à côté de la stellaire, du côté de sa tête. Usant de ses pouvoirs psychiques, elle sut tout de suite d'ou venait le problème, surtout qu'il est très facile de lire l'esprit de quelqu'un d'inconscient. le problème n'était pas physique mais bien mentale. Tanika souffrait beaucoup et Vorona pouvait aisément ressentir cette douleur. Quand à Cordax, il était assis sur le banc d'en face, ayant prit ses fournitures avec lui, il s'occupait de nettoyer les armes qui ont été nouvellement acquises.

-alors?
-j'aurais dût te le dire plus tôt, Cordax, tu sais bien que Tanika est extrêmement sensible aux émotions et le choc émotionnel qu'elle a recu pourrait bien la laisser dans le coma pour au moins plusieurs jours.
-mais pourquoi pile à ce moment, quand on lui a apporté la nouvelle du retour du protectorat, elle était encore en pleine forme, quoique effrayée, comme tout le monde en faite.
-c'est très simple, tu as parlé de Rohrak, j'aurais dû t'en avertir plutôt de ne pas prononcer son nom, mais bon, ca aurait bien fini par arriver un jour ou l'autre. Elle a été atteinte par un puissant sentiment de peine et de douleur, une étreinte qui a traversé son corps et son cerveau en une fraction de seconde.
-étreinte?
-beaucoup plus puissant encore qu'une simple émotion. En vérité, alors qu'avant, elle se disait que Rohrak était mort en héros, en accomplissant son devoir et en sauvant l'univers tout entier, il est évident que en apprenant le retour de notre pire ennemi, elle s'était dit qu'il est mort en vain, croyant avoir bien fait ce qu'il fallait faire, et ne faisant que repousser dans le temps la menace que représente le Maitre, et la possible fin du monde qu'il peut causer.
-en gros, ca lui a brisé le coeur d'apprendre que au final, Rohrak est mort pour rien. Oui, bon, certains chipoteront et diront qu'il a tout de même réveillé Mata nui, mais en même temps, Mata nui, une fois réveillé, qu'est ce qu'il a fait? Il nous a amené sur une planète désolée, hostile et pleine de nouveaux ennemis. si ca c'est pas beau, hein?
-oui, si tu veux, tu sais que j'aime ton sens de l'humour noir? répliqua Vorona. J'accompagnerais Tanika à l'infirmerie, je ferais mon possible pour qu'elle aille mieux, quand à toi...
-je m'occupe de l'équipement, et d'annoncer à tout nos territoires et nos places fortes la nouvelle. Et autre chose, je voulais quand même te féliciter, tu t'est nettement améliorée dans la maitrise de la magie noire. Je ne pensais pas que ca servait autant de passer des nuits blanches à lire des bouquins.
-et encore, le sort de foudre noire que j'ai lancé sur le robot est tout récent, parfois il faut des mois d'entrainement avant de pouvoir commencer à utiliser un sort sur le terrain, mais merci quand même.

Le vaisseau volait toujours et le jour commenca à se lever. Vorona a prit soin d'utiliser ses pouvoirs afin de calmer l'esprit de Tanika et le rendre dans un état de plénitude constant afin qu'elle se sente mieux, du moins le temps qu'elle ne soit transférée aux urgences de Ga-metru. Puis elle sortit les griffes de séide qu'elle a récupérée à Xia. De longues griffes de métal, très létales pour qui sait bien les utiliser. En général, ce genre d'arme est utilisé pour empoisonner, paralyser ou brûler l'adversaire, en plus de faire de gros dégâts. Elle les essaya en les mettant à ses poignets. Malheureusement, elles étaient trop grandes. C'est que Violence avait des grosses mains tout de même. Ce n'est pas très grave, elle s'occupera de les reforger pour les adapter à sa taille et surtout à sa personnalité et son style de combat. Pas de doute qu'elles lui seront utile dans un futur plus ou moins lointain. Elle prévoit aussi les enchanter, soit les charger d'énergie élémentaire, mais pour ca, elle aura besoin d'une table d'enchantement. La dernière avait été détruite lors d'un combat qui c'est déroulé à Daxia. Elle pourrait demander à des membres de l'Ordre de lui fournir de quoi la construire, soit de l'Obsidienne et quelques diamants, et de quoi la transporter afin de la déposer à la bibliothèque de la forteresse de Daxia. Quoi qu'il en soit, ce genre de choses n'était pas pour tout de suite, elle rangea alors les griffes et se concentra sur ce qui était réellement important. La santé de Tanika, notamment. Elle écoutait Cordax parler par communicateur. Il avait recu un message important venant de la garde de Xia. Le steltian lui informait qu'ils ont intégré les fantômes des sables encore en vie dans ses rangs et qu'ils ont déjà commencé leur entrainement. Le makuta avait peur que Epsilon remette en cause les méthodes de commandement de l'Ordre de mata nui, mais il a toute confiance en les lieutenants et sergents entraineurs de Xia, il ne les a pas engagé pour rien. Mais il est tout de même content que l'Ordre accueille de nouveaux soldats, du sang frais. Et peut être qu'un jour ils deviendront une puissante équipe d'élite et que Cordax trouvera quelqu'un d'assez digne pour porter Gungnir et Gae bolga là dedans, qui sait. Et Raidark qui est toujours entrain de dormir à l'avant du vaisseau, pour sûr qu'il ne va pas en revenir quand il se réveillera et que Cordax lui racontera tout ce qui s'est passé pendant son long sommeil.


[hrp]je prend une épée du Labyrinthe[hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solok
Toa Useless
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
400/400  (400/400)
Jauge de Vie:
980/1000  (980/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3400/3400 | DEF : 1535/2500

MessageSujet: Re: [Xia] Vieux quartiers industriels   Sam 8 Fév - 14:02

C'était le premier vrai voyage sur son Planeur IGA, et le Toa de Glace aimait déjà ce style de voyage, même si cela prenait un peu de temps. Il arriva dans les Vieux Quartiers Industriels de l'Île de Xia, où devrait théoriquement se trouver celui qui allait fournir les armes dont Zéro avait parlé après la défaite d'Emrakul. Il chercha quelque minutes du regard où il devait aller, en notant qu'il était actuellement le seul à être présent. Était-il le premier à venir ici? Non, il avait juste pris son temps et était arrivé après que les premier arrivés soit parti. Puis le Toa aperçu un Matoran au loin, pensant que c'était lui l'artisan dont Zéro avait parlé.

Et c'était lui, celui qui allait fournir les armes était apparemment se Matoran avec cette main mécanique... Ce Tournevis. Le Toa se dirigea vers lui, tout en regardant le lieu où il se trouvait. C'était une parti sombre de Xia, ce n'était pas vraiment le genre d'endroit où le Toa aimait se trouvé. Ce n'était pas le lieu respirant le plus la vie et la sécurité en fait. Le Toa fut coupé dans son observation en se rendant compte qu'il était arrivé devant le Matoran et que c'était bien lui qui avait les armes. Et il y en avait beaucoup du choix. Le Toa regarda chacune d'entre elle avec attention. Il y avait des armes avec lesquelles le Toa n'avait jamais combattu et avec lesquelles il ne combattrait jamais, comme ce Harpon venant de Mahri Nui, il n'aimait pas se genre d'arme, assez dur à manier en combat. Il avait aussi ce Fléau, mais le Toa n'aimait pas vraiment ce genre d'arme, un peu lourde et lente, alors que le Toa préférait la vitesse. Et il y avait cette Griffe... Encore une arme pour le Corps à Corps mais celle là nécessitait une trop grande proximité de la cible, pas comme les épées si chers a Solok qui permettait de gardé une petite distance de sécurité avec les opposants. Mais dans le Lot se trouvait Trois épées, épées dans lesquelles le Toa choisirait son arme. La première était une épée venant tout droit d'Artakha, enfin le Toa ne savait pas vraiment qu'elle venait de cette île, mais il lui semblait qu'elle venait au moins de l'Univers Matoran. Il y avait aussi un Sabre de Séide, mais là aussi le Toa ne pouvait dire sa provenance, ne voyant ici qu'un simple Sabre aux couleurs sombres. Et il y avait cette dernière Épée, ne semblant pas venir de l'Univers Matoran, une épée du Labyrinthe. Mais encore, le Toa ne pouvait rien dire de sa provenance exacte. Le Toa de Glace décida de prendre cette dernière arme.


-"Bonjour. J'ai affronté Emrakul et je viens chercher ma récompense. Je prends donc cette épée."

Le Toa de Glace se saisi d'une Épée du Labyrinthe, qu'il mit directement dans son dos. Au moment où il avait saisi l'arme, il c'était senti plus fort durant quelque secondes, jusqu'à l'accrocher dans son dos. Il parti, en remerciant le Matoran de la tête, vers son Planeur. En marchant, il aperçut un inconnu à l'air apeuré, allongé sur le sol et tremblant, il tenait dans ses mains l'une des armes récompense de la bataille contre Emrakul. Mais pourquoi était-il comme cela?

La réponse était simple, mais le Toa ne la connaissait pas. Il n'était toujours pas au courant de leur retour. Il avait vécu durant la première période où ils étaient là, où Il était là, mais il n'était encore qu'un Matoran dans l'Incapacité de se battre, un Matoran trop faible et isolé. Un Matoran qui aurait pu si facilement se faire tuer à l'époque...
Il ne savait pas que le Protectorat de l'Ombre était revenu, avec à sa tête un être supposé mort... Il ne savait rien, et remonta sur son planeur, en toute insouciance, ce disant qu'il allait acheter des Kanohi à Ta-Metru puis aller se soigner à Ga-Metru, mais tout de même avec en tête se Toa tremblant...

Solok repris place sur son nouveau véhicule, et fila vers Metru Nui, à la forge de masque de Ta-Metru. Il avait une course à faire.


HRP : Je prends une épée du Labyrinthe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bionifigs.com/u1023
Nui
Chevalier Noir
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
430/500  (430/500)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4975 | DEF : 4600

MessageSujet: Re: [Xia] Vieux quartiers industriels   Mar 11 Mar - 6:47

Nui se matérialisa dans les Vieux quartiers industriels de Xia à la position indiquée par Zéro, non loin de lui se trouvait un Matoran en train de s'affairer sur un étalage d'armes diverses, quand le Makuta s'approcha de lui ce dernier releva la tête.
- Vous êtes le dernier des défenseurs de Metru-Nui ? Demanda t-il.
- Oui. Répondit Nui.
- Vous êtes en retard.
- Je sais.
- Dans ce cas, faite votre choix.

Nui passa en revue les différentes armes posées devant lui, l'une d'entre elles retint son attention, ironiquement c'était celle que l'on voyait le moins. Elle était en grande partie enveloppée dans d'épaisses bandes de tissus, mais au vue de sa forme et de sa longueur elle ne pouvait être qu'une lame, seule sa poignée était visible dont la finesse de la facture intrigua le Makuta.

Ce dernier la prit ses mains et commença à défaire son emballage, sa lame était parfaitement droite, mais ne disposait que d'un seul tranchant, faisant d'elle plus un sabre qu'une épée, le bord opposé avait une forme singulière, comme si il avait été tailler pour épouser le bras de son manieur, mais cela n'avait pas de sens aux yeux de Nui.
C'est en regardant la poignée de l'arme qu'il comprit, ce qu'il avait prit pour le manche était en réalité une prolongation du tranchant, le véritable manche se trouvait là où normalement aurait du être la garde, mais perpendiculaire à la lame, une Lame-Tonfa en quelque sorte.

Elle était faite d'un acier noir parcouru de lignes rouges luisantes qui formaient un motif labyrinthique que Nui avait déjà vu sur certaine armes native de Bara-Magna, à vrai dire elle ressemblait beaucoup à une lame Skrall mais qui serait issue d'une technologie plus évolué.

- Quelle arme étrange. Dit le Makuta.
- Elle à trouvée dans la partie nord du labyrinthe, il y a un certain nombre de choses "exotique" enfouies là-bas, les Skrall en ont trouvés quelque-unes, mais pas toutes, l'une d'entre elle est arrivé jusqu'à moi. Répondit le Matoran.
- Je vois... Après quelques instant de plus à la contempler dans les moindres détails Nui prit sa décision....Je la prend.
- Excellent choix.

Le Makuta se mit alors à la remballer dans son tissu.
- Une telle lame mérite un nom...mais pas ici. Ajouta-il avant de se téléporter à Destral.

[hrp]Nui choisit une Epée du Labyrinthe.[/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Xia] Vieux quartiers industriels   Jeu 13 Mar - 4:59

Aqua hurla ; son cri put être entendu à plusieurs kilomètres de distance, même à travers le vacarme lointain et constant des usines de Xia. Cependant, nulle peur ne pouvait être ressentie dans sa voix.

La toa n’avait pas hurlé de peur, d’effroi, de colère ou de douleur ; non, bien au contraire, elle avait crié de joie, d’extase et d’excitation.

Elle se trouvait à plusieurs centaines de mètres de hauteur, chutant à pleine vitesse en direction du sol. Elle n’était pas équipée de son habituelle armure de combat légère, et ne portait rien put avoir un quelconque caractère militaire. Son corps n’était recouvert que de tissus fins et résistants, très prêts du corps afin d’éviter le plus possible les frottements avec l’air.

Le sol se rapprochait à une vitesse folle, tandis que l’air sifflait dans ses oreilles ; derrière elle, une longue traînée bleutée illuminait le ciel nocturne et pollué de la ville-usine. Un large sourire décorait le visage de la maîtresse élémentaire d’eau, plein de vie et d’entrain : l’expression de la toa aurait certainement pu représenter l’incarnation du bonheur et de la joie, tandis que se ressentait à travers le moindre de ses traits l’excitation, l’adrénaline et la gaîté.

Bientôt, Aqua ne fut plus qu’à quelques mètres du sol ; là, Takurak redressa immédiatement son planeur Pégase, évitant le choc potentiellement mortel que leur aurait offert le sol en guise de cadeau de rencontre. La toa de l’eau hurla de plus belle, resserrant tout de même sa prise autour de la taille du rahkshi pour se rassurer quelque peu.

Takurak continua d’avancer, accélérant même à travers le ciel Xian et filant entre les hautes flèches et les cheminées de la ville usine avant de prendre à nouveau de l’altitude. Cette fois cependant, le rahkshi ne repartit pas en piqué immédiatement ; il continua son ascension pendant plusieurs dizaines de secondes. Il passa au-dessus des plus hauts bâtiments, haut dessus de la couche de pollution, au-delà même des épais lits nuageux qui reflétaient faiblement la lumière réduite des astres célestes.

Aqua ouvrit grand les yeux, éblouie par le spectacle magnifique qui s’offrait à elle : elle filait dans les cieux, juste au-dessus d’un tapis blanc cotonneux et brillant dans le noir. Le firmament, noir et pur, présentait fièrement ses nombreuses étoiles qui décoraient sa sombre toile d’une infinité de petites lucioles bleutées.

Le rahkshi réduisit peu à peu la vitesse de son appareil, permettant à Aqua de profiter un peu plus longtemps de la vision unique. La toa aurait voulu que le temps s’arrête, ici et maintenant, afin qu’elle puisse profiter à jamais du calme, du silence et de la beauté de l’instant présent. Elle avait l’impression de pouvoir toucher les nuages de la main, qu’elle pourrait même prendre un morceau de ce doux coton liquide, et le ramener avec elle au sol.

Takurak lança un rapide regard derrière lui, observant pendant quelques instants Aqua qui s’extasiait de cette expérience unique ; puis, le rahkshi augmenta l’alimentation des réacteurs de son planeur pour passer en dessous de la couche nuageuse. Il se retrouva bientôt de nouveau sous le cocon blanc, au-dessus de la ville toujours illuminée de Xia. Takurak écarta les bras de part et d’autre du petit planeur, se baissant légèrement tandis que ce dernier partait enfin en piqué, droit vers le sol.

La vitesse augmenta exponentiellement et très rapidement, bientôt multipliée par dix tandis que les deux guerriers sur le Pégase n’étaient pas encore passés sous la cime métallique des plus hautes cheminées xiannes.

Puis Aqua se retrouva à seulement quelques mètres du sol, séparée du vide seulement par le rahkshi qu’elle serrait fort entre ses bras pour ne pas tomber. Ce dernier ne tenait sur son appareil que grâce à son pouvoir de magnétisme et à la force centripète qui lui permettaient de ne pas être éjecté loin du Pégase et de se fracasser au sol ou contre un mur.

Aqua hurla de nouveau, toujours de joie, tandis qu’elle apercevait en-dessous d’elle des milliers d’êtres qui déambulaient au sol, les deux pieds attachés au sol par la gravité. La toa de l’eau n’avait jamais pensé qu’elle aimerait voler. Elle avait toujours très bien nagé, même en tant que matoran, et n’avait jamais hésité à rejoindre les flots pour étudier les profondeurs ou tout simplement pour se détendre ou s’amuser ; mais jamais, non jamais elle n’avait ne serait-ce qu’imaginé qu’elle pouvait ressentir une telle liberté, une telle puissance à se retrouver détachée du sol, à pouvoir voler loin au-dessus du commun des mortels. Contrairement à la nage – calme, réfléchie – le vol n’était qu’excitation, vitesse, énergie.

Et la voilà qui déchirait les cieux de sa seule vitesse, seulement rattachée à Takurak et au modèle réduit du planeur IGA, la version d’infiltration Pégase – qui était en fait plus semblable à une épaisse planche métallique dotée de fixations plutôt qu’à un véritable planeur.

Ce petit joujou, que Takurak avait déniché dans la journée après que les Prométhéens aient anéanti une base des Banshees avec l’aide des Cerbères. Le rahkshi avait alors décidé de laisser les officiers supérieurs profiter d’une petite permission pour la nuit.  Aqua avait donc logiquement suivi son chef lorsque ce dernier lui avait proposé de tester avec lui le Pégase qu’il venait d’acquérir.

Et la toa de l’eau ne regrettait pas son choix, tout au contraire. Elle n’avait jamais ressenti de telles émotions ; elle avait l’impression que son cœur allait sortir de sa poitrine, qu’elle allait elle-même littéralement exploser de joie et voir son âme se disperser aux quatre vents, emplie de bonheur pour l’éternité.

Bientôt, Takurak commença à doucement ralentir, tandis qu’il perdait de l’altitude pour pouvoir se poser ; il ne fallut que quelques secondes pour que les deux guerriers ne se retrouvent à moins d’un mètre du sol. La se cramponnait toujours aussi fortement à son ami et supérieur hiérarchique, jusqu’à ce que ce dernier immobilise complètement son appareil. Là, le rahkshi descendit au sol puis tendit la main pour aider la toa à descendre du petit planeur.

Aqua sourit à Takura, puis sauta à terre sans permettre à ce dernier de lui faciliter la descente.


- Je n’ai pas besoin de toi Takurak ! N’oublie pas que je suis une jeune toa de l’eau, forte et douée.

Le rahkshi croisa les bras, puis regarda en l’air, feignant de chercher quelque souvenir depuis longtemps oublié.

- Tiens, j’avais pourtant cru te voir très en émoi lorsqu’Epsilon t’avait fait croire qu’il allait mourir… tu es tombée dans son piège plutôt facilement, en fait.

Aqua leva la main à côté de joue, le doigt pointé en l’air, un sourire espiègle sur le visage.

- Tiens, je crois que je n’ai pas bien entendu… la pluie fait trop de bruit.

- La pluie ? Mais il ne pleut pa…

Coupant Takurak, une grosse boule d’eau de plusieurs litres, arrachée aux nuages qui survolaient Xia, tomba sur ce dernier et trempa son armure. Amenée là par les pouvoirs élémentaires de la toa, naturellement.

-Oh, qu’est-ce que je te disais, te voila complètement mouillé. Tu devras faire plus attention, hihihi !

- Très malin…

Takurak ne prit cependant pas mal la petite plaisanterie, et sourit également – autant que le lui permettait le visage de son armure rahkshi modifée par l’ordre noir – à Aqua, avant de prendre le planeur Pégase dans la main droite et de commencer à marcher en direction du QG des Prométhéens, qui se trouvait non loin de là.

Aqua, dans ses vêtements plutôt légers, bénéficiait d’une liberté de mouvement bien supérieure à la moyenne, et en profitait pour courir de droite à gauche ; les échoppes, boutiques et arsenaux diverses étant ouverts continuellement dans la ville-usine, la toa en profita pour faire quelques emplettes avant de rejoindre Takurak.

Là, ils marchèrent tranquillement pendant plusieurs minutes dans le silence le plus complet ; nul mot n’était nécessaire pour ces deux guerriers qui se connaissaient désormais par cœur l’un et l’autre.

Aqua était extrêmement reconnaissante envers Takurak pour la petite balade que ce dernier lui avait offert, et le rahkshi était heureux d’avoir pu partager ce moment fantastique avec une amie proche ; mais tout cela, ils le savaient sans se le dire. Ils le ressentaient, naturellement et tout simplement. Il leur manquait cependant quelque chose pour que tout aille au mieux ; quelque chose, ou plutôt quelqu’un en l’occurrence.

Bientôt, un bruit métallique retentit sur la droite des deux guerriers, provenant du fin fond d’une petite ruelle qui était baignée dans l’obscurité la plus complète. Takurak se prépara immédiatement à une attaque, tandis qu’Aqua mettait plus de temps à réagir mais finit également pas se positionner de manière à éviter toute attaque qui proviendrait de l’ombre.

Soudainement, une lumière rosée plutôt faible baigna les deux guerriers, tandis qu’une petite musique résonnait dans la ruelle ; apparut alors Epsilon, dont les doigts de la main droite se finissaient tous par une petite flamme à la manière d’une chandelle.


- Oh, je vois que les amoureux sont de retour ! En votre absence, j’ai eu le temps de modifier les protocoles de détection de nos tourelles et des armures Sentinel, mais cela a causé une légère surcharge, et j’ai du couper le courant avant de tout relancer ; ne vous inquiétez pas, tout et nickel.

Il y a une autre nouvelle cependant, bien plus inquiétante et dangereuse, dont je dois vous parler immédiatement.

Takurak et Aqua sentirent une légère pression monter en eux, comme l’augure d’un désastre qui aurait eu lieu en leur absence. Epsilon se rapprocha de ses deux coéquipiers, tandis que les diodes lumineuses qui ornaient la face totalement lisse et arrondie de son « visage » viraient au rose bonbon.

- Aqua, je dois te révéler… que tu es en train de flirter avec une limace gluante coincée dans une boîte de conserve améliorée ; n’est-ce pas considéré comme étant légèrement contre nature, pour une guerrière élémentaire qui est censée servir Mata-Nui et respecter des principes stricts à ce sujet ?

Takurak sourit légèrement, plus soulagé par le fait qu’il n’y ait en fait aucune mauvaise nouvelle qu’amusé par la plaisanterie de son ami. Aqua, quant à elle, resta de marbre, avant de s’approcher d’Epsilon… et de le frapper au niveau de son torse métallique de toutes ses forces, l’envoyant valser plusieurs mètres plus loin.

- Je ne flirtais pas, tas de rouille inutile ! Je testais le nouveau Pégase avec Takurak… et franchement, tu as raté quelque chose ! Ce nouveau truc est vraiment incroyable ! Tu peux filer dans le ciel à une vitesse faramineuse, sans faire le moindre bruit ! Mais bon, tu étais trop occupé à mettre à jour nos détecteurs… chacun son truc.

Epsilon se releva lentement, sans dire quoi que ce soit pendant plusieurs secondes ; les petites flammes qui ornaient ses doigts s’étaient éteintes, tandis que les lumières rosées de son visage étaient retourné à leur bleu électrique habituel. Il s’avança à son tour vers Aqua, puis regarda Takurak.

- Pas trop dur, le baby-sitting ? Il faudra que tu me laisses regarder cet appareil, par contre ; je pourrais peut-être faire quelques améliorations.

Un sourire plus large se dessina sur le visage de Takurak, tandis que ce dernier acquiesçait et tapait amicalement l’épaule robotique de son allié synthétique.

- Et si pour une fois, vous arrêtiez de vous envoyer des piques en permanence ? Nous avons une nuit de libre, autant en profiter. Je te laisserai la planche à l’aurore, dès que j’aurai fini de m’amuser avec. Tu veux faire un tour ?

Epsilon fut plutôt tiraillé par cette question ; d’un côté, il voulait lui aussi essayer le Pégase, qui promettait d’être un transport personnel d’exception. Mais il voulait également étudier ce dernier avant de monter dessus, afin d’être sûr qu’il n’y avait aucun dysfonctionnement qui pourrait lui occasionner des dommages – comme une chute depuis la haute atmosphère de Xia, par exemple. Takurak ressentit rapidement ce léger malaise, et prit son allié synthétique par l’épaule tout en posant le Pégase par terre.

- Allez, arrête de réfléchir pour une fois ; si jamais il y a un problème, je nous maintiendrai en l’air à l’aide mon pouvoir de gravité ou de magnétisme. Et puis, je peux voler moi aussi – même si c’est bien moins vite qu’avec ce petit bijou.

Aqua s’approcha elle aussi d’Epsilon, l’attrapant par l’autre épaule.

- Allez, même moi je suis monté, tu ne vas pas me dire que tu as plus peur que moi de monter sur un petit planeur ! Et puis, comme l’a dit Takurak on n’a qu’une seule nuit de libre, et on n’en aura pas d’autre avant longtemps. Profites-en.

Epsilon ne répondit pas tout de suite, mais se plaça sur le planeur de manière à ce que Takurak puisse se mettre facilement debout devant lui.

- Si je meurs, mon fantôme électrique reviendra te hanter pour l’éternité, Aqua.

- Oui, oui, promis j’aurai peur de toi. Pour te faire plaisir.

Takurak monta sur le Pégase, puis démarra en trombe tandis qu’Epsilon se fixait fermement au planeur grâce à des attaches magnétiques. Bientôt, les deux s’élevèrent dans le ciel de Xia, dépassant les bâtiments, la fumée, puis les nuages.

Aqua regarda ses deux amis partir, tandis qu’au loin, l’aurore commençait déjà à se lever ; elle avait vécu une nuit formidable, et bientôt il faudrait reprendre le travail, les recherches et les affrontements. Mais c’étaient les moments comme ceux qu’elle venait de vivre qui lui donnaient réellement l’envie de continuer le combat. Se battre, pour pouvoir un jour de nouveau ressentir ces émotions, ces sensations. Continuer à se battre pour permettre à ce que l’on aime de vivre, pour garder l’espoir de pouvoir un jour, à nouveau, connaître la paix et la tranquillité d’une existence loin de la guerre.

Et tandis que les deux soleils apparaissaient lentement mais sûrement à l’horizon, Aqua rejoignit, pleine de confiance et de joie de vivre, le QG des rebelles ; elle fut bientôt rejointe par Takurak, et Epsilon qui avait été lui aussi plutôt impressionné par les performances du Pégase et de son pilote.

Oui, c’était cela qu’elle voulait. Les Prométhéens étaient désormais son nouveau foyer, sa nouvelle famille ; et plus que tout au monde, elle voulait tout simplement pouvoir vivre à leurs côtés. Rien de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Xia] Vieux quartiers industriels   Mar 8 Avr - 17:57

Xia.

Capitale industrielle de l’univers matoran. L’une de ses villes les plus peuplées également, et la première productrice d’armes en tous genres. Un point névralgique de l’économie de ce monde, ainsi que de son approvisionnement militaire.

Un point sensible, en somme ; ce qui lui avait valu de nombreuses déconvenues. Trop souvent, ses murs et ses habitants avaient été pris pour cible dans le but de paralyser l’économie de telle ou telle faction – quand ce n’était pas celle de l’univers tout entier. Les ouvriers Xians, leurs usines, leurs foyers, étaient des proies faciles pour un éventuel attaquant qui évitait l’assaut direct contre les places fortes de l’île.

Même s’il s’avérait très difficile d’assiéger complètement la cité industrielle, se contenter de l’harceler à distance en se mettant hors de portée des forteresses principales serait nettement plus aisé. De nombreux petits groupes d’assauts pénétreraient sans problème dans les innombrables et sinueuses petites ruelles de la ville, détruisant sans relâche toute résistance – gardes, miliciens, mercenaires ou civils – qui se mettrait en travers de leurs routes ; une stratégie qui avait déjà démontré son efficacité à Metru-Nui elle-même, pourtant réputée pour être la ville la plus importante de l’univers, et surtout protégée par la nouvelle Confrérie des Makutas.

Si jamais une force extérieure décidait donc de s’en prendre à Xia de cette manière, il serait très difficile de les repousser ; les dégâts matériels et civils seraient également extrêmement élevés si jamais des armes lourdes parvenaient à pénétrer le réseau de défenses mis en place par l’Ordre de Mata-Nui…

Mais quelle faction s’intéresserait uniquement aux dégâts causés, et non à la puissance qu’elle pourrait obtenir en capturant les arsenaux de l’île ? Quelle faction attaquerait la ville dans le seul but de détruire, de semer le chaos, de tuer et de causer un maximum de souffrance ?

Mais la haine et le désir de vengeance ôtent parfois tout sens logique aux actes de ceux qui en sont victimes.


***

Le soleil approchait de son zénith, tandis que la ville-usine était comme à son habitude en pleine activité. D’épais nuages noirs cachaient cependant le ciel de Xia, qui se retrouvait alors dans une pénombre crépusculaire, tandis qu’une pluie fine s’obstinait à tremper les habitants.

Les Cerbères et les Prométhéens avaient rejoint leur quartier général commun afin de recevoir les derniers équipements que les chefs de sécurité de la ville avaient fait pourvoir aux différents groupes mercenaires chargés de protéger les civils et les biens des grands groupes industriels Xians. De nouvelles armes, de nouveaux systèmes de protection, de détection… il y en avait pour tous les goûts.

Les officiers des Prométhéens, au nombre de vingt, s’étaient déjà tous armés ; désormais venaient Takurak, Aqua et Epsilon, ensuite suivis des survivants Fantômes et de ceux qui les avaient rejoint plus tard.

Le rahkshi jeta rapidement son dévolu sur un générateur de barrière portable, qui pouvait émettre un bouclier cinétique en forme de sphère autour du porteur pendant plusieurs précieuses secondes. Aqua, quant à elle, mit la main sur un déflecteur magnétique qui permettait de dévier – voire de renvoyer – les projectiles métalliques tels que les flèches, les balles et même les obus légers. Enfin, Epsilon prit un fusil de précision spécial, le N-77 Hypérion ; modèle réduit du Styx, cette arme accélérait magnétiquement un fluide métallique à une fraction de la vitesse de la lumière, tout en le portant à température extrême. Le tir ressemblait alors à un intense rayon blanc, la ligne de métal liquide surchauffé émettant une vive lueur ; à l’impact, le choc cinétique était alors accompagné d’une puissante déflagration thermique ainsi que d’une légère onde électromagnétique qui pouvait déstabiliser les systèmes de défenses et les guerriers synthétiques.

La distribution fut relativement rapide – moins de quelques minutes ; puis un grondement sourd résonna dans tout le bâtiment ; l’une des portes du hangar d’armement s’ouvrit, laissant passer un transporteur lourd. Ce dernier se rangea dans un coin du hangar, tandis que ses volets de protection s’ouvraient les uns après les autres. Apparurent alors, rangées, nettoyés et alignées les uns à côté des autres, d’énormes armes lourdes. Chacune d’elles devait bien peser une tonne, sinon plus ; leur taille excédait parfois même celle d’un toa.

Epsilon émit un sifflement électronique, plus tapota légèrement l’épaule de Takurak.


- Et bien, ça c’est du joujou ! C’est le nouvel arrivage ?

- Après avoir observé quelques uns de nos Spectres en action, les chefs industriels de Xia ont accepté de nous céder quelques… améliorations, surtout pour les armures Atomium et Orion ; les modèles Eagle et Sentinel auront bientôt eux aussi droit à ce genre de cadeaux, mais il faudra encore attendre quelques semaines.

- Hummm… je vais devoir prendre quelques heures pour étudier toutes ces nouvelles armes ; cela sera passionnant, à coup sûr. Je laisserai Aqua s’occuper de mon boulot en attendant !

Une voix plus aigüe résonna ensuite derrière le guerrier robotique, tandis qu’Aqua s’approchait justement de ce dernier.

- Je ne crois pas, tas de rouille ! Tu as insisté pour t’occuper de la maintenance de nos défenses, alors tu ne vas pas te défiler !

- Bon… je m’arrangerai alors, mais il est inacceptable que je laisse une telle mine d’informations me passer sous le nez.

Takurak soupira, puis laissa un léger sourire apparaître sur son visage.

- Je te laisserai un jour de repos quand tu auras fini de vérifier nos défenses ; on ne sait jamais, tes recherches pourraient aboutir sur quelques chose d’intéressant.

Les diodes lumineuses qui ornaient la face plane d’Epsilon virèrent au jaune vif, presque doré ; puis le drone sortit du hangar, s’apprêtant à se remettre au travail. Déjà, les Spectres en armure Atomium et Orion s’équipaient de leurs nouvelles armes lourdes.

Il y avait là de nombreux modèles différents, tous à la pointe de la technologie Xianne ; de nombreuses années avaient parfois été nécessaires pour mettre au point certaines d’entre elles.

Canon laser lourd, lanceur de missiles téléguidé, canon Styx, répéteur à plasma, mitrailleuse ultralourde, canon à accélération magnétique, lance-flammes lourd, lanceur de grenades à répétition, canon Cordak lourd, lanceur de midaks en rafale, et même une mitrailleuse NG-1 améliorée dont la cadence de tir pouvait attendre les 600 coups par minute.

Puis, tandis que les derniers Spectres en armure lourde s’apprêtaient à sortir du hangar pour rejoindre leur affectation habituelle, la voix robotique d’Epsilon retentit dans tout le bâtiment.


- Euh… les gars, je crois qu’on a un problème !

Takurak se retourna en direction de son allié synthétique, s’apprêtant à lui demander ce qu’il se passait, mais il n’en eut pas le temps ; avant même qu’il ne puisse commencer sa phrase, une puissante explosion faisait trembler le sol ainsi que le bâtiment tout entier ; ce dernier résista aux vibrations terrestres, mais la plupart des guerriers présents furent jetés au sol. Seuls les Spectre en armure lourde purent utiliser leurs stabilisateur et amortisseurs intégrés pour rester stoïques malgré le microséisme.

Le rahkshi se releva rapidement, courut vers la sortie puis sauta en l’air pour planer lorsqu’il se retrouva en dehors du bâtiment, jusqu’à se stabiliser à une hauteur d’une dizaine de mètres. Dans le ciel, des centaines d’objets lévitaient, loin au-dessus de la ville mais en retrait par rapport aux infrastructures défensives. Takurak gagna rapidement en altitude, jusqu’à atteindre la partie inférieure des couches nuageuses noires ; dans les Ténèbres crépusculaires, les objets volants brillaient d’une sinistre lueur verte.

Depuis son altitude, le chef des Prométhéens put aisément localiser  les étrangers ; ces derniers se trouvaient juste au-dessus des côtes de l’île, de façon à se trouver hors de portée des défenses terrestres ; les quelques réseaux de tourelles côtiers avaient été balayés, réduits à néant. Et, alors qu’une légère éclaircie laissait apparaître un ciel presque nocturne, les rivages Xians étaient envahis de milliers d’entités qui ne se déplaçaient pas en direction des centres industriels ou des places fortes, comme l’aurait fait toute armée qui tentait de prendre le contrôle de l’île ; non, les choses se précipitaient vers les habitations et les quartiers surpeuplés de Xia, là où aucune réelle défense n’avait jamais été placée – mais également là où aucun point stratégique ne se trouvait.

Une petite lumière brilla rapidement dans le ciel, au milieu de la flotte ennemie ; l’instant d’après, un rayon vert vif frappait un quartier résidentiel, réduisant bâtiments et habitants en cendres fumantes.


*Nom de… le Protectorat ? Non, la forme des drones et des vaisseaux ne correspondent pas… mais alors, qui ?*

Bientôt, un nouveau rayon frappa le sol, tandis que les bâtiments explosaient autour du point d’impact. Puis, comme si ce déferlement de violence ne suffisait pas déjà, des centaines de petites sphères vinrent frapper le sol avec violence ; des boules métalliques, parfaitement lisses, dont l’impact au sol causa toujours plus de dégâts.

Takurak s’approcha légèrement de l’une d’entre elles, avançant prudemment ; cette dernière s’ouvrit alors comme une coquille de noix, révélant un passager qui s’en extirpa avant de s’engouffrer dans les ruelles sombres de Xia. Ce dernier ressemblait légèrement à un skakdi, mais possédait également des traits de vortixx et de toa ; ses bras étaient surmontées de grosses épaulières sphériques qui lui donnaient un air imposant.

Takurak perdit rapidement de l’altitude, rejoignant le quartier général des Cerbères.


- Les quartiers résidentiels sont attaqués ! L’ennemi cherche à toucher la population, pas les arsenaux et usines de la ville ! On se déploie immédiatement dans les ruelles pour exterminer les troupes ennemies, probablement composées à majorité de drones ; que les pilotes entrent dans les chasseurs : nous allons aider l’Ordre à repousser l’attaque !

Takurak retourna au hangar d’équipement pour récupérer son Pégase, puis s’envola de nouveau dans les cieux ; la pluie tombait drue désormais, frappant son armure avec violence. Dans ses mains, sont bâton s’ornait déjà d’électricité et de diverses énergies élémentaires, prêt à faire acte de violence sur ceux qui avaient osé attaquer la cité industrielle.

Déjà, toute la ville était en proie à la panique ; les habitants fuyaient en direction des bunkers et des forteresses à la recherche d’un endroit loin de la guerre, tandis que les guerriers présents tentaient de rejoindre la zone des combats. Loin derrière le rahkshi, qui avait déjà atteint plusieurs centaines de mètres d’altitude, les chasseurs de défense de la ville se déployaient en escadrilles pour bientôt passer à l’attaque. Si l’envahisseur pensait pouvoir prendre d’assaut Xia sans que la contre-attaque ne soit immédiatement menée, il se mettait le doigt dans l’œil jusqu’au coude.

Takurak fonçait désormais dans les étroites ruelles de la ville-usine, cherchant un ennemi à abattre ; la recherche ne fut pas bien longue. Le rahkshi tomba bientôt sur une escouade de guerriers – synthétiques ou organiques, impossible à dire. Le chef prométhéen fit accélérer sa planche de combat, passant en rase-motte et frôlant les ennemis ; Takurak profita de la promiscuité avec ces derniers pour déclencher une chaîne d’éclairs qui se propagea entre les guerriers.

L’armure des ennemis absorba le gros du choc, mais ils furent tout de même repoussés et jetés au sol, tandis que le rahkshi revenait à la charge. Ce dernier évita de peu un tir laser, qui percuta ensuite un mur quelques dizaines de mètres plus loin. Takurak passa cette fois entre les quatre ennemis, qui ne s’étaient pas tous relevés, et fit tournoyer son bâton de façon à ce que les dents fines et tranchantes découpent les gorges des guerriers adverses.

Le rahkshi freina brusquement puis se retourna, stabilisant le Pégase qu’il pilotait pour faire face à ses ennemis ; ces dernier avaient tous la tête tranchée, mais continuaient de bouger comme si de rien n’était. De fines étincelles jaillissaient de leur gorge coupée nette ; il s’agissait bien de drones, donc. Les robots décapités épaulèrent leur arme de portée, et tirèrent en rafale sur Takurak ; ils avaient certes perdu en précision avec la tombée de leur crâne, mais ils étaient toujours dangereux. Le chef prométhéen dut se mettre à couvert derrière ce qui avait autrefois été le mur d’une bâtisse, abritant peut-être même une famille, pour ne pas se retrouver troué comme une passoire sous le déluge laser qui ne tarda pas à faire fondre la partie superficielle de la roche.

Takurak s’éloigna de ses adversaires en empruntant une rue parallèle, puis s’éleva dans les airs et retomba sur ces derniers depuis le ciel. Cette fois-ci, il empala le premier drone tout en dégageant une intense onde de désintégration : le corps de ce dernier tomba tout simplement en poussière métallique, tandis que les trois autres drones se retournaient ; trop lentement, cependant. Car le rahkshi eut amplement le temps de lever son bâton puis d’en frapper le sol ; aussitôt, une intense vague de plasma vint frapper les robots, dont la carcasse métallique fut réduite à un tas de métal, partiellement fondu et informe.

Cette fois-ci, ils ne se relevèrent pas ; il fallait donc les détruire entièrement, ou alors peut-être toucher un processeur central, mais Takurak n’avait pas encore assez d’information. Peut-être Epsilon pourrait-il lui faire part de ses découvertes lorsqu’il aurait analysé quelques pièces de ces étranges drones ; mais en attendant, il fallait faire en sorte de repousser l’envahisseur avant qu’il ne fasse trop de dégâts. Le rahkshi sentit une légère vibration au niveau de son poignet ; il porta la main à l’oreille, et le communicateur privé du Prométhéen s’activa automatiquement. La voix d’Aqua retentit ensuite à l’intérieur du casque de Takurak, son petit ton cristallin résonnant légèrement dans la cavité métallique.


- Takurak, où es tu ?

- Dans les quartiers résidentiels, je viens d’éliminer une escouade ennemie. Quatre drones, qui résistent à la décapitation et sûrement même à un démembrement complet ; pour les éliminer, une IEM ou une destruction complète est sûrement nécessaire. Dis à Epsilon de les étudier : il pourra peut-être nous dégoter quelques infos utiles.

- Il est déjà au travail ; les Spectres se sont déployés dans les grands axes et se sont correctement retranchés. Les barrières intégrées leurs permettent pour l’instant de résister aux attaques lourdes ennemies, mais ils auront besoin de renfort dans peu de temps, ou alors il faudra sonner la retraite pour toutes les armures lourdes Atomium et Orion ; ils sont trop gros, et vulnérables à longue distance.

- Je vais demander de l’aide à la hiérarchie ; toi, coordonne les différentes équipes mais ne te mets pas en danger. Je vais m’occuper de mener l’assaut terrestre. Lorsque cela sera possible, je veux que tu commandes nos unités aériennes, c’est compris ?

- Pas de problème ! Aqua, terminé.

Takurak bascula sur le canal des officiers, puis attendit quelques instants avant que quelqu’un ne reçoive sa fréquence.

- Ici contrôle, identification en cours… Takurak, chef des Prométhéens, groupe affilié aux Cerbères et chargé de la sécurité de Xia. Je ne sais pas ce que vous voulez mais faites vite : on a un beau bazar sur les bras. La plupart des secteurs est en alerte maximale.

- Je sais bien ; mes soldats lourds ont entravé l’avancée de l’ennemi sur les axes principaux, mais ils ne tiendront pas longtemps et devront se replier sur jamais ils ne bénéficient pas d’un soutien aérien rapide.

- Je vais voir ce que j’ai sous la main… des jetrax, des chasseurs aériens ainsi que plusieurs croiseurs de défense attendent de nouvelles directives ; je les déroute vers la position de vos escouades lourdes. Il vous faut autre chose ? Vous avez des infos ? C’est le Protectorat qui nous attaque ?

- Nous faisons face à des drones, peut-être menés par quelques organiques, mais il ne s’agit pas du Protectorat. Les robots ennemis sont résistants aux dommages physiques, donc balancez des IEM ou détruisez-les entièrement. Nous faisons face non pas à une invasion mais à un raid ; l’ennemi ne cherche pas à prendre le contrôle des points stratégiques, il veut juste infliger un maximum de dommages aux infrastructures civiles et aux populations ouvrières.

- Bien reçu, merci de l’info.

- Dernière chose : l’ennemi restera sûrement hors de portée de nos forteresses défensives, alors profitez-en pour y évacuer les habitants. Si vous pouviez envoyer des renforts maritimes également, pour les prendre de flanc, ça pourrait nous être utile.

- Le commandement de la flotte navale n’est pas de mon ressort, mais je vais faire une demande auprès de la hiérarchie.

- Bien, merci. Takurak, terminé.

Le rahkshi fit accélérer son Pégase, puis s’éleva dans les airs pour évaluer la situation générale ; les Spectres avaient littéralement cloué sur place l’infanterie adverse sur les grands axes, aidés désormais par de nombreux mercenaires des autres groupes – Sabres Noirs, Banshees et Cerbères. On pouvait facilement discerner les puissants rayons rouges et brillants des canons Styx, qui balayaient tout sur leur passage, même à plusieurs kilomètres de distance.

Cependant, il était impossible deviner où se situaient les différentes lignes de front à travers les petites ruelles de la ville. La milice locale devait être en mesure de retenir l’ennemi pendant plusieurs heures, mais ne serait sûrement pas de taille face à une armée bien équipée et résistance aux attaques physiques.

Takurak accéléra rapidement, se déplaçant à toute vitesse en direction de l’une des grandes avenues ; large de plus de dix mètres, elle permettait à de nombreux ennemis de s’avancer en même temps. En revanche, elle n’offrait aucune protection face aux armes des Spectres et des autres unités lourdes. Les Cerbères avaient placé de nombreux canons Styx, tandis que les Banshees avaient préféré les classiques mais très efficaces mitrailleuses lourdes qui faisaient pleuvoir l’acier et la mort sur leurs ennemis. Les Sabres Noirs, quant à eux, avaient laissé leurs tireurs d’élite s’avancer sur les toits de la ville ; légèrement en hauteur et dotés d’un camouflage optique très perfectionné, ils pouvaient facilement devenir invisible, infliger la mort à très longue portée puis se cacher et changer de cachette.

Le rahkshi se mit à couvert derrière une armure Atomium qui avait déployé un bouclier en forme de demi-sphère, protégeant ainsi plusieurs soldats qui ravitaillaient les premières lignes en munitions et cellules énergétiques. Le Spectre salua de la tête le chef Prométhéen, puis reporta de nouveau son attention sur la tenue de son bouclier, alors que plusieurs obus explosifs vinrent percuter ce dernier ; la barrière vacilla pendant un instant, puis retrouva sa puissance maximale. Takurak profita d’une légère éclaircie dans la tempête de feu et d’acier pour parler à ses hommes autour de lui.


- Je veux un rapport sur la situation !

L’un des soldats du ravitaillement, un glatorian en armure légère, se rapprocha du rahkshi afin de ne pas avoir à hurler à son supérieure hiérarchique.

- Les escouades lourdes tiennent bon, mais il faut absolument repousser les forces adverses avant qu’elles n’arrivent à déborder nos flancs ! Plusieurs lieutenants tentent actuellement de mener une percée, je vais vous donner leur position !

- Bien… tenez bon ! J’ai demandé des renforts aériens !

- J’espère qu’ils se bougeront les fesses, alors ! Nos escouades légères se font plomber !

Et comme pour rassurer le glatorian, un grondement caractéristique commença à retentir au-dessus de la tête des guerriers ; et, alors que Takurak levait la tête, un jetrax passait en rase-mottes à seulement quelques mètres de leur tête. Ce dernier ne tarda pas à larguer sa cargaison de bombes, là où se trouvaient les troupes adverses. L’explosion fit trembler le sol et souffla les bâtiments les plus proches ; même les Spectres durent parfois mettre main à terre pour ne pas tomber, tandis que les débris et les cendres commençaient déjà à retomber, salissant la pluie déjà noire.

Les défenseurs présents hurlèrent de joie, tandis que le jetrax retournait de là où il était parti – sûrement l’une des forteresses Xianes, où il pourrait faire le plein d’explosifs et de munitions avnt de repartir à l’assaut. Takurak remonta sur son Pégase, puis s’adressa aux soldats présents.


- Ce n’est pas fini ! D’autres arriveront bientôt ! Je vais mener plusieurs escouades pour soutenir les lieutenants et repousser les ennemis qui avancent dans les ruelles ; quant à vous, vos ordres sont simples : tenez la position, et détruisez tous les drones qui s’approcheront !

Les guerriers saluèrent leur supérieur, puis se préparèrent au retour de l’ennemi. Takurak, lui, filait déjà dans les cieux. Il se connecta aux réseaux de communication.

- Contrôle, ici Takurak ! Je vais mener plusieurs escouades sur les flancs de l’ennemi !

- …

- Contrôle ! Contrôle ?

Pas de réponse… Takurak eut soudainement un mauvais pressentiment. Le centre de communication Xian se trouvait  l’exact opposé de l’île, et était dotée du meilleur matériel que l’on pouvait trouver dans l’univers matoran. Même si l’armée adverse disposait de brouilleurs très puissants, les systèmes d’urgence de la ville diffuseraient un signal d’alerte ainsi que des messages via les antennes sur ondes courtes, pour permettre un maintien de l’organisation des troupes.

Si tout contact avait été coupé, il s’agissait d’une panne générale… ou d’une attaque directe sur le centre des COMs.

Le rahkshi bascula sur le canal commun des Prométhéens et des Cerbères, puis prit la parole.


- Djaudum, ici Takurak !

- Ici Djaudum Xel, chef des Cerbères, je t’entends parfaitement Takurak ! Quel est le problème ? Si on excepte bien sûr la flotte qui assiège notre ville et les troupes qui détruisent tout sur leur passage, bien sûr !

- Le centre des communications a-t-il été attaqué ? Je ne parviens plus à joindre Contrôle !

- Mes troupes sont au même endroit que les tiennes, sur le front ! L’évacuation a permis d’éviter le gros des pertes, mais on a un sacré paquet de cadavres sur les bras ! Je ne sais pas à qui on a affaire, mais ce gars a une sacrée dent contre Xia ! Il n’a attaqué que les ouvriers, et est resté hors de portée des défenses lourdes ; je crois qu’il veut uniquement faire du mal aux intérêts des gros magnats industriels – autrement dit, nos patrons !

Donc bref, tout ça pour te dire que mes hommes ne sont pas à l’arrière, je ne peux pas vérifier l’état du centre des coms. Par contre, je peux te passer quelqu’un qui est parfaitement au courant de tout ça ! Tu vas l’apprécier, j’en suis sûr !

- De qui s’agit-il ?

- De la cheffe des Banshees, en personne ! Elle a des contacts au centre des communications ; elle s’appelle Rakeda, et elle a un sacré caractère. Fais attention, je te la passe ! Xel, terminé.

Un petit « clic » indiqua que la communication basculait sur un autre canal, juste avant qu’une voix glaciale et dure ne retentisse dans le casque du rahkshi.

- Alors comme ça, le vermisseau a besoin de mon aide, ha !

- Enchanté, Rakeda… je suis Takurak, chef des Prométhéens.

- Je sais qui tu es, rahkshi ! Et je sais ce que tu veux… mais je ne compte pas te l’offrir.

- On est tous dans la même galère, Rakeda ! Si l’ennemi a attaqué le centre des communications à notre insu, il est possible qu’il se disperse en ce moment même vers le centre de la ville en empruntant les petites ruelles ; il faut l’arrêter à tout prix !

- Et bien sûr, tu profiterais de l’occasion pour placer plusieurs de tes gros balourds en armure pour garder le centre ! Je vais m’en occuper moi-même ; et si jamais j’aperçois un seul de tes barbares en train de rôder autour du bâtiment, je peux t’assurer que tu ne le reverras plus jamais !

La communication s’arrêta net, tandis qu’une puissante lumière était émise, loin derrière Takurak. Le rahkshi se retourna, et jura en voyant le spectacle qui s’offrait à lui ; une immense colonne de feu, sûrement due à un explosif extrêmement puissant, ravageait la ville là où s’était auparavant trouvé le centre des communications.

Le chef prométhéen avait donc vu juste… l’ennemi avait profité de la confusion générale pour faire sauter ce point stratégique, ce qui désorganiserait la défense de la ville. Séparés les uns des autres, les guerriers ne pouvaient désormais compter que sur eux-mêmes. Et comme si la situation ne semblait pas assez désespérée comme cela…

Un énorme flash éclaira le ciel de Xia le temps d’un instant, transformant pendant une seconde la nuit sombre en une journée surréaliste. Et, alors que les Ténèbres redevenaient maîtresses des cieux, un énorme vaisseau de guerre venait de se téléporter au-dessus de la cité industrielle ; mesurant plus d’un kilomètre de long, il était bardé de centaines de tourelles, tandis que d’immenses déflecteurs magnétiques et cinétiques affleuraient à la surface de sa coque. Et, formant comme un nez de requin, le canon principal de la forteresse volante saillait de l’avant du vaisseau. Large de plusieurs dizaines de mètres, sa puissance de destruction devait sûrement être proportionnelle à la taille des énormes générateurs qui étaient visibles sur le dessus du croiseur de combat.

Le mastodonte de métal ne tarda pas à entrer en mouvement, pivotant doucement pour se placer face à la ville ; les générateurs, ressemblant à des dômes de métal, s’illuminèrent un à un en direction du canon. Puis, dans un grondement énorme, un unique tir vint frapper la côte sud de Xia, à l’emplacement exact où se trouvait autrefois la forteresse de la ligue des six royaumes – désormais réduite à un tas de ruines.

Le canon propulsa un énorme flux de plasma, qui transforma une bonne partie des ruines en un désert calciné et vitrifié, anéantissant toute forme de vie même à plusieurs dizaines de mètres de l’impact. La zone avait été évacuée dès le début de la bataille, il ne s’agissait pas réellement d’une attaque ; non, la destruction des ruines n’était qu’un avertissement lancé aux défenseurs de Xia. Un message clair, expliquant à tous que le potentiel de destruction du vaisseau dépassait de très loin l’arsenal présent dans la cité industrielle.

Et, tandis que le vaisseau pivotait de nouveau, se retournant cette fois en direction des zones résidentielle de Xia, les guerriers présents dans les ruelles concernées savaient désormais quel sort les attendait si leurs chefs ne trouvaient pas rapidement une solution face à cette nouvelle menace…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Xia] Vieux quartiers industriels   Ven 11 Avr - 1:52

- Arrivée dans 30 secondes… pour l’instant l’ennemi ne semble pas nous avoir remarqués. Oubliez ça, multiples chasseurs et missiles en approche, manœuvres évasives !

Takurak effectua une vrille sur la droite tout en virant serré, esquivant alors de peu les multiples missiles qui se perdirent dans les airs plus loin derrière lui… avant de changer de trajectoire et de foncer à nouveau sur lui.

Le rahkshi, penché sur son Pégase, ne remarqua pas tout de suite qu’il avait été pris en chasse par plusieurs roquettes guidées, autopropulsées et hautement explosives ; cependant, lorsque l’une d’elle percuta un chasseur allié juste derrière lui, l’explosion le déstabilisa et l’obligea et partir en piqué vers le ciel. Les missiles entrèrent alors dans son champ de vision, et ajustèrent automatiquement leur trajectoire afin de le rattraper et de le faire sauter.

Takurak fit accélérer son appareil, puis passa entre deux tours d’habitation qui avaient été évacuées ; il effectua ensuite un virage serré sur la gauche, et descendit en spirale autour de l’un des bâtiments. Les roquettes explosèrent les uns après les autres sur la paroi de l’une ou l’autre tour, transformant les monuments de verre et d’acier en torches géantes.


- Equipe 1 à équipe 2, nous avons passé leur première ligne de défense ! Nous nous apprêtons à entrer dans les hang…

La communication fut soudainement coupée, tandis que plusieurs explosions éclaircissaient le ciel nocturne et nuageux de Xia ; Takurak comprit alors que l’équipe 1 venait tout simplement d’être anéantie par les tourelles du vaisseau amiral ennemi…

Quelques minutes plus tôt, tandis que l’énorme vaisseau ennemi avait fait sa fracassante apparition dans le ciel Xian, plusieurs messagers avaient rapidement fait passer un ordre général ; tous les pilotes disponibles devaient immédiatement rejoindre la flotte de défense pour prendre d’assaut la forteresse volante ennemie. Cette dernière n’avait pour l’instant fait feu qu’une seule fois, et avait ravagé les ruines de l’ancienne forteresse de la ligue dans leur intégralité, transformant un territoire entier en une étendue plane, stérile et vitrifiée.

Or, le vaisseau s’était désormais tourné vers la ville de Xia proprement dite, droit sur les zones d’habitation. S’il faisait feu de nouveau, il ne resterait plus rien des bâtiments qui logeaient des milliers d’ouvriers, sinon un tas de décombres fumants.

Ordre avait donc été donné de faire en sorte de neutraliser définitivement le mastodonte métallique qui menaçait les millions d’habitants de la cité industrielle. De nombreuses équipes avaient été formées, alliant les chasseurs aux transports armés, souvent entourés de petits croiseurs et de quelques véhicules personnels conçus pour l’attaque ou la défense de petits avant-postes. Les escadrilles s’étaient réunies en plusieurs vagues et tentaient désormais d’assaillir le vaisseau amiral pour l’aborder ou le détruire depuis l’extérieur. Cependant, tous les assauts avaient pour l’instant été vains ; de nombreux vaisseaux, eux-mêmes entourés de nuées de chasseurs, formaient un réseau défensif autour du bâtiment principal de la flotte.

Les défenses de la ville avaient certes infligé de gros dégâts aux forces adverses, mais il leur faudrait plus de temps pour créer une véritable brèche dans le réseau de protection ; hors, du temps, les Xians en manquaient cruellement. En effet, le vaisseau amiral commençait déjà à charger son prochain tir. Les nombreux générateurs qui parcouraient sa coque s’illuminèrent les uns après les autres en direction du canon, tandis qu’un grondement sourd parcourait déjà les flancs de l’immense bête. Les communications d’urgence sur ondes courtes furent immédiatement saturées, tandis que les guerriers, pilotes et habitants présents prenaient tous peur, étaient envahis d’une froide panique. Qui allait mourir, qui survivrait ? Le tir percuterait sûrement le centre des zones d’habitation, qui avait été censée être évacuée. Cependant, les dommages matériels seraient énormes, et les guerriers qui combattaient toujours dans les ruelles seraient tous vaporisés.

C’est alors qu’un croiseur s’avança, droit sur la trajectoire de tir du vaisseau amiral. Le faisceau de plasma percuta sa coque avec une force incroyable, transformant son blindage en une bouillie de métal en fusion ; la chaleur transmise par le tir fit presque immédiatement exploser ses réserves de carburant ainsi que ses stocks de munitions. Le croiseur, ainsi que tout son équipage, disparut alors dans une immense boule de feu, tandis qu’une pluie de débris causait quelques dommages légers aux bâtiments en contrebas. Les communications reprirent après la légère pause qu’avait causé le tir et l’explosion du croiseur.


- Qu’est-ce qui s’est passé ?

- Un vaisseau s’est foutu en plein milieu !

- Ils sont tarés ?

Les communications furent momentanément désactivées, remplacées par un message provenant de l'un des chefs d'escadrille.

- Il s'agissait du Valkyrie, un croiseur civil, presque dépourvu d'armes... leur équipage a décidé de se sacrifier afin d'éviter que l'ennemi ne puisse pas détruire notre ville. Que leur sacrifice ne soit pas vain ! Vengeons leur mort, tous à l'attaque !

Immédiatement, les équipes aériennes attaquèrent tout en simultané ; les missiles, lasers et autres faisceaux ou projectiles éclairaient le ciel de Xia comme en plein jour, tandis que les nombreuses explosions attestaient des pertes importantes dans les deux camps.

Takurak, quant à lui, avait profité du petit moment de latence pour gagner en altitude, jusqu’à dépasser la couche nuageuse supérieure ; il se retrouvait seul face au ciel, avec une immensité noire et cotonneuse qui s’étendait jusqu’à l’horizon, partout où son regard pouvait se poser. Le rahkshi se déplaça ensuite latéralement de quelques hectomètres, jusqu’à atteindre la position supposée du vaisseau amiral – avec quelques centaines de mètres d’altitude en plus. Bientôt, de nombreux chasseurs et transporteurs alliés le suivirent ou passèrent même devant lui.

Takurak repartit ensuite en piqué, accompagnant l’escadrille d’assaut principale ; ils traversèrent d’abord la sombre, opaque et épaisse couche de nuage et de pollution, puis se retrouvèrent de nouveau à découvert. Immédiatement, une partie des tourelles qui ornaient la coque du vaisseau amiral se détournèrent de leur cible précédente pour se concentrer sur l’essaim qui se rapprochait depuis le ciel. Le rahkshi dut manœuvrer à plusieurs reprises, multipliant les virages, vrilles et loopings pour ne pas finir littéralement éparpillé dans le ciel de la ville industrielle. Arrivé à moins de cent mètres de la coque, d’autres tourelles, auparavant inactives, se tournèrent également en direction des chasseurs en approche.

La seconde suivante, les chasseurs les plus proches du vaisseau explosèrent les uns après les autres, littéralement découpés en deux par une force invisible ; Takurak activa immédiatement le générateur de barrière portable dont il s’était récemment équipé au QG des Cerbères, juste avant qu’une force étrange ne vienne également découper son Pégase en deux parties bien distinctes. Le rahkshi fut protégé de cette attaque par son bouclier énergétique, mais sans Pégase il dut finir son approche en volant grâce à son armure. Ne pouvant pas décélérer suffisamment, il percuta de plein fouet la carlingue du vaisseau, sentant son amure se plier légèrement sous la force de l’impact.

Takurak se releva avec difficulté, tandis qu’autour de lui de nombreux débris tombaient régulièrement en une mortelle pluie de feu et d’acier ; le rahkshi posa ensuite la main sur la carlingue, et utilisa sa maîtrise du plasma pour pénétrer l’épaisse couche protectrice qui le séparait de l’intérieur du vaisseau amiral. Il ne lui fallut pas moins de trois minutes pour arriver à ses fins et à faire fondre les deux mètres de blindage principal ; il tomba ensuite dans ce qui semblait être un petit couloir de ronde, plongé dans la pénombre et éclairé seulement par une bande lumineuse qui longeait le mur intérieur. Immédiatement, il reçut plusieurs communications, provenant de divers endroits. Préférant lancer une discussion commune plutôt que de parler à chaque personne l’une après l’autre, il scrutait également les deux extrémités du couloir pour être sûr de ne pas être pris par surprise par un éventuel garde.


- Ici Takurak, chef des Prométhéens; j'ai atteint l'objectif principal, et me prépare à me mettre en route vers un point sensible.

- Ici Epsilon, c'est moi chef ! J'ai également atteint la carlingue, et suis en train de tailler un morceau de blindage pour passer, mais ça va me prendre du temps.

- Ici Breka, leader de l'équipe 7, je suis dans les couloirs du vaisseau ennemi, je cherche un point critique.

- Ici Dalia, membre de l'équipe 4, je suis dans une salle de stockage des drones, et ils se réveillent à un rythme régulier; je les dézingue au fur et à mesure qu'ils s'activent, mais ils sont bien trop nombreux; quelqu'un voudrait venir sauver la demoiselle en détresse ?

- Ici Maleko, leader de l'équipe 12, je suis dans les couloirs et arrive sur votre position Dalia. Je propose que l'on se disperse au mieux pour frapper les points névralgiques de l'ennemi; à condition de les trouver, bien sûr. Mince, contact avec l'ennemi ! Dalia, j'aurai du retard !

- Ici Takurak, restez en contact. Epsilon, scanne la zone et trouve moi le générateur principal ou la chambre de refroidissement des réacteurs !

- Okay chef... quelques secondes. Hum, ces drones ne me facilitent pas la tâche, je dois céder une partie de ma puissance de calcul à mes logiciels de visée pour les abattre à distance. Là, trouvé ! Je vous envoie un plan simplifié; attention, résistance à prévoir tout le long du chemin. Takura et Breka, nous sommes tous trois les plus prêts de ce qui semble être la chambre de refroidissement principale. Vous allez devoir me faire confiance.

Breka, l'itinéraire que je vous ai transmis rejoint celui de Takurak au bout d'une centaine de mètres, attention à ne pas vous tirer dessus ! Quant à moi, j'atteindrai la salle depuis l'autre côté. D'autres guerriers arrivent régulièrement sur la coque, j'ai déjà transmis sur ondes courtes le protocole à suivre: les autres devront se disperser en plusieurs équipes en direction du pont, des hangars et des batteries de tourelles à ultraviolets.

- ici Takurak... à ultraviolets ?

- Oui, vous avez sûrement remarqué que la plupart des chasseurs et transports qui s'approchent de trop finissent littéralement découpés ? Il s'agit des plus petites tourelles, à peine visibles depuis le sol; elle émettent des rayons ultraviolets extrêmement énergétiques qui détruisent tout sur leur passage, mais à courte portée seulement. C'est comme un laser, mais en plus efficace; et surtout totalement invisible. A moins de voir dans tout le spectre de la lumière, comme moi. mais bref ! Les équipes suivantes feront un maximum de dégâts et attireront les drones du vaisseau. Nous pourrons ainsi atteindre la chambre de refroidissement, tout faire sauter, et sortir d'ici. Le mieux serait que les guerriers qui atteignent les hangars tentent de les investir pour nous permettre d'en faire une voie de sortie. Bref, on a assez perdu de temps, on se déploie ! Maleko et Dalia, dès que vous vous êtes rejoints partez pour le pont !

Toute communication fut ensuite interrompue, et les guerriers purent reprendre leur route; Takurak suivit l'itinéraire tracé par Epsilon, et rejoignit comme prévu Breka à mi-chemin. Ils ne rencontrèrent que quelques drones qui s'occupaient de la maintenance du vaisseau, mais référèrent rester discret afin d'éviter que des renforts convergent ensuite dans leur direction. Le rahkshi et breka, un steltian de la classe dirigeante, durent ainsi attendre parfois de longues minutes que les drones empruntent un autre couloir pour s'avancer de nouveau en direction de la chambre de refroidissement.

Ils parvinrent cependant à leur but, et arrivèrent alors à une pièce large de plus de quinze mètres, parfaitement circulaire et dont le centre était occupé par une tour dont le diamètre devait à peine dépasser le mètre. En face d'eux, Epsilon était déjà présent et s'était connecté à un terminal en vue de le pirater.


- Breka, et Takurak, rapprochez-vous ! Vous avez en face de vous un joyau de technologie, un appareil incroyable ! Je n'ai jamais rien vu de tel !

- Dis nous plutôt comment ça fonctionne et s'il un moyen de le détruire en faisant en sorte que ça emporte tout le vaisseau.

- Les choses vont être compliquées, à vrai dire. La tour centrale est un aimant extrêmement puissant, qui retient en son centre un filet de minerai à une température incroyable. Toute la chaleur générée par le vaisseau est redirigée ici, dans cet appareil. Autant vous dire que le minerai est porté à plusieurs millions de degrés; mais il est séparé du reste de la pièce par un champ magnétique ainsi qu'une zone de vide, qui évite que nous soyons tous vaporisés.

- Il suffirait de le faire exploser pour endommager le vaisseau, alors ?

- Non... si vous détruisez cette tour, le minerai gazeux - car porté à plusieurs millions de degrés, je vous le rappelle - se répandrait dans la salle et reprendrait forme solide. En bref, nous serions tous vaporisés, tandis qu'une fine couche rocheuse recouvrerait les murs de la salle; il y aurait des dommages dus à la chaleur sur les pièces alentours, mais rien de vraiment dramatique.

- Alors, pourquoi nous faire venir ici, Epsilon ?

- Parce que nous pouvons peut-être détourner le flux... et faire en sorte que le canon ne puisse plus tirer.

- Comment ça ?

- J'ai réussi à pirater le terminal... je vais dérouter l'énergie des générateurs ici, au lieu de la laisser alimenter le canon et les tourelles de coque. L'ennemi remarquera ça immédiatement et ne tardera pas à résoudre le problème puis à bloquer mon accès, mais ça permettra à nos troupes de se poser sur la coque en grand nombre. Prêts ?

- Bien, lance la procédure, je m'occupe de prévenir la flotte.

Epsilon se concentra de nouveau sur le terminal, tandis que Breka dégainait son épée lourde. Takurak, quant à lui, basculait sur un autre canal pour d'adresser aux équipes d'attaque aériennes.

- Ici Takurak, chef prométhéen ! Les tourelles ainsi que le canon principal du vaisseau amiral seront bientôt désactivés ! A tous les transports, abordez la cible ! A tous les chasseurs, reportez votre feu sur les intercepteurs et et autres appareils adverses, il faut à tout prix protéger nos hommes qui vont se poser sur le vaisseau amiral !

Epsilon lança son protocole d'exécution, et immédiatement un léger silence s'installa dans la salle; le bruit des tourelles s'étant arrêté, l'endroit paraissait presque calme, serein. Puis, de nombreux impacts vinrent briser cet instant de mutisme: les transports se posaient en grand nombre sur le vaisseau, quand il ne se contentaient pas de défoncer le blindage pour se retrouver à l'intérieur même de l'appareil ennemi quand ils le pouvaient - et quand l'équipage survivait au crash. Epsilon s'écarta du terminal, puis désigna une sortie.

- Bien ! Il va maintenant falloir se rendre au noyau de puissance, qui transmet son énergie aux générateurs de coque et qui est également extrêmement bien gardé - plus de 2 000 unités ennemies. Cependant, l'arrivée de nos alliés devrait rapidement changer la donne. Nos troupes vont se diriger comme prévu en direction des hangars, du pont et des générateurs des tourelles à UV. Les gardes vont alors se disperser pour faire face à la menace, et nous laisseront le champ libre. J'ai également découvert un passage plus ou moins alternatif qui nous permettra d'éviter le gros des troupes ennemies. Suivez-moi !

Epsilon marcha pendant plusieurs minutes, talonné par le steltian et le rahkshi; ces derniers n'étaient pas rassurés, enfermés dans le ventre de la bête qui pourrait peut-être ravager Xia en quelques heures si rien n'était fait. Le guerrier synthétique arriva cependant bientôt devant une paroi plane, la fin d'un couloir. Un cul de sac.

- Epsilon, ne me dis pas que tu t'es perdu ? Ça ne t'est encore jamais arrivé, à ce que je sache. A moins que...

- En effet ! La salle du générateur se trouve derrière cette paroi; si vous voulez bien vous donner la peine ?

Takurak toucha le mur métallique de la paume de la main; le métal était froid, dur et parfaitement lisse au toucher. Puis, le rahkshi déversa un flot de plasma entre ses doigts, faisant lentement fondre la paroi, jusqu'à créer une petite ouverture qui permettrait à lui et Epsilon de passer, mais certainement pas Breka dont la grande stature demanderait un trou bien plus importante.

- Breka, restez en arrière et faites en sorte que cette sortie reste libre, d'accord ?

- Pas de problème; si jamais ces petits se pointent, ils tâteront de mon épée. Faites vite: chaque seconde qui passe voit un peu plus de nos hommes mourir face à ces saletés.

Epsilon et Takurak passèrent par la petite ouverture, pénétrant alors dans une salle immense. Il s'agissait d'un cube parfait, dont les parois étaient recouvertes de tuyères et câbles en tout genre. Au centre, flottant à quelques mètres au-dessus du sol, un cristal brillant émettait régulièrement des éclairs surpuissants en direction de pics métalliques. Plusieurs colonnes transmettaient un flux de plasma surchauffé en direction de petites tuyères, elles-même connectées au cristal. En divers endroits, des anneaux en forme de "beignet" émettaient un grondement sourd. Devant le regard interrogateur de Takurak, Epsilon expliqua le fonctionnement de la salle.

- Si ne je me trompe pas, les anneaux métalliques accélèrent du deutérium et du tritium à très haute vitesse pour les faire fusionner en hélium et générer une immense quantité d'énergie; les tuyères transforment l'énergie récupérer pour générer du plasma, qui va alimenter le reste du vaisseau; le cristal sert de régulateur. Si des sauts d'énergie - des surplus - sont détectés, il émet des éclairs pour disperser une partie la puissance sous forme d'électricité, mais je n'ai toujours pas trouvé l'utilité de ces piques. Des paratonnerres, mais ils sont peut-être reliés à d'autres appareils pour recycler les éclairs.

- Bref... tu as une solution pour tout faire sauter ?

- Il suffirait d'ouvrir une brèche dans l'un des générateurs à fusion nucléaire; le dégagement du gaz surchauffé à plusieurs millions - voire milliards - de degrés devrait suffire à réduire ce vaisseau en une bouillie de particules. Il sera complètement et proprement désintégré. Problème cependant... nous n'avons pas d'explosif assez puissant.

- Je pourrais faire fondre la paroi des générateurs avec du plasma.

- Et vous retrouver au contact du plasma ? Vous seriez atomisé. Et je n'exagère pas.

- Quoi, alors ?

- Vous allez ordonner la retraite immédiate des forces qui ont investi le vaisseau, et rejoindre les hangars ou la coque supérieure pour monter dans un vaisseau et partir loin d'ici.

- Et toi ?

- Je vais m'occuper de faire une brèche dans ces générateurs.

- Mais tu viens de le dire, tu serais désintégré !

- Pas le choix, Takurak ! Vous êtes trop important pour mourir ici, et les autres escouades sont trop éloignées pour nous rejoindre; de plus, des milliers de drones les séparent de notre position. Il faut que vous partiez, et que j'agisse ainsi, nous n'avons pas le choix.

Takurak ne répondit pas, portant la main gauche à son visage; il voulait trouver une solution, un moyen de sauver Epsilon. De détruire ce maudit vaisseau, sans que cela n'entraîne la mort de son coéquipier, camarade et ami. Une alternative, il y en avait forcément une; le rahkshi chercha longuement, sans trouver de solution.

- J'ai déjà cherché, Takurak ! J'ai déjà essayé, mais il n'y a pas de solution; soit je suis détruit, sois nous mourrons tous. Nous n'avons pas le choix !

- Epsilon... non...

- Pas le choix, Takurak ! Nous avons déjà perdu Gladius, les Prométhéens ne peuvent pas vous perdre aussi !

Takurak frappa le sol de son poing, déformant le métal et creusant un léger dôme. Epsilon... avait raison; il n'y avait pas d'autre solution, pas d'alternative. Il devait accepter de sacrifier Epsilon pour sauver le reste. Mais même s'il essayait de réfléchir raisonnablement, cela ne facilitait pas les choses. La douleur, la souffrance, la peine qu'il avaient ressenties à la perte de Gladius, Takurak ne voulait plus les revivre. Il aurait voulu se sacrifier à la place d'Epsilon, et ne pas subir ça à nouveau.

Mais cela aurait de la lâcheté; ce faisant, Takurak aurait abandonné ses hommes. Ses amis. Ses Frères, et ses Sœurs. Takurak savait ce qu'il avait à faire, même si cela lui déchirait le coeur.


- Epsilon...

- Pas de paroles inutiles, Chef, je sais ce que vous pensez. Vous vous excuserez de ma part envers Aqua, dites lui que je suis vraiment désolé.

- Merci, Epsilon...

- Ne vous inquiétez pas.

Epsilon tendit la main droite en direction de Takurak, ouverte. Le rahkshi regarda sa propre main, puis serra celle de son ami synthétique.

- Merci pour tout, Chef, ça a été un honneur de me battre à vos côtés.

- Merci à toi, Epsilon; ton sacrifice sera honoré, et jamais nous ne t'oublierons.

- J'espère bien ! Mais vite, filez ! Nous avons été repérés, et nous ne pouvons pas plus attendre plus longtemps. Je tâcherai de résister jusqu'à ce que l'évacuation soit terminée.

Takurak lâcha la main d'Epsilon, et l'instant qui suivit, tandis que ses doigts venaient de se séparer de la peau synthétique de son allié, sembla durer une éternité. Le rahkshi avait eu l'impression que le temps s'était arrêté sur cette vision, sa main se décollant lentement de celle de celui qui allait mourir pour que lui puisse vivre.

Puis tout fut très rapide; Takurak sortit de la salle, puis fit demi-tour en direction de la coque supérieure; le message d'évacuation avait très vite été lancé, et déjà de nombreux chasseurs et transporteurs étaient repartis, profitant du fait que les tourelles étaient toujours hors service. Le rahkshi et Breka montèrent dans un petit transporteur de troupes, puis rejoignirent le sol.


***

Epsilon se trouvait dans la salle du noyau de puissance, seul face à des dizaines de drones qui affluaient; ayant repéré les intrus, ils avaient compris qu'ils avaient été pris à leur propre piège. Eux qui avaient fait diversion pour détruire le centre des communications, ils avaient également été victimes d'un tel stratagème, qui avait permis aux défenseurs Xians de s'introduire en ce point d'importance stratégique. Le guerrier synthétique s'était mis à couvert derrière l'un des anneaux métalliques qui enclenchaient la réaction de fusion nucléaire.

Les tirs ennemis fusaient de toutes parts, l'empêchant de viser correctement avec son fusil de précision nouvellement acquis; de temps à autres, il utilisait les fibres optiques qui parcouraient son corps pour voir par-dessus son couvert, afin de tirer et de ralentir l'avancée des drones. Une petit son retentit dans la tête du guerrier synthétique; une alarme qu'il avait programmée, pour le prévenir lorsque les défenseurs Xians seraient tous partis du vaisseau - ou morts.

Il était donc temps, désormais, de marquer l'histoire et de sauver ses Frères. Dut-il en perdre la vie.

Epsilon sortit de son couvert, visa les drones adverses et tira tout en maintenant la gâchette appuyée; un long et fin flux de métal fondu rougeoyant fut propulsé à une vitesse phénoménale, découpant tout sur son passage. Les drones qui eurent la malchance d'être touchés par le faisceau mortel furent donc littéralement tranchés, puis partiellement fondus à cause de la chaleur incroyable du liquide métallique. Les robots eurent cependant le temps de vider leurs armes sur le corps d'Epsilon, qui se fut jeté au sol, criblé de balles.

Les pensées du guerrier synthétique vagabondèrent alors qu'il se trouvait au sol. Il pensait à l'histoire des Fantômes des Sables, de Gladius; de la déchéance, puis de la renaissance; des Prométhéens, de Takurak, d'Aqua. De tous ceux qu'il avait un jour rencontré, même Vallae, l'entité électronique qui avait accompagné le Seigneur Fantôme dans la mort. Epsilon ne savait pas exactement quoi penser de sa vie, brève mais singulièrement remplie. En quelques mois, il avait combattu l'Ordre de Mata-Nui, né de l'esprit alors électronique du général des Rebelles des Sables. Puis Ikinat était morte, et Gladius avait pris la place de chef. Il avait rempli ce rôle avec brio, emmenant les Fantômes à un point qu'ils n'auraient jamais cru atteindre. Sous le règne du Seigneur Fantôme, les rebelles avaient repris le contrôle de la moitié de Bara-Magna, redevenant une véritable nation. Ils avaient pris pied dans l'univers matoran, contrôlant un continent entier. Gladius avait offert un sanctuaire aux familles et civils de la planète des sables, loin de l'horreur de la guerre.

Puis il y avait eu Kharne, le Maelström, et le Protectorat, frappant les intérêts des fantômes à tous les niveaux; les rebelles s'étaient alors entre-déchirés, détruisant en quelques semaines l'oeuvre de plusieurs milliers d'années de travail. Les Fantômes avaient disparu, ne laissant derrière eux qu'un petit groupe de survivants. Mais ce quelques chanceux avaient pu se regrouper, trouver une nouvelle place, un nouveau foyer. Xia avait accueilli les rebelles devenus Prométhéens, et désormais voilà qu'une nouvelle attaque venait menacer l'équilibre fragile qu'avaient mis en place Takurak, Epsilon et Aqua.

Aujourd'hui, Epsilon avait donc l'opportunité de rejoindre celui qui l'avait créé. Gladius l'attendrait-il par delà la mort, ou n'y avait-il rien sinon un néant infini et éternel, les Ténèbres l'enserrant à jamais ? Le guerrier synthétique sentit une pointe d'humour monter en lui, alors que les drones s'approchaient pour lui asséner le coup fatal; il tenta de bouger, mais ses muscles avaient été complètement détruits par les centaines d'impact qui les avaient littéralement mis en pièces. Epsilon n'avait, tout compte fait, aucun regret. Ce qu'il allait accomplir... il devait le faire, et lui seul. Il savait exactement quelle pression exercer, quelle quantité d'énergie dégager, à quelle moment et dans quelle direction. Cette tâche n'aurait pu être accomplie que par lui, et il avait été assez résistant pour atteindre ce vaisseau, pénétrer à l'intérieur et se faufiler jusqu'en ce lieu.

Takurak, Aqua; finalement, si jamais il y avait un au-delà, ce seraient ces deux là qui lui manqueraient le plus. Il ne pourrait plus se moquer de la toa de l'eau, et se lancer avec elle dans des joutes verbales qui les amusaient tant. Il ne pourrait plus également tester ses blagues avec Takurak, qui restait étonnement hermétique à toute forme d'humour. Ce qu'il avait vécu auprès d'eux... l'avait fait sentir vivant. Étrange, pour une créature synthétique, un pur produit de la technologie; comment une machine pouvait-elle ressentir, avoir des sentiments ? Être heureuse, avoir le sens du sacrifice ? Epsilon aurait parfaitement pu être comme ces drones, un simple programme sans aucune conscience. Une boîte de conserve, aussi puissante soit-elle, n'était pas vivante pour autant.

Epsilon éteignit une à une les diodes de son "visage" parfaitement lisse et arrondi, économisant ainsi toute l'énergie disponible. Et, alors qu'il activait l'un de ses protocoles d'exécution, le Prométhéen parla à voix haute, comme pour se rassurer un peu lui-même.


- Vivant. Je suis... vivant. Enfin... pour l'instant.

Puis les données s'affichèrent dans son esprit. "Protocole d'autodestruction: Fusion du réacteur imminente."

- Pas mal comme fin. Mourir dans l'un des plus grands, les plus puissants, et les plus beaux feux d'artifice que cette ville ait jamais connue... Oh, mais j'ai une idée !

Et, alors que la source d'énergie de son organisme électronique commençait à amorcer la rapide et fatale réaction en chaîne qui causerait la destruction du vaisseau amiral, Epsilon déclencha également une puissante onde électromagnétique, qui répercuta dans les générateurs à fusion et qui serait donc amplifiée par l'explosion. Sa dernière volonté.

***

Aqua ne pouvait pas lâcher ce fichu vaisseau des yeux; lui qui avait détruit une part entière de Xia en un seul tir, et qui restait obstinément immobile - si on exceptait ses innombrables tourelles qui faisaient des ravages dans les rangs des escadrilles Xianes. Takurak et Epsilon étaient entrés dedans, puis la toa de l'eau avait détecté le transpondeur du chef Prométhéen qui évacuait l'immense mastodonte de métal; celui de son allié et camarade synthétique, en revanche, était toujours bloqué à l'intérieur. Elle espérait qu'il finissait juste de saboter le vaisseau, puis qu'il s'enfuirait à temps. Il arrivait toujours à s'enfuir à temps.

Les chasseurs et les transporteurs évacuaient tous l'espace aérien de la zone résidentielle, comme pour fuir une attaque de masse; le vaisseau principal allait-il repasser à l'attaque, avec une nouvelle arme ? C'était forcément cela, les prométhéens et les autres n'abandonneraient pas l'un des leurs alors que le vaisseau allait exploser ! Cela était impossible !

Un immense flash, qui n'eut aucun mal à éblouir tout Xia; puis, la seconde suivante, le vaisseau amiral s'était transformé en une boule de plasma, un soleil miniature qui englobait une part entière de la flotte d'invasion. Le temps d'un instant, il faisait jour en pleine nuit sur Xia; la température ambiante fit un bon de plusieurs dizaines de degrés. L'astre artificiel disparut aussi vite qu'il était apparu, explosant dans le ciel de la cité industrielle et soufflant même les bâtiments qui se trouvaient juste en-dessous de lui; les dégâts, cependant, furent bien moindres à ce qu'aurait infligé une autre attaque du vaisseau amiral.

Il ne restait rien du vaisseau amiral; ce dernier avait été complètement désintégré. Seule une petite lumière bleue vive était visible au centre de ce qui avait été un astre miniature pendant quelques instants. Cette petite pointe bleutée, extrêmement lumineuse, disparut le temps d'un battement de cil avant d'exploser en une onde circulaire, formant un gigantesque disque qui engloba bientôt tout le champ de bataille; de ce disque de lumière, des milliards de petites particules se détachèrent, tombant comme une pluie de cristal sur la zone résidentielle Xiane.

Au contact, les particules bleutées désactivaient tout drone, chasseur, vaisseau ou appareil électronique qu'elles touchaient; cela ne dura moins d'une minute, et pourtant; lorsque l'onde bleutée eut parfaitement disparu, les drones avaient tous été désactivés par cette gigantesque impulsion électromagnétique, ainsi que les transporteurs et les chasseurs encore dans les airs. La flotte ennemie toute entière - ou du moins ce qui n'avait pas été pris par le souffle de l'explosion du vaisseau amiral - se retrouva inerte, désactivée et neutralisée dans son intégralité.


- Et... Epsilon ? Epsilon ?

Aqua tomba à genoux, tandis que tout autour d'elle des cris de joie retentissaient; l'envahisseur avait été repoussé avec succès. Mais à quel prix ? La toa de l'eau n'arrivait plus à parler, et respirait avec difficulté; des larmes ne tardèrent pas à couler le long de ses joues, tandis que ses lèvres tremblaient. Aqua s'avança dans la foule de guerriers qui lui faisaient face; tous avaient participé au combat, mais elle cherchait quelqu'un en particulier.

Elle trouva bientôt Takurak, qui lui aussi restait bien silencieux par rapport à la liesse générale; les pertes avaient certes été importantes dans les rangs de ceux qui s'étaient battus dans les ruelles de Xia, mais était-ce là la seule raison de son mutisme ? Aqua marcha d'abord dans sa direction, puis accéléra; bientôt, elle était en train de courir au milieu des guerriers, bousculant parfois l'un d'entre eux sans se retourner. Elle voulait savoir ce qui s'était passé. Où était Epsilon, pourquoi sont transpondeur l'avait-il localisé à l'intérieur du vaisseau lors de l'explosion ? Avait-il oublié son communicateur à l'intérieur de la forteresse volante ? Ou alors, s'était-il ..? Non, elle refusait d'y croire; Epsilon ne pouvait pas l'avoir abandonnée comme cela, il avait forcément trouvé une solution ! Il trouvait toujours une solution... aucun problème ne lui résistait.

Aqua arriva bientôt à moins d'un mètre de Takurak, et le regarda d'abord sans parler; les yeux du rahkshi croisèrent alors les siens, et immédiatement elle sut. Aucun mot ne fut nécessaire, aucune explication. Elle savait. Epsilon n'avait pas oublié son communicateur. Il n'avait pas trouvé de solution. Il était...


- Aqua... je suis désolé... je n'ai rien pu faire. Il a insisté. Il voulait nous sauver tous, quel qu'en soit le prix. Il n'y avait pas d'autre solution. Pas d'alternative... il n'avait pas le choix... je...

- On a toujours le choix !

- Aqua ?

La toa s'effondra en pleurs, et Takurak la serra contre lui, calant la tête de la frêle créature sur son épaule; il sentit rapidement de chaudes larmes couler sur ses épaulières, puis le long de son blindage dorsal.

- Il n'avait pas le droit ! Il... il n'avait pas le droit de partir, non ! Il n'a pas le droit...

Takurak ne répondit rien; il n'y avait de toute manière rien à dire. Lui aussi sentait ce vide, cette souffrance qui venait de se créer en lui; même si, au fond, il n'arrivait pas à croire que plus jamais il ne reverrait Epsilon. Plus jamais il ne devrait l'empêcher de se chamailler avec Aqua, plus jamais il ne pourrait compter sur lui pour ses compétences de piratage; plus jamais il ne pourrait profiter de sa présence agréable, plus jamais.

Takurak n'avait pas perdu qu'un soldat, qu'un camarade, qu'un allié. Il avait perdu bien plus que cela; il avait perdu un ami.

Aqua, quant à elle, semblait inconsolable, alors que les croiseurs et chasseurs ennemis s'effondraient les uns après les autres sur les plages ou dans la mer de Xia; quelques uns tombèrent sur les zones d'habitation, mais ils furent une petite minorité. La victoire, en ce jour, avait un goût amer.

Mais jamais Takurak n'oublierait le sacrifice de son ami, comme il n'oublierait pas ses dernières paroles. Le chef prométhéen devrait être fort, et continuer à se battre malgré la douleur; après la perte de Gladius, après la disparition d'Epsilon, ses Frères et Sœurs auraient toujours besoin de lui, tout comme il aurait besoin d'eux dans cette épreuve.

Aqua recula légèrement de Takurak, s'essuyant tant bien que mal le visage.


- Excuse-moi... c'est juste que... Epsilon... non...

- Je sais... moi aussi, je ressens la même chose que toi. Nous avons gagné aujourd'hui; mais nous avons également énormément perdu. Il ne faut pas perdre espoir cependant. Car Epsilon, plus que la victoire, nous a également donné un devoir. Celui de donner un sens à son sacrifice, de faire en sorte que sa disparition n'ait pas été un acte vain. Nous devrons être forts. Et nous nous relèverons, comme toujours. Nous sommes Prométhéens, après tout. Telle est notre destinée, tel est notre devoir. Être unis, rester forts, protéger ceux qui nous sont chers. Même quand cela implique de tout perdre, car nous préférons mourir que de voir nos frères et sœurs disparaître.

- Oui... oui, tu as raison. C'est dur... je... je...

Aqua regarda l'horizon, tandis que le jour commençait lentement à se lever; un nouveau jour, plein de promesses. Un jour nouveau, libéré du joug d'envahisseurs grâce au sacrifice d'un ami. Un jour qu'aucun Prométhéen n'oublierait, jusqu'à leur mort.

Observant l'horizon lui aussi, Takurak sentit la tristesse qui l'avait envahi refluer légèrement; oui, c'était ce qu'Epsilon aurait souhaité. Qu'il continue de se battre, qu'il continue de persévérer malgré les épreuves.


*Le chemin est long, jusqu'au jour où nous serons en sécurité; il faudra encore nous battre, et d'autres pertes, d'autres sacrifices seront inévitables. Mais nous devons profiter de chaque instant, de chaque jour, comme s'il s'agissait du dernier. Car ce qui est arrivé aujourd'hui n'était rien, en comparaison de ce qui se profile au loin. La menace du Protectorat pèse sur chacun de nous, n'attendant que le moment propice pour passer à l'attaque. Mais nous ne nous laisserons pas faire; nous allons nous préparer, devenir plus forts, nous unir toujours plus.

Et lorsque le jour viendra... de nouveau, nous nous battrons.*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Xia] Vieux quartiers industriels   Ven 25 Avr - 17:41

Cela faisait très longtemps que je n’étais pas revenu en ces lieux ; une durée extrêmement longue, qui se rapprochait plus de l’éternité que d’un véritable laps de temps. J’aurais tout aussi bien pu ne jamais être venu ici, l’impression aurait toujours été la même : la même que lorsqu’on regarde une vieille photo de notre enfance, d’un temps révolu qui a depuis très longtemps disparu de nos souvenirs les plus enfouis.

Vous reconnaissez les lieux, vous reconnaissez les visages, mais vous ne savez pourquoi, ni quand vous les avez aperçus pour la dernière fois. Il s’agit là d’un sentiment étrange mais toutefois naturel, presque familier.

Cette ville immense, dont le ciel était percé d’innombrables tours dressées vers le firmament. Mais plus qu’une simple agglomération, il s’agissait en fait d’un organisme, d’un être vivant. Il s’agissait d’une bête monstrueuse par la taille et par la puissance. Mais une bête affaiblie, blessée, par les récents événements. Et ce n’était que le début.

Je pouvais le sentir, à travers chaque fibre de mon être ; depuis ma naissance, et à de trop nombreuses reprises lors des dizaines de milliers d’années que j’avais vécues, j’avais senti cette tension, cette atmosphère pesante. L’air semblait lui-même se solidifier autour des membres, tandis que tous percevaient la violence qui s’approchait.

Des millions d’êtres, tous vivant leur petite existence anonyme. Individuellement, ils n’étaient rien ; mais ensemble, ils étaient l’esprit, la volonté de l’immense bête industrielle. Si ses griffes s’étendaient chaque jour un peu plus sur l’île, si un grondement sourd émanait de son corps en permanence ; si fourneaux, véritables yeux de braises, brillaient en permanence à travers la nuit et le jour ; si ses défenses repoussaient les assauts des intrus qui tentaient de s’emparer d’elles ; tout cela n’était dû à personne d’autre qu’à ces minuscules mais innombrables insectes, qui ensemble formaient un véritable essaim – autrement plus puissant que chacun de ses membres pris séparément.

J’avais, pour ma part, une certaine empathie à leur égard. Tous différents, ils parvenaient cependant à se comprendre, à agir ensemble pour former une véritable communauté. Ils travaillaient, mangeaient, dormaient, combattaient, et parfois même mourraient côte à côte, car ils suivaient tous un même but : la survie, et le maintien d’un ordre qu’ils avaient eu tant de mal à établir. Pour assurer la pérennité de leur ville, les différentes espèces mettaient alors leurs habituels différents de côté pour s’unir face à la difficulté ou à l’adversité.

Exactement ce que j’avais cherché à établir parmi les mieux – sans succès, car manquant cruellement de temps ; mais, dans une autre vie, je sais que j’aurais pu réussir. Dans une autre existence, dans laquelle j’aurais ouvert les yeux bien plus vite. J’aurais accepté la vérité, aurais pris les mesures qui s’imposaient avant qu’il ne soit trop tard. Mais le passé est irrémédiablement révolu ; on ne peut pas changer ce qui a été fait. Tout au plus, pouvons nous espérer influer sur les événements qui modèleront le monde de demain.

Depuis ma position, je pouvais embrasser du regard l’Île dans son intégralité ; et de part mon état, je pouvais percevoir chaque chose qui parcourait l’immense bête qu’ils appelaient Xia – un nom que j’avais moi-même oublié avant de revenir ici.

Le voyage avait été long, difficile, et éprouvant ; j’avais du faire des sacrifices, mais j’étais finalement parvenu à m’échapper de ma prison pour retrouver ma liberté. J’avais choisi de souffrir pour permettre à ceux que j’aimais d’obtenir une existence plus facile ; du moins, au moins pourrais-je désormais essayer de les maintenir en vie – tâche des plus ardues, au vu de ce qui les attendait.

Je pouvais entendre la ville gronder de colère et de douleur ; la récente attaque l’avait touchée, et la plaie la faisait souffrir. Certes, la guérison était déjà en train de suivre son cours, mais je pouvais aisément sentir les violentes émotions qui la parcouraient. Je parvenais sans peine à revivre l’agression dont elle avait été la cible ; l’immense vaisseau dans le ciel, entouré de son essaim de métal. Au sol, les soldats synthétiques qui étrangement n’attaquaient aucun point sensible. Puis, l’immense lumière bleue. Le sacrifice, la douleur, la mort ; suivis du salut, de la victoire. Un mal nécessaire pour empêcher l’anéantissement.

J’attendais ainsi, caché de tous ceux qui vivaient là, que les événements me permettent d’agir. Le temps ne comptait plus pour moi, qui avais déjà vécu si longtemps ; les siècles auraient pu passer sans que cela ne me gêne, ou ne me pousse à agir avec précipitation. De toute manière, je n’aurais pas à attendre si longtemps ; quelques jours à peine, et ma nouvelle Voie serait déjà toute tracée.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Xia] Vieux quartiers industriels   Lun 28 Avr - 1:16

Comment auraient-ils pu croire que tout ceci était réel, se déroulait vraiment sous leurs yeux ébahis ? Comment auraient-ils pu croire qu'Ils venaient à nouveau, ayant pourtant si récemment subi une défaite cuisante ? Comment auraient-ils pu croire que ce qu'ils avaient cru être une victoire éclatante, un acte de gloire et un sacrifice courageux n'avait en fait été qu'illusion et manipulation ?

Le jour venait à peine de se lever, tandis qu'une aube rouge colorait les nuages d'un beau vermillon presque surnaturel; la majorité des Xians venait de sortir d'un profond sommeil, se préparant à reprendre leur travail. Takurak quant à lui regardait l'horizon, perché sur la haute flèche métallique de l'une des tours des gros industriels de la ville; haute de plusieurs centaines de mètres, elle permettait au rahkshi d'embrasser du regard la quasi-totalité de la ville. Sous ses pupilles organiques mais néanmoins extrêmement sensibles, il pouvait discerner les minuscules ruelles envahies d'innombrables êtres, tous indifférenciés à cette distance. Lui aussi, sentait la tension ambiante, cette étrange impression de menace qui avait subitement enveloppé la ville d'un épais linceul d'angoisse.

Quant à moi ? J'étais resté, immobile, depuis plusieurs jours à mon emplacement d'origine. L'île de Xia était pour mon esprit comme un livre ouvert, dont je pouvais lire toutes les lignes dans l'instant et sans la moindre difficulté. Je pouvais ressentir chacun des êtres qui peuplaient la ville industrielle, du plus petit organisme au Titan le plus imposant. Les machines elles-même n'avaient plus se secret pour moi; elles apparaissaient à mes yeux comme des objets lumineux, répandant leur énergie synthétique dans l'atmosphère ambiante - participant également à étouffer les victimes de l'angoisse grandissante qui envahissait peu à peu la ville.

Le chef des Prométhéens serrait fort son bâton élémentaire, comme s'il savait qu'il allait devoir s'en servir de nouveau dans peu de temps; je pouvais facilement deviner ses pensées. Inquiétude, colère, tristesse et détermination mêlées formaient un étrange amas émotionnel que j'appréciais observer et étudier; une aura extrêmement singulière, que je n'avais perçu qu'en de très rares occasions.

Takurak se remettait difficilement de la perte de son camarade et frère d'arme - de son ami - Epsilon; le sacrifice de ce dernier avait été nécessaire, et le rahkshi le savait plus que quiconque: il avait été présent lorsque le guerrier synthétique avait décidé de son propre sort, et ainsi scellé celui de ses ennemis. Mais malgré la nécessité, malgré la raison qui le poussaient à être fier, il restait mélancolique, et parfois même une insidieuse rancœur parvenait-elle à envahir ses sens. Comment ? Comment Epsilon avait-pu accepter d'abandonner ceux qu'il accompagnait depuis tant de temps, ceux avec qui il avait partagé tant d'épreuves, de douleurs et de victoires ? Le rahkshi parvenait cependant rapidement à réprimer ces pensées, et tentait de réfléchir à d'autres préoccupations, plus urgentes. Les réparations, l'organisation des nouvelles équipes Prométhéennes, l'approvisionnement en armes, ressources et équipements; tout cela aurait dû accaparer l'entièreté de son esprit, mais une part de son âme ne pouvait pas se détacher de la douleur qui lui enserrait la poitrine, ce sentiment de vide qui formait une sphère compacte à l'intérieur de son corps et de son esprit.

C'est dans cet état d'esprit que Takurak ressentit une étrange perturbation dans l'air, comme une changement soudain de pression; de puissants vents, violents et instables, s'installèrent rapidement dans les hauteurs de Xia, faisant même trembler les plus fines tours de la ville. C'est alors qu'un immense cerce apparut dans le ciel lumineux de la ville; à l'intérieur de son contour, la nuit régnait, sombre, belle et étoilée. Une porte dimensionnelle, ou un passage spatial - tel qu'en ouvrait le kanohi Olmak - qui reliait deux endroits distincts. Et quoi qu'il se trouvât de l'autre côté, il ne s'agissait sûrement pas d'une bonne nouvelle; il paraissait en effet très maladroit et improbable qu'une force pacifique ouvre une faille directement au-dessus d'une zone extrêmement sensible de l'univers matoran.

Le vide fut cependant bientôt comblé, tandis que le passage était alors emprunté par un essaim; pas un simple agglutinement de quelques insectes, non. Mais des centaines de transporteurs, chasseurs et intercepteurs, menés par quelques dizaines de frégates, croiseurs et destroyers. Tandis, qu'en leur centre, trônaient majestueusement trois énormes forteresses volantes, aussi importantes en taille que le dernier vaisseau amiral qui avait attaqué la ville industrielle quelques semaines plus tôt.

Je pus immédiatement sentir la rage de Takurak, qui reconnut tout de suite les envahisseurs; il s'agissait des même que ceux qui avaient auparavant déjà attaqué Xia.

Des dizaines de sirènes commencèrent alors à hurler dans toute la ville, tandis que la panique se répandait telle une traînée de poudre dans les rues; en quelques minutes à peine, la nouvelle était déjà passée. Une force extrêmement supérieure en nombre que lors de la dernière attaque venait d'entrer dans l'espace aérien Xian; les habitants tentaient déjà de fuir les zones habitées vers les côtes, tandis qu'aucune attaque n'avait encore été portée de l'un ou l'autre camp.

Le rahkshi, quant à lui, avait déjà complètement coupé son communicateur, tandis qu'une rage incontrôlable envahissait son cœur, emplissant son esprit et son âme d'un flot noir, épais et insondable: la haine réduisait tout jugement à néant, empêchant le guerrier de réfléchir correctement. Je savais, bien sûr, ce qui avait causé cette étrange extinction de toute logique à l'intérieur de cet être habituellement réfléchi, calme et patient. La perte d'Epsilon, extrêmement douloureuse, s'avérait en fait inutile, superflue; ce dernier se sera finalement sacrifié pour éliminer une avant-garde, de simples éclaireurs, tandis que la véritable menace attendait, cachée dans l'ombre.

Sans doute, s'agissait-il là d'une stratégie toute pensée par les leaders des envahisseurs, qui avaient choisi eux aussi de sacrifier une part non négligeable de leur puissance de feu pour jauger leur adversaire, leur proie, avant de réellement passer à l'attaque. Ils avaient laissé leurs ennemis jouer leur ultime atout, utiliser leur as pour surpasser le simple valet - tandis que le véritable roi se préparait à profiter des dégâts et des informations recueillies pour frapper avec plus d'efficacité qu'ils n'auraient jamais pu le faire autrement.

Quelque part, j'admirais la logique de l'ennemi; savoir sacrifier un pion pour permettre à sa reine de s'approcher du roi adverse. Mais elle me dégoûtait également: causer la mort de tant d'alliés vivants aurait pour moi été un choix impossible - même si, dans le cas présent, les pertes n'avaient en fait été que la destruction de milliers de drones automatiques, sans pensée propre ni véritable conscience; de simples programmes militaires, des robots sans âme dont la destruction n'apportait aucune souffrance.

Les minutes qui suivirent furent témoins d'un indescriptible chaos; les innombrables vaisseaux adverses déversaient un déluge de feu sur les trois forteresses Xianes, qui cette fois permettaient tout de même de maintenir une résistance plus ou moins efficace autour de la ville industrielle. Placées idéalement par l'Ordre de Mata-Nui - et notamment sous les ordres de l'impératrice Tanika elle-même, elles agissaient plus comme un réseau global que comme trois places fortes individuelles. Chacune d'entre elles possédaient un arsenal polyvalent d'armes et projectiles capables d'infliger des dommages incroyables, tandis que leurs boucliers, connectés les uns aux autres, permettaient d'ériger un véritable mur énergétique, capable d'absorber d'immenses quantités de dégâts avant de s'effondrer.

Mais cela, les envahisseurs le savaient déjà; ils s'étaient introduits dans les bâtiments des communications lors du dernier assaut, permettant à leurs troupes de bénéficier d'informations stratégiques. C'est pour cela qu'une stratégie d'essaim, complètement désordonnée, avait été mise en place. Au lieu de ranger correctement les appareils en lignes et colonnes permettant d'ajuster un tir droit sur l'ennemi, les chasseurs formaient un véritable nuage qui interceptait tous les missiles et autres projectiles qui tentaient de viser les trois vaisseaux amiraux. Ces derniers pouvaient ainsi se permettre de recharger leurs armes sans se soucier d'alimenter leurs barrières cinétiques ou les batteries de défense rapprochée anti-chasseurs. Ainsi, alors que les défenses de la Cité faisaient feu de concert sur leur imposant adversaire, ils n'atteignaient au final qu'une petite part des innombrables pions qui défendaient la carte maîtresse.

Takurak sauta dans le vide, utilisant ses pouvoirs de gravité et de magnétisme pour rejoindre le sol plus rapidement avant d'amortir sa chute et de se réceptionner en douceur sur le protodermis lisse pavant la large voie qui s'ouvrait devant lui. Le rahkshi lévitait légèrement, à moins d'un mètre du sol, tandis qu'il se propulsait à très haute vitesse en direction du centre de commande des prométhéens.

C'est alors qu'un puissant flash eut lieu, suivi d'un énorme grondement; je pus, comme de nombreux habitants de l'île, être alors témoin de la puissance de feu dévastatrice de l'ennemi. Les trois vaisseaux amiraux tirèrent en même temps sur le bouclier Xian alimenté par les forteresses; trois faisceaux noirs, dont les flancs étaient parcourus d'éclairs blancs, vinrent frapper la fine mais résistante pellicule énergétique qui protégeait la ville de l'anéantissement. A l'impact, la grande majorité du tir fut arrêté par la barrière; cependant, une petite partie du rayon parvint à se frayer un chemin à travers les réseaux de défense énergétiques, traversant alors le bouclier comme s'il n'existait pas avant de balayer une zone militaire, qui représentait alors le quartier général de l'un des groupes mercenaires de défense Xians, les Banshees.

Takurak fut alors stoppé net dans son avancée, percuté de plein fouet par l'onde de choc de l'impact; il s'éleva ensuite dans les airs pour mieux prendre mesure des dégâts infligés par l'attaque mineure qui s'était abattue sur la ville.

Là où l'étrange rayon avait touché le sol, il ne restait rien sinon des cendres et des débris, sur plusieurs centaines de mètres; les Banshees présentes avaient sûrement toutes étaient anéanties par l'attaque, ainsi que leurs habituelles escortes. Takurak se stabilisa alors dans les airs, réfléchissant à un moyen de contrer l'ennemi qui semblait pouvoir déployer une puissance incommensurable. Complètement perdu dans ses pensées, il n'avait alors pas élevé les barrières qui protégeaient habituellement ses pensées; une occasion en or, que je ne pouvais absolument pas rater: je rentrai alors en contact mental avec le rahkshi, qui n'eut aucun mal à détecter ma présence.


*Qui êtes-vous ? Vous me semblez... familier, mais en même temps si étranger; comme si vous étiez à la fois proche et lointain. Un sentiment étrange.*

*Tu me connais, Takurak, comme je te connais; nous avons combattu, souffert et vaincu ensemble. Tu sais déjà qui je suis, mais tu refuses de l'admettre, n'est-ce pas ?*

*C'est impossible ! Tu es... mort !*

*J'ai été... absent. Pendant de très nombreuses années, des millions peut-être, de mon point de vue. Cependant, cet intervalle de temps ne semble pas du tout avoir été le même pour toi et tes semblables. Je suis tout de même heureux que celui qui m'avait écarté de mon combat ait été tué.*

*Il faut avouer... que Zéro ne s'est jamais montré très patient.*
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Xia] Vieux quartiers industriels   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Xia] Vieux quartiers industriels
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Xia] Vieux quartiers industriels
» LE PRESIDENT EST TROP VIEUX ,TROP MALADE TROP COQUIN POUR L''EXIL ET LA RETRAITE
» URGENT! TJS PERSONNE PR 7 beaux vieux minous suite décès, 67
» Foire d'Eghezée avec rassemblement vieux tracteurs 14 Août 2011
» Sélection de vieux films

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Guerres de Spherus :: Mondes débloqués :: Reste de l'Univers Matoran :: Xia :: Usines d'armes-
Sauter vers:  

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit
BIONIFIGS.com | Le Mur de l'Histoire | Espace des Joueurs | Centre de communication | Nuvapedia.com | JDR Hero Factory | Lettre d'infos